Lettre à Angye Gaona

Publié le 26 Novembre 2012




Le temps d'une cigarette




De Villefranche à Anse, la plus belle lieue de France

Ce dicton n’a pas été écrit en Novembre

Je pose mon chalumeau et m’accorde une  cigarette

Je contemple la Saône du haut de ma toiture

La brume a envahie la vallée 

 L’aube ne laisse apparaitre que des ombres

Et ce soleil qui ne veut pas percer …

Je pense à toi Angye et à ta Colombie

Ici les médias taisent les nouvelles de chez toi

Seuls quelques rares amoureux de la vérité renvoient un faible signal

Cela fait presque un an que tu vis dans l’attente

Avec ces vingt ans en épée de Damoclès

Le vent balaie le givre et me glace les doigts

Je tire une bouffée

Et  ce soleil qui ne veut pas percer …

L’actualité poursuit sa course t’oubliant dans les camps de roms

Négligeant ta cause et piétinant la Liberté

Seras-tu demain à Gaza  lorsque Noël oubliera les enfants de Palestine ?

Je recrache la fumée en scrutant le ciel

Et ce soleil qui ne veut pas percer …

Ici on nous drogue à l’égoïsme, mais ce trafic est légal

Je t’imagine réfugiée dans les mots des poètes

Avec cette chaine qui t’empêche de te battre

Ta fille à tes cotés, rassurée par ton sourire de mère

Ma cigarette est presque finie

 J’ai envie d’en fumer une autre, de soulager mon dos

Et ce soleil qui ne veut pas percer …

J’espère simplement qu’il est parti chez toi

 Dissiper les brumes de Medellin

S’il n’a pas percé à midi, c’est foutu pour aujourd’hui

Je reviendrai demain pour me geler les os

Quand ton volcan me parle je perce le brouillard



Hobo-lullaby




brume.jpg



 

  

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Commenter cet article
M

De passage, j'offre ces quelques vers à ton poème que je trouve très beau


LA VOIX DES AIRS


Au petit matin, dans la brume infinie


Se dessinent des visages palis,


Le souvenir de ceux qui souffrent.


Bien sûr, l'image n'est pas nette


Mais je peux voir leur bouche qui s'ouvre,


Dans un appel au secours à la planète.


bonne soirée


bises


Françoise
Répondre
H


Bonsoir Françoise


C'est très joliment ecrit. merci pour ce cadeau


Bises


Serge



F

Qu'il est douloureux de savoir que le sort des prisonniers d'un ailleurs lointain fait l'objet d'un silence coupable de ceux dont le métier est d'informer.. mais les journaleux préfèrent se
perdre dans des sujets insipides destinés à embrumer et endormir les consciences..


Que tes mots lui parviennent et soulagent sa peine et ses angoisses... l'oeuvre du poète a toujours un sens profond.


Merci Serge.


Je t'embrasse
Répondre
H


Bonsoir Fanfan


Merci pour tes mots


Restons vigilants et Attentionnés


Bises au miel de chataîgnier


Serge



L

les brumes sont tenaces
Répondre
H


Salut les cafards


Oui, elles ont tendances à un peu trop s'agripper !


Amitiés


Serge



C

Bonsoir Serge,


 


J'espère aussi que le soleil est dans le coeur d'Angie à défaut d'être sur nos têtes et dans nos coeurs si peu !


Et j'espère que toi aussi tu retrouveras la lumière.....j'aime te lire, je ne sais pas si je déchiffre les mots et lis entre les lignes comme tu sais si bien le faire pour les autres auteurs mais
malgré tout.......


.......par contre, ça y est, maintenant je sais que tu fumes !! Rolala


J'espère que la liberté se profile à l'horizon d'Angie tout comme pour les autres prisonniers politiques de Colombie.


Bisous et bonne soirée


 


caro
Répondre
H


Bonsoir Caro


Les brouillards finissent toujours par se dissiper d'une façon ou d'une autre !


Un peu comme la fumée de cigarette


Bisoux


Serge