Articles avec #poesie tag

Publié le 5 Février 2013





Vous, les pauvres,
 Dites-moi
 Si la vie
 N'est pas une garce!
 
 Ah! Dire que
 Vous êtes les indispensables!...
 
 Ouvriers, gens modestes
 Pourquoi les gros
 Vous étouffent-ils en leur graisse
 Malsaine de profiteurs?
 
 Ouvriers,
 Les premiers à la tâche,
 Les premiers au combat,
 Les premiers au sacrifice,
 Et les premiers dans la détresse...
 
 Ouvriers,
 Mes frères au front songeur,
 Je voudrais tant
 Mettre un juste laurier,
 
 A vos gloires posthumes
 De sacrifiés.
 - La grosse machine humaine
 A beuglé sur leurs têtes,
 Et vente à leurs oreilles
 Le soupir gémissant des perclus !...
 
 Au foyer ingrat
 D’une infernale société,
 Vous rentrez exténués,
 Sans un réconfort
 
 Pour vos cœurs de « bétail pensif »…
 Et vos bras,
 Vos bras sains et lourds de sueur,
 Vos bras portent le calvaire
 De vos existences de renoncement !
 
 
Kateb Yacine   -    Soliloques












 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 19 Janvier 2013








Je refuse


Je refuse de vivre dans un pays soumis, vassalisé, cassé, conquis
Un pays de Disneylands, de luge-lands, de no man's lands, de mort lente
Je refuse la haine, l'exclusion, la ségrégation, la soumission, la démission,
l'expulsion
Je refuse les ruines, les combines, l'intérim,
Je refuse l'Europe du fric et de la trique
Je refuse de léguer à mon enfant un avenir de décombres
De tôles rouillées, de portes fermées entre l'errance,
l'espoir d'une vague saison
et le petit boulot à trois mois d'espérance de vie
Je refuse que mon pays devienne un désert de friches, d'artifices,
de cicatrices, un parking de chômeurs au pied d'une montagne de luxe,
le royaume de la triche, du temporaire, du précaire et de la mort en blanc
Je refuse l'avenir à tiers temps
J'aime la dignité, la liberté, la solidarité
J'aime la vie
 
 
 
MICHEL ETIEVENT










 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 12 Janvier 2013





La symphonie errante

Je cherche mes rallonges telluriques,
Mes incommensurables sphères
Dans les dilatations de l’exil,
L’ombre ivre de ma soif
Dans la sècheresse de l’arôme somnambule.
Je cherche mes imprécations
Creusant les sillons du retour
Contre les serres des vautours,
Ton ombre aux aguets
De cet éveil cinglant
Erection du soleil
A la symphonie errante du dromadaire !
Je cherche le râle éclaté
De mes vertèbres lyres en délire,
S’étouffant de leurs notes déportées,
Mes soupirs tonnant de bleus fuyants
Dans l’inatteignable voyage
De ce papillon qui s’éreinte
En poursuites trébuchantes,
Au-delà de ses rêves brisés !
Je rêve de comètes,
D’astres flamboyants,
De méduses lunes
Ouvertures transparentes
Des inextinguibles profondeurs !
Je rêve, muet,
Dans la soif de tes pas,
Sur les sables du voyage
Auquel je t’invite vers les prairies rouges
Et leurs feux bleus !
Ô muse de mon départ !
Astre scintillant
Sur les lèvres ouvertes des vagues !
Il n’y a plus de toits !
Pluie d’encens rouge
Sur tes seins embaumés
Dans le linceul de l’extase des rencontres crépusculaires !
Viens de mes reviens fatigués !
Je te prêterai les ailes immaculées
De mes Icare exilés.
Je te montrerai
L’axe de l’impact pluriel,
L’agonie du cogito carnivore,
Ce manteau d’erreurs spectrales !
Viens !
Accroche-toi aux tiges sans amarres
De cette forêt éclatée !
Reviens de mes viens
Qui valsent dans l’aube
Des intraduisibles fermentations !
Nous écrirons la grandeur du menu moineau
Echeveau des sens triangulés !
Cet azur qui nous appelle
Nous retrace dans nos fibres de nouveau-nés !
Reviens
Au commun des immortelles mésanges assoiffées.
Je te composerai,
Sur le clavier des escaliers,
Une symphonie qui te mènera
Jusqu’à mon perchoir d’exilé !
 
 
 
 
 Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"


Le site de l'auteur  : http://mokhtarives.blogspot.fr/









 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 2 Janvier 2013




 
Mort s.d.f
 
 
 
 
 
 
 
 
Un mort
 
S.D.F.
 
m’accoste :
 
 
 
On ne m’accepte
 
dans aucun cimetière
 
sans passeport ni visa
 
ni visage
 
légitime
 
pour franchir ta frontière.
 
Je suis délocalisé
 
délégalisé
 
mort démoralisé
 
moi qui espérais qu’on m’accorde
 
l’hospitalité des racines
 
depuis longtemps pourries
 
de mes parents
 
sous l’aile dévastée mais secourable
 
de mon origine perdue.
 
 
 
Or ne pas habiter Paris
 
de mon vivant
 
au terme de la loi
 
qui scalpe les affects
 
m’exclut d’y vivre ma mort
 
m’interdit cette escale
 
de l’au-delà.
 
 
 
Il est tant de lieux affectés à l’inhumanité
 
quand les lieux d’inhumation affichent complet
 
pour les cadavres
 
non enregistrés au cadastre
 
et l’on ne prévoit aucune séance
 
de rattrapage mortuaire
 
dans ce cinéma sans quartier
 
où l’on travaille au noir
 
 
 
la finition du deuil.
 
Pas un strapontin libre pour
 
les retardataires les réfractaires.
 
 
 
Ça passe ou ça casse
 
moi je me casse
 
dans les exils d’avant les juifs
 
dans les ailleurs d’avant les os
 
dans les eaux d’avant le déluge
 
où je demanderai droit de passage à Noé
 
si son Arche n’est pas encore surbookée
 
d’animaux humains
 
et d’humains écorchés de leur humanité.
 
 
 
Que lui répondre
 
moi l’accueillante
 
à tous les mots à tous les morts ?
 
Mais il lui reste
 
la solution finale :
 
se changer en poignée de cendres
 
et l’urne funéraire
 
lui servira d’arche
 
pour voguer vers l’éternité.
 
 
 
 
 
Charles DOBZYNSKI





 






 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 2 Janvier 2013




"LA POÉSIE DOIT AVOIR POUR BUT LA VÉRITÉ PRATIQUE"

 

À mes amis exigeants

 

 

 

Si je vous dis que le soleil dans la forêt

 

Est comme un ventre qui se donne dans un lit

 

Vous me croyez vous approuvez tous mes désirs

 

 

Si je vous dis que le cristal d’un jour de pluie

 

Sonne toujours dans la paresse de l’amour

 

Vous me croyez vous allongez le temps d’aimer

 

 

Si je vous dis que sur les branches de mon lit

 

Fait son nid un oiseau qui ne dit jamais oui

 

Vous me croyez vous partagez mon inquiétude

 

 

Si je vous dis que dans le golfe d’une source

 

Tourne la clé d’un fleuve entr’ouvrant la verdure

 

Vous me croyez encore plus vous comprenez

 

 

Mais si je chante sans détours ma rue entière

 

Et mon pays entier comme une rue sans fin

 

Vous ne me croyez plus vous allez au désert

 

 

Car vous marchez sans but sans savoir que les hommes

 

Ont besoin d’être unis d’espérer de lutter

 

Pour expliquer le monde et pour le transformer

 

 

D’un seul pas de mon coeur je vous entraînerai

 

Je suis sans forces j’ai vécu je vis encore

 

Mais je m’étonne de parler pour vous ravir

 

 

Quand je voudrais vous libérer pour vous confondre

 

Aussi bien avec l’algue et le jonc de l’aurore

 

Qu’avec nos frères qui construisent leur lumière

 

 

 

Paul Eluard.

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 29 Décembre 2012



 Il y 122 ans jour pour jour, le 29 Décembre 1890 ...




La 7e de cavalerie a reçu l'ordre du commandant du département de la Platte, le général John Brooke, de désarmer le clan de Big Foot avant le transfert vers le Nebraska. La veille au soir, après avoir été escortés au camp et avoir été encerclés de toute part, les Lakota sont considérés comme des prisonniers virtuels. Forsyth choisit de ne pas essayer de les désarmer dans la soirée.
Au matin, les hommes Lakota sont rassemblés et informés qu'ils doivent remettre toutes leurs armes à feu. Les soldats, craignant que des armes restent cachées, commencent à fouiller les tentes, provoquant la colère des Lakota qui, selon l'armée, sont sous l'influence d'un chaman Miniconjou, Yellow Bird.
Lorsque les soldats tentent de désarmer un Lakota nommé Black Coyote, un coup de feu part. Une fusillade générale s’ensuit. La plupart des hommes Lakota, encerclés par les soldats, sont abattus. Les survivants se dégagent. C’est alors que les canons bombardent le village des femmes et des enfants.
On a longtemps prétendu que 146 Lakota avaient été tués ainsi que 25 soldats de la cavalerie des États-Unis qui comptait également 35 blessés, Big Foot figurant parmi les morts.
En fait, l'armée américaine reconnaît aujourd'hui que c'est 300 à 350 Amérindiens qui périrent lors de ce « massacre »1, terme utilisé par le général Nelson A. Miles dans une lettre du 13 mars 1917 au commissaire aux affaires indiennes. Les soldats tirant de tous les côtés, on pense que certains d'entre eux ont été tués par leur propre régiment mais aucune enquête n'a permis de connaître la vérité.
 
Source Wikipedia




Nature morte à Wounded Knee

Roses !
Pollen sur mon mât ivre,
Dessinant des nuées de mouettes,
Dans les tracés brumeux de mes mille pôles sans repères.
Les poissons ont mangé la boussole,
Christophe n’a plus rien à découvrir !
Rien !
Seulement un mensonge !
Le culte ensanglanté d’une erreur !
Naturalisation de la mort en sèves de vie.
Le carbone roi et la poudre ivre
Déplument mon poème à Wounded Knee !
Poudre ivre, images brisées des faces tatouées de squaws !
L’aventure du tic-tac de verre,
Cette laisse royale qui a traversé l’océan de mon histoire
Pour être mise à mon cou de libre Sioux !
Ce voyage, expédition financée de gras pesetas !
Bien avant moi, il y a les Aztèques
Et cet astronome bourré de chimie, dans l’asile !
Avant moi, il y a moi crevant sous mes propres flèches
Et le sang vert de la fleur sauvage.
Natures mortes,
Mort de l’usage,
Mort du fou rire
Qui abattait bisons et volcans.
Il y a mon totem qui vomit au musée,
Ma femme dénudée à coups de crosses,
A coups de pistolets,
Devant les caméras des touristes excités.
Têtes d’hyènes,
Palais et bureaux des grammaires indigènes !
Il y a moi, dans ma mort,
Au creux de leurs miroirs zoologiques,
De leurs livres trafiqués craquant de contre-vérités,
De leurs geôles, de leurs colonnes de guêpes
Aux dards de métal
Eclatant la peau rose de mon étalon soleil !
Il y a moi cadenassé dans les réserves
De leurs banquets d’impitoyables banquiers
Il y a moi,
Mon aube incendiée, dans les tentes
Et l’aigle délogé
Qui s’enivre dans de boueux clapiers !
L’aigle déplumé, chassé
Des montagnes d’or
Qui dort, ivre-mort, dans cette réserve,
Loin des réservoirs de pétrole,
Ma desénergie !
Moi qui me saoulait de soleil,
Moi qui lisait l’ardeur multicolore
De mon rouge carquois, mon poème !


Mokhtar El Amraoui -  "Arpèges sur les ailes de mes ans"

Le site de Mokhtar El Amraoui  ;  http://mokhtarives.blogspot.fr/










Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 27 Décembre 2012




 Propos du vieux du Restelo à l’astronaute

 

Ici sur la terre la faim continue

La misère, le deuil et encore la faim.

 

On allume des cigarettes aux flammes du napalm

Et on dit amour sans trop savoir ce que c’est.

Nous avons fait de toi une démonstration de richesse

Ou peut-être de pauvreté, et puis encore de faim

Et nous avons trouvé en toi réponse à je ne sais quel désir

De plus élevé que nous, de meilleur, de plus pur.

 

Dans le journal, de nos yeux tendus nous lisons

Des merveilles d’espace et de vertige.

D’océans salés qui entourent

Des îles mortes où dit-on il ne pleut pas.

 

Mais la terre, astronaute, est une bonne table

(Et les bombes au napalm sont des gadgets)

Où en jouant, seule mange la faim

Seule la faim, astronaute, seule la faim.

 

 

José Saramago (1922-2010) – Les Poèmes possibles (1966)




ethanol.jpg

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 26 Décembre 2012





L’oud de Gaza
 
 
 
Lorsque les prédateurs inhumains assiègent la ville
L’oud de Gaza prend les sonorités du violon de Varsovie
Berçant les rêves égorgés des enfants aux yeux bouclés d’espoir
Dont les pleurs se déversent au travers des serrures infâmes
 
Cachés dans les gravats, tapis dans les égouts
Une mélodie de sang implore un ciel aux horizons amputés
L’amour osera-t-il encore féconder cette terre aride
Brûlée par notre indifférence aux oreilles stériles ?
 
Saccageant leur berceau, les dieux arrachent l’ombilic minéral
Qui unissait le dattier aux doigts de lumière et le mont des oliviers
Servis par la bête immonde et leurs prêtres éteigneurs d’étoiles
Ils ensemencent de haine les cœurs purs de la chair de leur chair
 
Mais il est une brindille qui pousse dans les regards
Un filament qui vibre au plus profond des hommes
Héritage millénaire par la terre engendré
Qui irrigue d’amour et de paix les âmes libérées
 
 
Ce chromosome universel est une arme invincible
L’humanité des hommes doit être ravivée
Les enfants de Gaza doivent être épargnés
Pour ceux de Varsovie qui en ont réchappé
 
 
Hobo-Lullaby









  
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 19 Décembre 2012





 

Je serai le porte-parole

De vos vérités assassinées

Derrière les barreaux du mensonge

Portant comme une croix

Le drapeau déchiré

De vos causes perdues

Et je vous rejoindrai partout

Dans vos lits de défaite

Vos grabats de misère

Vos matelas violés

Par la sueur des hommes…

 

Dites-moi le nom de vos exils

La couleur de vos peines

Les murs de ces prisons

Où l’on supplicie l’âme

Dites-moi la noirceur

Des trottoirs

Où vous brisez vos rêves

Et ces doigts pointés sur vous

Comme des mitraillettes…

 

Dites-moi ce chemin miné

Sur la page de vos vies

Cette marge dessinée

Par l’incompréhension

Cette marge

Où vous tremblez vos coeurs

Jusqu’à la déchirure...

Dites-moi tout

Vos douleurs sont les miennes

Vos doutes me taraudent

On vous a volé le monde

Fantômes de la nuit

Qui souffrez sous ma plume

A saigner chaque page…

 

Dites-moi tout

Je serai votre messagère

Et j’écrirai sur le mur rougi

De vos illusions

Des mots arrachés au néant

Des mots à crucifier

Les consciences fermées

Il y en aura tant

Que vous les verrez flamber

Vos horizons

Tels des étoiles

Incandescentes

Constellant vos regards…

 

Adriana EVANGELIZT


Source : http://r-sistons.over-blog.com/




2307-chine-ares.jpg




 









 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 11 Décembre 2012







Et toi l’exilé :
 
Être de passage,toujours de passage,
 
avoir la terre pour auberge
 
et contempler les cieux qui ne sont pas les
 
nôtres,
 
vivre parmi des gens qui ne sont pas les nôtres,
 
fredonner des chansons qui ne sont pas les
 
nôtres,
 
rire mais d’un rire qui n’est pas le nôtre,
 
serrer des mains qui ne sont pas les nôtres,
 
pleurer avec des larmes qui ne sont pas les nôtres,
 
céder à des amours qui ne sont pas les notres,
 
goûter à des plats qui ne sont pas les nôtres,
 
prier des dieux, des dieux qui ne sont pas les
 
nôtres,
 
entendre notre nom sans que ce soit le nôtre,
 
penser à ceci, à cela, à ce qui n’est pas nôtre,
 
tendre une monnaie qui n’est pas la nôtre,
 
et suivre des chemins qui ne sont pas les nôtres
 
 
 
Et toi, l’exilé :
 
Être de passage, toujours de passage,
 
avoir pour tout bien des choses d’emprunt,
 
embrasser des enfants qui ne sont pas les nôtres,
 
s’approcher d’un feu qui n’est pas le nôtre,
 
entendre des clochers qui ne sont pas les nôtres,
 
prendre un petit air qui n’est pas le nôtre
 
pleurer des morts qui ne sont pas les nôtres,
 
vivre cete vie qui n’est pas la nôtre,
 
se distraire à des jeux qui ne sont pas les nôtres,
 
dormir dans un lit qui n’est pas le nôtre,
 
grimper mais à des tours qui ne sont pas les
 
nôtres
 
lire des nouvelles, excepté les nôtres,
 
souffrir pour tout le monde et pour ce qui est
 
nôtre,
 
écouter la pluie quant la pluie est autre
 
et boire d’une eau qui n’est pas la nôtre…
 
 
Être de passage, toujours de passage,
 
Ne pas avoir d’ombre mais des bagages,
 
Toaster bien que la fête ne soit pas la nôtre,
 
Partager un lit qui n’est pas le nôtre,
 
Un lit et « notre pain » qui n’est pas le nôtre,
 
raconter des histoires qui ne sont pas les nôtres,
 
prendre, laisser des toits qui ne sont pas les
 
nôtres,
 
travailler à des tâches qui ne sont pas les nôtres,
 
parcourir des villes autres que la nôtre,
 
et dans les hôpitaux qui ne sont pas les nôtres
 
faire soigner des maux qui ont leur guérison
 
ou du moins leur soulagement. Mais non le
 
nôtre,
 
qui ne peut guérir que par le retour…
 
:
 
Et toi, l’exilé
 
Être de passage, toujours de passage,
 
à moins que demain, demain ou jamais…
 
le temps des horloges est un temps factice
 
qui au lieu du temps mesure l’absence.
 
Vieillir à coups d’anniversaires
 
qui ne sont pour nous qu’années décomptées
 
sur un agenda qui n’est pas le nôtre,
 
mourir sur une terre qui n’est pas la nôtre,
 
entendre pleurer ceux qui ne sont pas les nôtres,
 
et voir un autre drapeau que le nôtre,
 
recouvrir un bois qui n’est pas le nôtre,
 
couvrir un cercueil qui n’est pas le nôtre
 
et des fleurs et des croix qui ne sont pas les
 
nôtres,
 
dormir dans une fosse qui n’est pas la nôtre,
 
se mêler à des os qui ne sont pas les nôtres,
 
être au bout du compte l’homme sans patrie,
 
un homme sans nom, un homme sans homme…
 
 
 
Et toi l’exilé :
 
 
 
Être de passage, toujours de passage,
 
avoir la terre pour auberge,
 
avoir pour tout bien des choses d’emprunt,
 
ne pas avoir d’ombre, mais des bagages,
 
à moins que demain, demain ou jamais…
 
(Rome, hiver 1966)
 
 
 
 
 
Miguel Angel Asturias, Poèmes indiens











 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie