Articles avec #messages de soutien tag

Publié le 8 Mars 2020

Un petit coup de pub pour une chaine Youtube qui mêle science, réflexion et poésie

exemple :  

 

 

En gardant un ton neutre, Balade mentale est une chaîne de vulgarisation scientifique qui partage émerveillement et rigueur, bref si vous aviez pas compris, j'aime bien cette chaine

Alors comme il leur manque un peu de sou pour un projet qui a l'air sympa, je leurs fais un peu de pub ...

 

Voir les commentaires

Publié le 31 Décembre 2019

J'espère que Léo ne m'en voudra pas pour ce détournement ...

 

Voir les commentaires

Publié le 23 Septembre 2019

Publié le 22 Mai 2019

liste des fusillés de Chateubrillant  22 octobre 1941

 

Jules Auffret, 39 ans, ouvrier gazier, de Bondy, conseiller général communiste de la Seine.

Henri Barthélémy, 58 ans, de Thouars, retraité de la SNCF, militant communiste.

Titus Bartoli, 58 ans, de Digoin, instituteur honoraire, militant communiste.

Maximilien Bastard, 21 ans, de Nantes, chaudronnier, militant communiste.

Marc Bourhis, 44 ans, de Trégunc, instituteur, militant communiste trotskiste.

Émile David, 19 ans, de Nantes, mécanicien-dentiste, militant communiste.

Charles Delavacquerie, 19 ans, de Montreuil, imprimeur, militant communiste.

Maurice Gardette, 49 ans, de Paris, artisan tourneur, conseiller général communiste de la Seine.

Désiré Granet, 37 ans, de Vitry-sur-Seine, secrétaire général de la Fédération CGT des papiers et cartons.

Jean Grandel, 50 ans, employé des PTT, maire communiste de Gennevilliers, conseiller général communiste de la Seine, secrétaire de la Fédération postale de la CGT.

Pierre Guéguin, 45 ans, de Concarneau, professeur, maire communiste de Concarneau et conseiller général du Finistère, communiste critique : refuse d'accepter le pacte germano-soviétique et rompt avec le PCF, puis se rapproche des trotskistes.

An Huynh-Khuongb,15 dit « Luisne », 29 ans, de Paris, professeur, militant communiste.

Eugène Kérivel, 50 ans, de Basse-Indre, capitaine côtier (marin pêcheur), militant communiste.

Raymond Laforge, 43 ans, de Montargis, instituteur, militant communiste.

Claude Lalet, 21 ans, de Paris, étudiant, dirigeant des Jeunesses communistes.

Edmond Lefevre, 38 ans, d'Athis-Mons, métallurgiste, militant communiste.

Julien Le Panse, 34 ans, de Nantes, peintre en bâtiment, militant communiste.

Charles Michels, 38 ans, de Paris, ouvrier de la chaussure, député communiste de la Seine, secrétaire de la Fédération CGT des cuirs et peaux.

Guy Môquet, 17 ans, de Paris, étudiant, militant communiste, fils du député de la Seine Prosper Môquet déporté au bagne de Maison-Carrée.

Antoine Pesqué, 55 ans, d’Aubervilliers, docteur en médecine, militant communiste.

Jean Poulmarc'h, 31 ans, d'Ivry-sur-Seine, secrétaire général de la Fédération CGT des produits chimiques, militant communiste.

Henri Pourchasse, 34 ans, d'Ivry-sur-Seine, employé de préfecture, responsable de la Fédération CGT des cheminots, militant communiste.

Victor Renelle, 42 ans, de Paris, ingénieur-chimiste, militant communiste, créateur du syndicat des techniciens des industries chimiques.

Raymond Tellier, 53 ans, de Paris, ingénieur-chimiste, militant communiste.

Maurice Ténine, 34 ans, d’Antony, docteur en médecine, militant communiste.

Jean-Pierre Timbaud, 31 ans, de Paris, mouleur en bronze, secrétaire général de la Fédération CGT de la métallurgie, militant communiste.

Jules Vercruysse, 48 ans, de Paris, ouvrier du textile, secrétaire général de la Fédération CGT des textiles, militant communiste.

 

Les vingt-sept fusillés de Châteaubriant, tous communistes ou proches du parti, sont étrangers à l'attentat de Nantes : la majeure partie des communistes ont été arrêtés à partir d’août 1939 

SOURCE  : WIKIPEDIA

Mr Riolo, si vous pensez qu'être fusillé par les nazis, c'est collaborer avec eux, votre place se trouve aux cotés de  Faurisson, mais je ne doute pas que le chèque que vous touchez en fin de mois pour faire le buzz est pour vous plus important que la vérité et l'objectivité

les gens qui vous emploient sont autant condamnables que votre haine et votre cupidité ...

 

 

 

Observez bien le comportement de ces gens :
Trouvez-le surprenant, même s'il n'est pas singulier
Inexplicable, même s'il est ordinaire
Incompréhensible, même s'il est la règle.
Même le plus petit acte, simple en apparence
Observez-le avec méfiance ! Surtout de ce qui est l'usage
Examinez la nécessité !
Nous vous en prions instamment :
Ne trouvez pas naturel ce qui se produit sans cesse !
Qu'en une telle époque de confusion sanglante
De désordre institué, d'arbitraire planifié
D'humanité déshumanisée,
Rien ne soit dit naturel, afin que rien
Ne passe pour immuable.

L'Exception et la règle, Bertolt Brecht  1930

Voir les commentaires

Publié le 17 Janvier 2016

 

 

Je me suis réveillé un matin,
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
Je me suis réveillé un matin,
Et j'ai trouvé l'envahisseur.
Hé ! partisan emmène-moi
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
Hé ! partisan emmène-moi,
Car je me sens pour mourir
Et si je meurs en partisan
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
Et si je meurs en partisan,
Il faudra que tu m'enterres.
Que tu m'enterres sur la montagne
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
Que tu m'enterres sur la montagne,
À l'ombre d'une belle fleur
Et les gens qui passeront
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
Et les gens qui passeront
Me diront « Quelle belle fleur »
C'est la fleur du partisan
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
C'est la fleur du partisan
Mort pour la liberté
 
 
 

Voir les commentaires

Publié le 23 Octobre 2015

Un Blues du vendredi dédié à mon camarade Georges Ibrahim Abdallah qui entamera demain sa 32è année de prison.

 

Les cerises et les figues



Les ministres et les juges ont gravés des rayures

Dans l’oubli des cachots et ses rêves d’Antigue

Sur un cèdre courbé aux blanches tavelures

Qui chantonne le temps, les cerises et les figues



Dans les silences de Sabra et Chatila

Il est des murs à la mémoire ensanglantée

Des rues où soudain la terreur résonna

Où le fantôme d’Oradour sembla déambuler



Il n’est de résistant que celui qui se dresse

Repousse la barbarie dans une colère de larmes

Il n’est de sentiment pire que la détresse

De rempart plus terrible que de prendre les armes



Et c’est suivant le lieu, l’époque et les vainqueurs

Que vos cendres reposent tranquilles au panthéon

Et c’est suivant le vœu des grands inquisiteurs

Que vos os croupissent au fond d’une prison



La justice est un mot aux allures de mensonge

Quand l’oncle d’Amérique intime ses vassaux

Le pantin de Beauvau la souffrance prolonge

Jetant le droit des hommes au fond du caniveau



Je sais un Abdallah aux yeux pleins de fatigue

Et un Georges qui chante les cerises et les figues 
 
 
 
 

 

Voir les commentaires

Publié le 1 Juin 2015

1 74 09 99 192.168.0.1

[Soutien à Iaata.info] 1 74 09 99 192.168.0.1 en procès pour lire et soutenir la presse libre

 
 


Je suis 1 74 09 99 192.168.0.1. Je risque 5 ans de prison et 40 000 euros d’amende parce que je suis lecteur et solidaire de la presse libre…
Je suis 1 74 09 99 192.168.0.1.Parce que ce sont des traces numériques que le grand filet de la surveillance a relevées, des traces d’appareils électroniques.
Je suis 1 74 09 99 192.168.0.1.Parce que je suis un parmi d’autre, des femmes et des hommes, qui ont plus à craindre qu’à espérer de l’action de l’Etat. 
Je suis celui qui « faisait l’apologie de la violence » [1], qui rédige le « vade-mecum du parfait casseur » [2].Pour les 755 000 lecteurs et lectrices de la Dépêche je serai toujours« un homme de 40 ans, qui avait incité sur un site internet à commettre davantage de casses… » [3].Et ce au mépris d’un certain nombre de règles légales, la présomption d’innocence par exemple. Mais combien cela me coûterait-il de porter plainte ? Pourquel résultat au final ? Est-ce que cette justice qui m’attaque est capable de me défendre ? J’en doute.
Je suis 1 74 09 99 192.168.0.1. La police est venue me chercher à 6h30 du matin. J’ai passé 10 heures dans une geôle qui sentait l’urine, ils ont menacé de venir chercher mon fils au lycée,de m’inculper pour apologie de terrorisme… Parce que je lis et que je soutiens la presse libre.
Presse libre parce que libérée des intérêts marchands. Presse libre parce que diverse et déterminée, ancrée localement au plus près des luttes. Une presse qui ne me dit pas quoi penser mais qui me donne à voir, à comprendre, en prenant clairement position.

L’espace médiatique est la grande scène où se situent les scènes principales de la vie collective ; elle lescompose et elle les reflète. [4]

Sans ces sites internet, ces radios libres, ces journaux il y a tout un tas de choses que je n’aurais sans doute jamais sues. Quelques exemples : Bilal Nzohabonayo tué par la police et qui a été présenté tout d’abord comme djiadiste, c’est grâce au travail du site le Rotative.info que la version policière sera démentie ; les circonstances réelles de la mort de Rémi F. sont révélées dans leur intégralité par Reporterre avant que cela soit admis officiellement ; la grève de Radio France en février qui annonçait la plus longue grève de la radio publique de son histoire a été relayée sur Canal Sud et d’une manière générale, ce sont des medias libres qui relaient les paroles des personnes qui luttent. La richesse et la diversité de cette presse est incommensurable. Si je n’ai plus la presse libre je deviens à moitié aveugle. Mon monde n’est plus exprimé que par des artistes et des journalistes, des économistes et des experts, avec qui j’ai, socialement, peu de chose à voir. Cette presse là, ne me donne pas de prise sur le monde qui m’entoure. Au contraire, cette information me le rend distancié, flou, parce que sans correspondance avec ma vie et mes préoccupations. Comme si ce que je vivais n’avait pas de consistance collective. Le monde semble vivre à mille lieux de mon expérience concrète, du chômage, de la précarité, de l’injustice que je constate autour de moi.

À la façon des lunettes, les journaux fabriquent des non-vu à partir duquel le monde est vu [5].

Ces derniers mois ont eu lieu de nombreuses manifestations à Toulouse. Systématiquement la presse locale et nationale a titré sur les « violences », le verre brisé, les courses poursuites. Ça manquait cruellement de certains détails. J’ai vu 500 policiers pour 300 manifestant.e.s, j’ai vu la violence et le mépris vis à vis de tout ce qui ne portait pas d’uniforme. J’ai vu des hommes cagoulés, armés, bloquer des rues. J’ai vu des citadin.ne.s gazé.e.s sans distinction. J’ai vu les condamnations judiciaires pleuvoir sur des personnes arrêtées au hasard. J’ai vu les entorses à la procédure. J’ai vu la violence du maintien de l’ordre.
Je n’ai rien lu de tout cela dans la presse dominante [6]. Il n’y a que la presse libre qui s’en est fait le relais.. C’est seulement là que j’ai perçu que je n’étais pas seul à être scandalisé et en colère. Au bout de ces mois d’occupation policière et de procès expéditif, comme si cela ne suffisait pas, je me retrouve moi aussi pris dans la machine judiciaire.

Je sais que mon cas n’est pas isolé. Je sais que beaucoup, qui comme moi, luttent pour un monde débarrassé de l’exploitation et des dominations, connaissent la prison, les vexations, les mutilations… Je sais que beaucoup, parcequ’ilelles sont au mauvais endroit au mauvais moment, parce qu’ilelles ont la "mauvaise" couleur de peau, le mauvais passeport, parce qu’ilelles sont pauvres, connaissent aussi la prison, les vexations, les mutilations…
Je sais que ce système repose sur une part non négligeable de violence légale. Je le sais parce que je le vis, mais aussi parce que je peux connaître des cas semblables, savoir ce que beaucoup vivent. Parce que je lis la presse libre.

Est-il donc absolument impossible d’opposer aux puissances de l’élimination l’organisation des éliminés ? [7]

Ces sites, ces radios, ces journaux sont une organisation concrète des éliminé.e.s, des exploité.e.s, des dominé.e.s, des opprimé.e.s. Et c’est pour ça qu’on les attaque, qu’on veut les faire taire.
Je suis 1 74 09 99 192.168.0.1. Je risque 5 ans de prison et 40 000 euros d’amende pour faire taire la solidarité et la presse libre !

Quelques exemples de presse libre :
RebellyonParis-Luttes.infoBrest-InfoRenverse.chla RotativeReims médias libres,IAATA ; Rennes Infole Jura libertaire« Article 11 »Soyons sauvagesEspoir ChiapasCollectif Bon pied bon oeilAtelier médias libresCourant AlternatifEditions AcratiePanthères enragéesPrimitiviéditions Albache« Jef Klak »le Numéro ZéroLa Brique« La Lettre à Lulu »Révolte numériqueRadio Zinzinezad.nadir.orgContre-faits,collectif Ciné 2000l’Actu des luttes (FPP)Journal Résister (Nancy)Revue LutopikLe collectif Contre Les Abus Policiers - C.L.A.P33L’Orchestre Poétique d’Avant-guerre O.P.A.L’Envolée pour en finir avec toutes les prisonsLundi MatinRadio CanutLignes de forceDemain le Grand SoirArchyvesRevue « Z »Le Canard sauvageIndymedia NantesHors Sol Confusionnisme.infoMille BabordsIacam« La Gazette de Gouzy »,« le Monde libertaire »Regarde à Vueradio Canal SudLa Horde, radio La Locale (Ariège), le collectif deInfoautéditions Entremondeéditions Libertalia,Acrimedradio Bartas (Lozère), la plate-forme Antifa-net.fr,Les Morback VénèresCQFD journalIndymedia Lille

Notes

[1La dépêche du vendredi 8 mai 2015 page 21

[220 minutess.fr en ligne le 07 mai 2015

[3La dépêche op.cit.

[4Georges Balandier, Le pouvoir sur scènes, Paris, Fayard, 2006, p. 163.

[5Patrick Champagne, Faire l’opinion  : lenouveau jeu politique, Paris, les Éd. de Minuit, coll. « Le Senscommun », 1990, p. 244

[6Avec quelques exceptions notables le plus souvent des tribunes ou des blogs périphériques (le monde, médiapart)… Finalement des points de vue qui ne rentre pas dans la catégorie « information ».

[7B. Brecht Théorie de la radio 1932 La radio appareil de communication. Discourssur la fonction de la radio

 

 

Source : REBELLYON INFO

 

Voir les commentaires

Publié le 16 Mai 2015

Soutien à IAATA.info

 

Face à la répression, l’information est une arme : soutien à IAATA.info

 

Soupçonné d’être responsable de la publication d’un article sur IAATA.info, site collaboratif et anti-autoritaire toulousain, une personne est poursuivie par la justice. Parce qu’informer face à la répression policière est légitime et nécessaire, communiqué de soutien dénonçant la criminalisation et l’intimidation des médias libres.

Ce jeudi 7 mai, la presse [1] a annoncé qu’un Toulousain était poursuivi par la justice pour « provocation publique à la commission d’un délit ou d’un crime ». Il est soupçonné d’être un « administrateur » de IAATA.info,un site d’information anti-autoritaire basé à Toulouse.

Cette poursuite serait liée à la publication d’un compte-rendu de la manif du 21 février 2015 à Toulouse. Cette manifestation était organisée un an après la manifestation nantaise contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes où 3 personnes avaient été éborgnées par des tirs de flashball. Elle avait pour mot d’ordre « Contre les violences
policières et en soutien aux ZAD ».
L’article en question propose quelques pistes de résistance contre les techniques de maintien de l’ordre employées par la police. Ce sont ces mêmes techniques qui ont conduit à la mort de Rémi Fraisse le 26 octobre 2014 et qui entrainent la mutilation de nombreuses personnes, dans les manifestations et dans les quartiers populaires.

Rappelons que, suite à la mort de Rémi, rien qu’à Toulouse sur l’ensemble des manifestations de novembre ce sont près de 60 personnes qui ont déjà été poursuivies et 4 sont encore en prison.

Rappelons aussi que la police tue une dizaine de personnes chaque année [2].

En 2014, Amadou Koumé à Paris, Abdelhak Gorafia à Roissy, Pierre Cayet à Saint-Denis, Abdoulaye Camara au Havre, Morad à Marseille, Houcine Bouras à Colmar, Bilal Nzohabonayo à Tours, Rémi Fraisse sur la ZAD des Sivens,Timothée Lake à Toulouse sont morts entre les mains de la police, sans compter les nombreuses et nombreux mutilé-e-s et blessé-e-s par les armes policières.

Un grand nombre de personnes se battent depuis plusieurs années contre la police et sa violence. Les médias libres, les collectifs militants, les associations et les familles des victimes relaient régulièrement sur internet, par voie de tracts et d’affiches, des guides d’auto-défense juridiques, des conseils pour se protéger pendant les manifestations et des conseils pour sécuriser nos communications sur internet ou par
téléphone. Les pratiques d’automedias sont d’autant plus importantes aujourd’hui que la police continue à mutiler et à tuer dans l’impunité. Il est inacceptable d’être poursuivi-e et arrêté-e pour « provocation publique à la commission d’un délit ou d’un crime », lorsqu’on appelle à se défendre face aux violences policières.

Depuis toujours, les mouvements sociaux et les personnes en lutte se réapproprient des medias pour permettre la diffusion de l’information alternative, la coordination dans les luttes, l’émergence d’une voix autre que celle des medias dominants. IAATA.info en est un exemple parmi d’autres.

IAATA est un site ouvert à la participation de tous et toutes, qui garantit l’anonymat des contributeur-ices et qui représente l’émanation collective d’une ville.
La police cherche à identifier un-e responsable auquel-le faire porter le chapeau, à l’isoler en individualisant les poursuites. Il n’y a pourtant nulle responsabilité éditoriale individuelle à trouver puisque ce site s’appuie comme d’autres sur un fonctionnement collectif, participatif, sans hiérarchie, dans la continuité d’une ligne anti-autoritaire.

A l’heure où l’État vote de nouvelles lois antiterroristes et la loi sur le renseignement, à l’heure où la liberté d’expression paraît n’appartenir qu’à certain-e-s, à l’heure où la justice relance l’affaire de Tarnac, à l’heure où les tribunaux poursuivent Le Jura Libertaire, il faut avoir une position claire.

L’armada sécuritaire du gouvernement nous concerne tous ! Montrons-leur notre détermination. Nous continuerons à soutenir et diffuser tous contenus relatifs à
l’autodéfense face à la police et à la justice ! Nous continuerons à porter des projets de medias indépendants et anti-autoritaires face aux intimidations de l’État !

Attaquer l’un d’entre nous, c’est nous attaquer tou-te-s ! Solidarité avec les médias libres et avec tous les réprimé-e-s !

Le 9 mai 2015.
Premiers signataires : (mise à jour 12 mai 9 h)

Les collectifs d’animation et de modération de RebellyonParis-Luttes.infoBrest-InfoRenverse.chla RotativeReims médias libresRennes InfoIAATA

et le Jura libertaire« Article 11 »Soyons sauvagesEspoir ChiapasCollectif Bon pied bon oeilAtelier médias libres« Courant Alternatif »Editions AcratiePanthères enragéesPrimitiviéditions Albache,« Jef Klak »le Numéro ZéroLa Brique« La Lettre à Lulu »Révolte numérique

Egalement soutenu par 
Groupe Salvador Segui de la Fédération anarchiste

Si vous souhaitez ajouter la signature de votre site, journal ou collectif, écrivez à paris-luttes-infos chez riseup.net.

P.-S.

Le collectif d’animation de iaata.info, a appris par la presse l’incrimination d’une personne pour une publication sur le site. Nous informerons plus précisément sur cette affaire dans les jours à venir.

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Messages de soutien

Publié le 26 Janvier 2015

17 h 

Que faites-vous Samedi 31 ?
LYAALY - Lycée Autonome et Autogéré de Lyon




Lycée Autonome et Autogéré de Lyon
- Association des Amis du LYAALY -

 

 

 

 

20 h

 

 

 

 

 

Que faites-vous Samedi 31 ?

 

 

Soutenir Radio Canut

Ceci est un appel à dons !

 

 

Radio Canut pour toujours ? Vous pouvez nous soutenir !

 

radio canut appel à dons

 

Nous sommes locataires d’un local, rue Sergent Blandan, dans le 1er arrondissement, depuis 1985. En 2014, une augmentation de 20% de notre loyer est venue fragiliser l’équilibre financier de notre association.

La perspective de futures hausses pourrait menacer, à plus long terme, la poursuite de nos activités. Et ce d’autant plus que TDF, la société chargée d’acheminer et d’émettre notre signal audio, augmente elle aussi régulièrement ses tarifs. Ces deux coûts cumulés représentent aujourd’hui 60 % de notre budget ; alors que la radio vit uniquement grâce une subvention du Fond de Soutien à l’Expression Radiophonique (FSER) et aux cotisations des adhérent-e-s, soit un budget total d’environ 50 000 euros par an. Pour pérenniser notre radio et lui permettre de garder son autonomie de fonctionnement dans les temps à venir, Radio Canut a besoin de votre aide et fait appel au soutien financier de toutes et de tous. Quel qu’en soit le montant, tous les coups de pouce sont les bienvenus.

Le loyer du local augmente en moyenne de 4  % par an. Il a augmenté de presque 300  % depuis le début du bail.

Dans le même temps, si l’aide du FSER reste stable (36000 euros) et nous permet de payer la diffusion, la "bonification" (un bonus lié à cette subvention, en gros) est, elle, passée de 7200 euros en 2005 à 383 euros cette année. Des chiffres très à l’image du monde où l’on vit... Le projet en est à ses débuts, et reste encore assez flou, surtout dès qu’on parle de chiffres. Nous sommes pour l’instant bien incapables de préciser quel est le montant exact de la somme dont nous avons besoin. On sait juste que ça représente beaucoup de milliers d’euros, donc des sommes dont nous n’avons pas l’habitude. Nous cherchons de l’argent, un lieu. Mais si vous nous offrez un local, nous n’avons plus besoin de sous...

Bref, nous préciserons tout ça au fur et à mesure de l’avancée de cette histoire. Restez à l’écoute...

 

 

L’argent ainsi récolté servira à financer l’achat d’un local pour la radio  :

   

- pour nous mettre à l’abri des hausses du marché immobilier et ne plus dépendre de l’appétit d’un propriétaire dans cette ville de plus en plus chère,

   

- pour nous donner les moyens de résister à l’augmentation constante des différents frais nécessaires au fonctionnement de "la plus rebelle des radios",

   

- pour que notre média puisse continuer à se battre, ici, sans se soucier des logiques de rentabilité, pour des dizaines d’années encore.

 

 

 

Notre budget :

ÉMETTRE & DIFFUSER : TDF, droits d’auteurs, matériel technique, internet, streaming...60 %

VIE DU LOCAL : Loyer, assurance, énergies, travaux & maintenance 25 %

FRAIS ADMINISTRATIFS 10 %

VIE ASSOCIATIVE : 1er mai, Abonnement Presse, Autocollants, Festivals & Rencontres... 5 %

 

 

 

 

Pour faire un don:               (tract A4 + bulletin)

 

Chèques à l’ordre de Radio Canut, à envoyer à :

Radio Canut

BP 1101

69201 LYON cedex 01

 

Si vous payez des impôts sur le revenu, vos dons ouvrent droit à une réduction d’impôt de 66%. Ainsi si vous donnez 100 euros , il ne vous en coûte en réalité que 34 (vous économisez 66 euros d’impôt). Pour cela il faut nous demander un reçu fiscal et bien nous fournir votre adresse...

 

 

Ou par virement bancaire en utilisant notre N° IBAN:

 

FR76    4255    9000    1241    0200    1731    581

 

(n'hésitez pas à nous prévenir par mail si vous faites un virement et notamment si vous voulez un reçu fiscal: soutenez.radiocanut@radiocanut.org)

 

 

Que faites-vous Samedi 31 ?

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Messages de soutien

Publié le 24 Décembre 2014

Myriam,

 

En ce jour, 24 décembre 2014, notre chère patrie unie et indivisible s’apprête à célébré Noël. Noël et sa couronne accrochée sur la porte, « Soyez les bienvenus chez nous », Noël et cette majorité de nos chers compatriotes qui s’apprêtent à célébrer dans l’abondance la naissance d’un homme qui disait « Aimez-vous les uns les autres », en s’offrant au passage le derniers CD des enfoirés pour se donner bonne conscience. Ils évoqueront avec nostalgie devant leurs enfants ce jour magique oû enfants eux-mêmes, ils ont franchi pour la première fois la grande porte de cette école au fronton de laquelle il est gravé dans la pierre cette devise de la république « LIBERTE EGALITE FRATERNITE »

Myriam, la décision de justice concernant les accusés du DAL33, m’a révolté, mais j’ai aussi lu dans Sud-ouest, la réaction de certains lecteurs et cela m’a écoeuré. Ecoeuré, car ce sont les mêmes qui vont ce soir fêter leur égoïsme en se cachant derrière un sapin joliment décoré. Révolté parce que les juges agissent en leur âme et conscience. Oû sont les âmes, oû sont les consciences, quand l’esprit de propriété devient plus fort que la fraternité, quand on en arrive à faire passer la propriété avant la mort potentiel d’un sans-abri ?

Alors, non Myriam, se révolter n’est pas un crime, la désobéissance civile n’est pas un problème. Le véritable criminel est celui qui est coupable de non-assistance à être humain en danger, et le véritable problème est notre obéissance.

Alors en ce jour, pour te témoigner mon soutien, pour te dire que la lutte continue, je t’offre ce poème que Bobby Sands a écrit en prison :

 

Il est une chose inhérente à chaque être humain

Connais-tu cette chose mon ami ?

 Elle a enduré les coups durant des millions d'années

 et résistera jusqu'à la fin des temps.

 

 Elle est apparue quand le temps n'avait pas de nom

 Elle a pris vie et grandeur

 tranchant les liens du mal

 d'un couteau à la lame acérée, impitoyable.

 

 Depuis le début des temps

 Elle a allumé des feux quand le feu n'existait pas

 brûlant les esprits des hommes

 et trempant en acier leurs coeurs lourds comme le plomb.

 

 Elle a versé des larmes sur les rives de Babylone

 et poussé un cri d'agonie et de colère

 quand tous les hommes furent perdus.

 Elle a saigné sur la Croix.

 

 Par le lion et l'épée

 elle périt à Rome

 sur la Voie Appienne,

 revêtue d'une armure de cruauté et de défi ,

 aux côtés de Spartacus

 quand le mot d'ordre était la mort.

 

 Elle marcha avec les plus miséreux

 gravée dans leurs regards

 où étincelait la mort comme vivante,

 effrayant Seigneurs et Rois.

 

 Elle a souri en toute innocence

 face aux anciens conquistadors

 docile, soumise et si inconsciente

 du pouvoir mortel de l'or.

 

 Elle explosa dans les rues misérables de Paris

 et prit d'assaut la vieille Bastille.

 Elle écrasa à coups de talons la tête des serpents.

 

 Elle est morte dans le sang des plaines de Buffalo

 Elle est morte de faim sous la lune et la pluie

 son Coeur fut enterré à Wounded Knee

 mais un beau jour elle renaîtra.

 

 Genoux à terre elle a hurlé de toutes ses forces

 près des lacs de Kerry.

 Elle est morte fièrement, emplie de défi

 alors qu'ils l'assassinaient froidement.

 

 On la trouve dans chaque lueur d'espoir

 Elle ne connaît ni entraves ni limites

 Elle a grandi dans le coeur des rouges, des noirs et des blancs

 Elle est dans toutes les races.

 

 Elle repose dans les coeurs des Héros morts

 Elle brille dans les yeux des tyrans

 Elle a atteint des sommets aussi élevés que les plus hautes montagnes.

 Tel l'éclair elle déchire les cieux.

 

ELLE ILLUMINE LES MURS DE CETTE CELLULE

 

Elle exprime sa puissance en tonnant.

 

 Cette chose est un sentiment inébranlable mon ami

 qui te fait dire "JE SUIS DANS LE VRAI"

 

 

 

Avec amour et Fraternité

 

Serge

Lettre ouverte à Myriam et aux accusés du DAL33

Voir les commentaires