Publié le 30 Novembre 2012




à l'âge de 11 ans il reçoit un harmonica en cadeau de noël ...







  

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 26 Novembre 2012




Le temps d'une cigarette




De Villefranche à Anse, la plus belle lieue de France

Ce dicton n’a pas été écrit en Novembre

Je pose mon chalumeau et m’accorde une  cigarette

Je contemple la Saône du haut de ma toiture

La brume a envahie la vallée 

 L’aube ne laisse apparaitre que des ombres

Et ce soleil qui ne veut pas percer …

Je pense à toi Angye et à ta Colombie

Ici les médias taisent les nouvelles de chez toi

Seuls quelques rares amoureux de la vérité renvoient un faible signal

Cela fait presque un an que tu vis dans l’attente

Avec ces vingt ans en épée de Damoclès

Le vent balaie le givre et me glace les doigts

Je tire une bouffée

Et  ce soleil qui ne veut pas percer …

L’actualité poursuit sa course t’oubliant dans les camps de roms

Négligeant ta cause et piétinant la Liberté

Seras-tu demain à Gaza  lorsque Noël oubliera les enfants de Palestine ?

Je recrache la fumée en scrutant le ciel

Et ce soleil qui ne veut pas percer …

Ici on nous drogue à l’égoïsme, mais ce trafic est légal

Je t’imagine réfugiée dans les mots des poètes

Avec cette chaine qui t’empêche de te battre

Ta fille à tes cotés, rassurée par ton sourire de mère

Ma cigarette est presque finie

 J’ai envie d’en fumer une autre, de soulager mon dos

Et ce soleil qui ne veut pas percer …

J’espère simplement qu’il est parti chez toi

 Dissiper les brumes de Medellin

S’il n’a pas percé à midi, c’est foutu pour aujourd’hui

Je reviendrai demain pour me geler les os

Quand ton volcan me parle je perce le brouillard



Hobo-lullaby




brume.jpg



 

  

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 24 Novembre 2012





Le Vieux Mendiant



J’ai vu de bonnes gens, j’ai vu de saintes gens, mais je n’ai jamais vu mon chapeau plein d’argent.
 
Il tremble tout crasseux devant ma mine grise... Une gargouille en vie est tombée de l’église ?
 
Je grogne. Ô jeune enfant, ton sou neuf me désarme. Pardon, si j’ai la gueule argentée de mes larmes.
 
J’en ai pourtant compris, estimé, vu des choses, hommes-loups, femmes-chiens et la neige et les roses.
 
Aux socs de mes pieds nus raboteurs des ornières, j’ai vu par grands copeaux se lever la poussière.
 
J’ai vu la fée un jour au bord de mes vingt ans, et de l’avoir vu fuir je pleure en mon vieux temps.
 
Que de fois j’aurai vu — tendresse de mon cœur ! — la flamme du fusil abattre un lièvre en fleur.
 
Hôte de ces bois noirs, souvent j’ai vu l’orage nous balayer le ciel d’un balai de feuillage.
 
Ah ! tout ce que j’ai vu ! J’ai vu pendant nos guerres saint Michel éclaireur de Jeanne la Guerrière.
 
Il la baisait au front, torche haute en avant. J’ai vu bien des guirlandes d’Amours dans le vent.
 
Hier j’ai vu, c’était la Sainte-Niquedouille, à travers l’arc-en-ciel, l’averse des grenouilles.
 
Mais je n’ai jamais vu — pieuses bonnes gens — non, je n’ai jamais vu mon chapeau plein d’argent.



Paul Fort









 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 22 Novembre 2012




Deux extraits du documentaire Un jour sur terre que je vous recommande pour la qualité exceptionnelle de ses images ...





Baumgartner n'est rien qu'un pisse-menu !










Rafraichissant, non ?



