Articles avec #musique tag

Publié le 20 Août 2017

 

Anne Sylvestre sors de ce corps !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 18 Août 2017

 

 

San Quentin, tu es l'enfer pour moi.

 Tu m'accueilles depuis 1963.

J'ai vu des gens partir et arriver et je les ai vus mourir.

 Il y a bien longtemps que je ne me demande plus pourquoi.
 

.
San Quentin, je déteste tout tes recoins.

 Tu m'as coupé de tout, j'ai eu peur plein de fois.

 Je sortirai de là sage mais surtout faible,

 Monsieur ! membre du congrès ! pourquoi ne comprenez-vous pas !
 

San Quentin, que penses-tu faire de bien ?

Penses-tu que je serais différent lorsque t'auras terminé ?

 Tu pli mon cœur, mon esprit, mon âme,

Dans tes murs en pierres froides, ou mon sang tourne.
 


San Quentin, peut puisses tu pourrir et brûler en enfer.

 Que tes murs tombent et que je vive pour raconter.

Que tout le monde sache que tu n'es pas bon,

San Quentin, tu es l'enfer pour moi.

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 16 Août 2017

ÉTRANGES ÉTRANGERS

Kabyles de la Chapelle et des quais de Javel
Hommes de pays loin
Cobayes des colonies
Doux petits musiciens
Soleils adolescents de la porte d’Italie
Boumians de la porte de Saint-Ouen
Apatrides d’Aubervilliers
Brûleurs des grandes ordures de la ville de Paris
Ébouillanteurs des bêtes trouvées mortes sur pied
Au beau milieu des rues
Tunisiens de Grenelle
Embauchés débauchés
Manœuvres désœuvrés
Polacks du Marais du Temple des Rosiers
Cordonniers de Cordoue soutiers de Barcelone
Pêcheurs des Baléares ou du cap Finistère
Rescapés de Franco
Et déportés de France et de Navarre
Pour avoir défendu en souvenir de la vôtre
La liberté des autres.
 
Esclaves noirs de Fréjus
Tiraillés et parqués
Au bord d’une petite mer
Où peu vous vous baignez
Esclaves noirs de Fréjus
Qui évoquez chaque soir
Dans les locaux disciplinaires
Avec une vieille boîte à cigares
Et quelques bouts de fil de fer
Tous les échos de vos villages
Tous les oiseaux de vos forêts
Et ne venez dans la capitale
Que pour fêter au pas cadencé
La prise de la Bastille le quatorze juillet.
 
Enfants du Sénégal
Départriés expatriés et naturalisés.
Enfants indochinois
Jongleurs aux innocents couteaux
Qui vendiez autrefois aux terrasses des cafés
De jolis dragons d’or faits de papier plié
Enfants trop tôt grandis et si vite en allés
Qui dormez aujourd’hui de retour au pays
Le visage dans la terre
Et des hommes incendiaires labourant vos rizières.
On vous a renvoyé
La monnaie de vos papiers dorés
On vous a retourné
Vos petits couteaux dans le dos.
 
Étranges étrangers
 
Vous êtes de la ville
Vous êtes de sa vie
Même si mal en vivez
Même si vous en mourez.
Jacques PREVERT
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique, #poèsie

Publié le 7 Avril 2017

 

Putain, il a pris de l'ampleur votre petit garage d'Ampuis

avec une tendre pensée pour Philippe et Muriel qui s'en sont allés

et une bise à vous deux

Que les dieux du Blues soient avec vous !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Blues, #musique

Publié le 12 Mars 2017

 

 

 

 

 

 

 

Spanish Bombs (Bombes Espagnoles)

Spanish songs in Andalucia
Chansons espagnoles en Andalousie
The shooting sites in the days of ‘39
Les lieux de fusillades aux jours de 1939
Oh, please leave the vendanna open,
Oh, s'il te plait laisse la vendanna ouverte
Frederico Lorca is dead and gone
Frederico Lorca est mort et enterré
Bullet holes in the cemetery walls
Trous de balles dans les murs du cimetière
The black cars of the guardia civil
Les voitures noires de la garde civile
Spanish bombs on the Costa Rica
Bombes espagnoles au Costa Rica
I'm flying in on a D. C. 10 tonight
Je m'envole sur un D. C. 10 ce soir

[Refrain]
[Refrain]
Spanish bombs, yo t'quierro y finito
Bombes espagnoles, je t'aime et c'est fini
Yo te querda, oh mi corazon
Je t'ai trouvé, oh mon coeur
Spanish bombs, yo te quierro y finito
Bombes espagnoles, je t'aime et c'est fini
Yo te querda, oh mi corazon
Je t'ai trouvé, oh mon coeur

Spanish weeks in my disco casino
Semaines espagnoles dans mon casino disco
The freedom fighters died upon the hill
Ceux qui se battent pour la liberté sont morts sur la colline
They sang the red flag, they wore the black one
Ils ont chanté le drapeau rouge, ils ont porté le noir
But after they died it was mockingbird hill
Mais après qu'ils meurent c'était la colline du moqueur
Back home the buses went up in flashes
De retour à la maison les bus sont montés en éclats
The Irish tombs was drenched in blood
Les tombeaux irlandais ont été trempés dans le sang
Spanish bombs shatter the hotels
Les bombes espagnoles fracassent les hôtels
My senorita's rose was nipped in the bud
La rose de ma demoiselle a été étouffée dans l'oeuf

[Refrain]
[Refrain]

The hillsides ring with " free the people "
Les collines résonnent de "libérez les gens"
Or can I hear the echo from the days of '39 ?
Où je peut entendre l'écho des jours de 1939
With trenches full of poets
Avec les tranchées pleines de poètes
The ragged army fixing bayonets to fight to other line
L'armée déguenillée fixant les baïonettes pour lutter contre l'adversaire
Spanish bombs rock the province
Les bombes espagnoles secouent la province
I'm hearing music from another time
J'entend une musique d'un autre temps
Spanish bombs on the Costa Brava
Les bombes espagnoles sur la Costa Brava
I'm flying in on a D. C. 10 tonight
Je m'envole sur un D. C. 10 ce soir

Spanish bombs in Andalucia
Bombes espagnoles en Andalousie
Mandolina, oh mi corazon
Mandolina, oh mon coeur
Spanish bombs in Granada
Bombes espagnoles a Grenade
Mandolina, oh mi corazon
Mandolina, oh mon coeur


source : la coccinelle

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 22 Janvier 2017

 

Sacar la voz

 

Respirer pour libérer la voix

s'envoler plus vite que l'aigle

respirer la splendeur du futur

plus encore que le faire ensemble

libérer de toutes les pudeur

ne plus sentir l'oppression

respirer pour libérer la voix

 

Débarrassez-vous de toute modestie,
Prenez les rênes,
Sans concession à l'opresseur
Marcher debout sans crainte,
Respirez et élevez la voix.
 
 
Anita Tijoux

Voir les commentaires