  
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #voyage

Publié le 20 Novembre 2012



Lu sur le grand soir  :  http://www.legrandsoir.info/nous-accusons-la-sourde-oreille-des-grands-medias-sur-la-situation-et-la-gravite-des-atrocites-commises-par-israel-a-gaza.html



 

16 novembre 2012

H. Borer, A. Bustros, N. Chomsky, D. Heap, S. Kelly, M. Noonan, P. Prévost, V. Stresing, L. Tuller

Nous accusons ! La sourde oreille des grands médias sur la situation et la gravité des atrocités commises par Israël à Gaza.

Tandis que les nations d’Europe et d’Amérique du Nord commémoraient, le 11 novembre, les pertes militaires de guerres passées et présentes, Israël ciblait des civils. Le 12 novembre, à l’orée d’une nouvelle semaine, les lecteurs étaient inondés, pendant leur petit-déjeuner, de comptes rendus déchirants relatant les pertes humaines militaires passées et actuelles. Cependant, on semblait taire le fait essentiel selon lequel les pertes humaines les plus importantes lors des conflits armés contemporains touchent les populations civiles. Le matin du 12 novembre était également marqué par une absence criante d’information relatant les attaques militaires sur Gaza qui se sont poursuivies pendant tout le week-end. Une recherche superficielle confirme cette omission sur le réseau de télévision canadien Canadian Broadcasting Corporation (CBC) et les journaux canadiens dont le Globe and Mail, la Gazette de Montréal et le Toronto Star. De même en ce qui concerne le New York Times et la BBC.

Selon le rapport du Centre palestinien pour les droits de l’homme daté du 11 novembre, cinq civils palestiniens, dont trois enfants, avaient été tués dans la Bande de Gaza dans les 72 heures précédentes, en plus de deux membres de la sécurité palestinienne. Quatre de ces décès étaient dus à des tirs d’obus de Tsahal sur des enfants jouant au football. De plus, 52 civils ont été blessés, dont six femmes et 12 enfants. (Depuis que nous avons commencé à rédiger ce texte, le nombre de victimes palestiniennes a d’ailleurs augmenté et continue de croître.)

Les articles qui rapportent les meurtres commis se concentrent en grande majorité sur l’élimination des membres de la sécurité palestinienne. Par exemple, un article de l’Associated Press (AP) publié par la CBC le 13 novembre, intitulé Israel mulls resuming targeted killings of Gaza militants (« Israël réfléchit à la reprise des éliminations ciblées de militants de Gaza ») ne fait aucune mention des morts et des blessés parmi la population civile. Il caractérise les meurtres « d’assassinats ciblés ». Le fait que les pertes humaines soient dans une large mesure des victimes civiles, indique qu’Israël n’est pas tant engagée dans des meurtres « ciblés » que dans des assassinats « aveugles », commettant ainsi à nouveau le crime de punition collective. Un autre article de l’AP paru au bulletin d’informations de la CBC le 12 novembre et intitulé Gaza rocket fire raises pressure on Israel government (« Des tirs de roquettes mettent la pression sur le gouvernement israélien ») est accompagné de la photo d’une femme israélienne regardant un trou dans le plafond de son salon. Et là encore, aucune image, ni aucune mention des nombreuses victimes et des cadavres à Gaza. Dans le même ordre d’idées, la BBC titrait, le 12 novembre, Israel hit by fresh volley of rockets from Gaza (« Israël frappée par une nouvelle pluie de roquettes tirées depuis Gaza »). La même tendance se retrouve dans les grands journaux européens.

La couverture des premiers moments de la présente exacerbation insiste principalement sur les roquettes tirées depuis Gaza, dont aucune n’a causé de blessés ni de morts. Ce qu’on ignore sciemment, ce sont les bombardements touchant la bande de Gaza qui, eux, ont causé de nombreuses victimes, dont des morts et plusieurs blessés graves. Nul besoin d’être un expert en science des médias pour comprendre qu’on a affaire au mieux à des reportages bâclés et biaisés, et au pire à une désinformation pure et simple, basée sur une mauvaise foi délibérée et qui vise à déformer les faits pour tromper les lecteurs.

De plus, les articles mentionnant les victimes palestiniennes à Gaza rapportent systématiquement que les opérations militaires israéliennes était en représailles à des tirs de roquettes et à deux soldats blessés. Cependant, si l’on examine la chronologie des événements, la flambée de violence actuelle a débuté le 5 novembre dernier quand un innocent âgé de 20 ans et souffrant apparemment de troubles mentaux, Ahmad al-Nabaheen, a été tué alors qu’il déambulait près de la frontière. Les médecins ont dû patienter pendant six heures avant d’être autorisés à le secourir, et ils pensent que son décès est très certainement dû à cette attente. Puis, le 8 novembre, un garçon âgé de 13 ans qui jouait au football devant sa maison a été tué par les Forces d’occupation israéliennes qui avaient fait une incursion dans le territoire de la Bande de Gaza avec des chars d’assaut et des hélicoptères. Le fait que quatre soldats israéliens aient été blessés à la frontière le 10 novembre faisait donc partie d’une série d’événements incluant la mort de civils de Gaza, et n’en constituait en aucun cas l’élément déclencheur.

Nous, les signataires de ce texte, sommes récemment rentrés d’un séjour dans la Bande de Gaza. Certains d’entre nous sommes en contact direct avec des palestiniens vivant à Gaza à travers les réseaux sociaux. Pendant deux nuits d’affilée, le 10 et le 11 novembre, les palestiniens de Gaza ont été privés de sommeil à cause du survol incessant de drones et d’avions F16 et de bombardements aveugles de leur territoire densément peuplé. L’objectif de ces opérations semble clair : il est de terroriser la population, objectif atteint d’ailleurs, comme nous pouvons l’affirmer grâce aux témoignages de nos contacts sur place. S’il n’y avait pas eu de messages affichés sur Facebook, nous n’aurions pas conscience de l’envergure des bombardements et du degré de terreur ressenti par les civils palestiniens ordinaires de Gaza. Ceci contraste vivement avec ce que le monde sait du choc ressenti par les citoyens israéliens victimes des tirs de roquettes.

Selon un rapport non officiel envoyé le 11 novembre par un médecin canadien qui se trouvait à Gaza et qui a apporté son aide au service d’urgences de l’hôpital de Shifa durant le week-end, « les blessés étaient tous des civils présentant de multiples blessures de perforation provenant d’éclats d’obus : lésions cérébrales, blessures au cou, hemo-pneumothorax, tamponnade péricardiale, rupture de la rate, perforations intestinales, membres déchiquetés, amputations traumatiques. Tout ceci sans aucun écran de contrôle, avec peu de stéthoscopes, une seule machine à ultrasons… Plusieurs victimes souffrant de blessures graves mais n’engageant pas leur pronostic vital ont été renvoyées chez elles avant d’être examinées de nouveau le lendemain matin à cause du nombre considérable de blessures graves à traiter. La profondeur des blessures dues aux éclats d’obus donnait froid dans le dos. De petites blessures au demeurant, mais avec des dégâts internes massifs… Et tout cela avec très peu de morphine disponible pour atténuer la douleur. »

Apparemment, ce genre de scènes n’est pas digne d’être rapporté par le New York Times, la CBC ou la BBC.

Les préjugés et la malhonnêteté qui caractérisent la couverture de l’oppression palestinienne par les médias occidentaux ne sont pas nouveaux ; ceci a été amplement documenté. Pourtant, Israël continue à commettre des crimes contre l’humanité avec l’assentiment total et le soutien moral, financier et militaire de nos gouvernements, que ce soit les Etats-Unis, le Canada ou l’Union Européenne. Benyamin Netanyahu est en ce moment même en train de recueillir le soutien diplomatique des pays occidentaux en vue d’attaques à venir sur Gaza, ce qui nous fait craindre qu’une nouvelle opération du même type que « Plomb durci » se profile à l’horizon. En fait, les événements les plus récents confirment qu’une telle escalade est déjà en état de marche, tel que le montre le décompte des morts aujourd’hui. L’absence d’indignation populaire massive face à ces crimes est une conséquence directe de la dissimulation systématique des faits et de la manière distordue dont ces crimes sont rapportés.

Nous souhaitons exprimer notre indignation concernant la couverture médiatique scandaleuse de ces événements dans les grands médias. Nous appelons les journalistes du monde entier travaillant pour des antennes de ces grands médias à refuser d’être instrumentalisés à travers cette politique systématique de manipulation. Nous appelons également les citoyens à s’informer en consultant les médias indépendants et à laisser leur conscience s’exprimer ouvertement de la manière qu’ils jugent la plus efficace et appropriée.

 

Hagit Borer, Grande Bretagne

Antoine Bustros, Canada

Noam Chomsky, USA

David Heap, Canada

Stephanie Kelly, Canada

Máire Noonan, Canada

Philippe Prévost, France

Verena Stresing, France

Laurie Tuller, France



Source  :  http://mondoweiss.net/2012/11/nous-accusons-mainstream-media...


Et pour ceux qui veulent réellement "écouter la différence"  :  http://www.assawra.info/

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #propagande

Publié le 19 Novembre 2012






Lesieur, Bolera et Areva sont les vainqueurs des Prix Pinocchio 2012

Paris, le 13 novembre 2012 - Les Amis de la Terre en partenariat avec le Centre de recherche et d'information pour le développement (CRID) et Peuples Solidaires ont décerné ce soir à La Java, les Prix Pinocchio du développement durable. Cette année, plus de 17 000 internautes se sont exprimés pour élire leurs lauréats parmi les entreprises nominées. Lesieur, Bolera et Areva sont les grands vainqueurs de l’édition 2012.

Lesieur a reçu le prix « Plus vert que vert » avec 38 % des votes pour sa campagne publicitaire « Aidons l’Afrique : une bouteille d’huile Lesieur achetée, une bouteille envoyée », illustrant l’engagement du groupe français en matière d’aide aux populations africaines souffrant de famine. Pourtant, Lesieur, via sa maison mère Sofiprotéol, est l’un des plus importants producteur et promoteur de l’industrie des agrocarburants, qualifiée de « crime contre l'Humanité » par Jean Ziegler, ancien rapporteur des Nations unies pour le droit à l'alimentation. Entre 2002 et 2008, près de 75 % de la hausse des prix alimentaires serait en effet imputable aux mouvements financiers spéculatifs utilisant les politiques de soutien aux agrocarburants dans l'Union européenne et aux États-Unis.

Bolera Minera, une joint venture formée par les groupes Bolloré et Eramet l’emporte dans la catégorie « Une pour tous, tout pour moi » avec 35 % des votes. L’entreprise a obtenu en 2010 un permis d’exploration pour la recherche de lithium en Argentine, dans une région où vivent 33 communautés indigènes. S’estimant lésées dans leur droits à être consultées et à décider de leur propre développement, tel qu’inscrit dans le droit argentin, ces communautés se sont mobilisées : une plainte a été déposée devant la Cour Suprême d’Argentine à l’encontre des gouvernements locaux censés assurer l’effectivité des droits de ces communautés, ainsi qu’auprès du Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, qui en juillet 2012, a émis un rapport pointant du doigt les impacts socio-environnementaux de l’exploitation du lithium dans la région de Salinas Grandes.

Avec 45 % des votes, Areva remporte le Prix Pinocchio dans la catégorie « Mains sales, poches pleines ». Refusant de reconnaître sa responsabilité dans la dégradation des conditions de vie des populations vivant à proximité de ses mines d’uranium en Afrique et pour le décès d’un de ses ex-salarié par cancer du poumon, le groupe nucléaire français serait également impliqué dans un gigantesque montage financier litigieux en vue d’obtenir le marché de construction de centrales nucléaires en Afrique du Sud.

Lauréat l’année dernière dans la catégorie « Plus vert que vert », et de nouveau nominé cette année, Vinci ne pouvait être exempt de toute récompense. Romain Porcheron, chargé de mission aux Amis de la Terre France : « Les Amis de la Terre dénoncent les violences perpétrées par les autorités publiques envers les citoyens luttant contre les grands projets inutiles dont Vinci est concessionnaire, en Russie (projet de construction d’une autoroute au cœur de la forêt de Khimki) comme en France (projet de construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes). Les Amis de la Terre ont ainsi décidé de remettre un Prix Pinocchio d’honneur collégial hors vote, à Vinci, en tant qu’opérateur de ces projets dénoncés de longues dates par les populations locales, et aux décideurs publics français et russes qui en sont à l’origine ».

Depuis 2008, les Prix Pinocchio ont permis de dénoncer les mensonges de 33 multinationales françaises, faisant tomber les masques sur la réalité des pratiques de ces grands groupes économiques surfant allègrement sur la vague du développement durable pour accroître leurs profits. Le nombre sans cesse croissant de votes pour les prix Pinocchio prouve le soutien grandissant des citoyen-ne-s à la lutte contre l’impunité dont bénéficient aujourd’hui ces multinationales françaises en matière d’impact social et environnemental de leurs activités, un combat mené de longue date par les Amis de la Terre, le CRID et Peuples Solidaires.

Catégorie "Plus vert sur vert"

1.Lesieur (38 %)

2.Auchan (36,3 %)

3.Urbaser (25,7 %)

 

Catégorie "Une pour tous, tout pour moi!

1.Bolera Minera (35 %)

2.Alteo/rio Tinto (34 %)

3.Vinci (31 %)

 

Catégorie "Mains sales, poches pleines"

 

1.Areva (45 %)

2.BNP Paribas (32 %)

3.Perenco (23 %)



Source : http://www.prix-pinocchio.org/index.php


Qui sommes nous ?


 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le 18 Novembre 2012




Merci à André Chenet qui a mis en ligne sur son site un sublime poème, brulant d'actualité et de solidarité.

 

Je suis pour le terrorisme est un poéme, un chant Palestinien écrit par   Nizar Qabbani (1923 - 1998 )  Poète syrien, dont voici un extrait :

 

 

On nous accuse de terrorisme

Quand nous refusons la mort

Sous les bulldozers d’Israël

Qui dévastent notre terre, notre histoire, nos Évangiles

Notre Coran

Les reliques de nos prophètes

Si c'est là notre crime

Que le terrorisme est beau !

 

On nous accuse de terrorisme

Si nous refusons notre extinction

par les Mongols, les Juifs, les Barbares

Si nous lançons des pierres

Sur les vitres

Du Conseil de Sécurité

Aux mains des Tsars de notre temps

On nous accuse de terrorisme

Si nous refusons

De tendre notre main à

L’Amérique

Ennemie des cultures humaines

Elle-même sans culture,

Ennemie des civilisations humaines

Elle-même sans civilisation

L'Amérique, bâtisse géante

Sans murs.

 

On nous accuse de terrorisme

Si nous refusons une époque où l’Amérique

est devenue suffisante, riche, puissante

Traductrice assermentée

de l’hébreu.

On nous accuse de terrorisme

Si nous lançons une rose

Vers Jérusalem

Vers Al Khalil

Vers Gaza

Vers Nazareth

Si nous livrons du pain et de l’eau

Aux Troyens assiégés.

 

On nous accuse de terrorisme

Si nous élevons la voix

Contre les dominateurs qui veulent nous isoler

Contre tous ceux qui ont changé de selle

Et d’unionistes sont devenus laquais.

 

On nous accuse de terrorisme

Si nous faisons profession de culture

Si nous lisons un livre de juridiction ou de politique

Si nous en appelons à notre Dieu

Si nous la lisons la Sourate Al Fatah

Et écoutons le prêche du Vendredi

Nous commettons là un acte terroriste.

 

On nous accuse de terrorisme

Si nous défendons notre pays

Et la dignité de son sol

Si nous nous révoltions contre l’extorsion de notre peuple

Notre propre extorsion

Si nous protégeons le dernier palmier de notre désert

Et la dernière étoile de notre ciel

Et les dernières lettres de nos noms

Et la dernière goutte de lait du sein de notre mère

Si tel est notre crime

Que le terrorisme est magnifique !



L'intégralité de ce superbe chant sur le site d'André Chenet ( Danger Poèsie) :  http://poesiedanger.blogspot.fr/



free palestine1



 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté