Articles avec #musique tag

Publié le 22 Mars 2013





 Elmore James, King of the silde Guitar ( 1918 - 1963 )
Avant d'acheter une guitare Elmore commence par jouer sur divers instruments fabriqués maison, comme un fil de fer sur un manche cloué sur la porte de sa cabane. A l'age de quatorze ans il commence à jouer de la guitare dans les party's et les soirées dansantes aux alentours de Durant, on le connait aussi sous le nom de Joe Willie.
 


















  

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 17 Mars 2013



Deux cantiques de circonstance pour souhaiter la bienvenue à notre nouveau calotin en chef ...










Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 15 Mars 2013




Né en 1895, Mance Lipscomb était un "songster", c'est à dire qu'il jouait le blues le soir à la veillée ou au bar pour les amis. Le reste du temps, il était fermier !   A partir de 1960, il devient vraiment musicien professionel. Il meurt en 1976.


















 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 10 Mars 2013





Kevin Barry a été pendu par l’occupant le 1er novembre 1920, à l’âge de 18 ans. Il était membre de l’IRA. Dans la biographie écrite par Seán Cronin, on peut lire quelques uns des écrits de Kevin Barry, lycéen, qui montrent quelle pouvait être la pensée d’un jeune militant de l’IRA vers 1919.
Les essais scolaires de Kevin Barry révèlent bien quel type de personne il était. Elles montrent un jeune homme qui méditait profondément sur de nombreux sujets : sur la politique, les gens, la vie elle-même.
Devant rédiger un essai sur le thème de la « Royauté », il écrivit : « Le dernier vestige de ce mal venu des temps où le peuple, la vile populace, était vue comme du rebut, comme des animaux au service du puissant roi et de ses mignons. De cette époque où tout le monde croyait, ou était forcé de croire, au Droit Divin des Rois » (…) « Nous vivons une époque qui voit le déclin de ce despotisme », poursuit l’essai. « Dans une époque où les gens reviennent à eux-mêmes, où le travailleur, épine dorsale de toute nation, a la même voix et le même droit de vivre que les gentilshommes qui autrefois avaient un pouvoir presqu’absolu (…) La croyance au Droit Divin des Rois s’éloigne et meurt et les trônes d’Europe sont en train de vaciller. Des idées qui auraient choqué nos ancêtres adorateurs de rois flottent aujourd’hui dans les airs. Liberté, Egalité, Fraternité, la devise de la deuxième plus grande république du monde, deviendra bientôt le cri de guerre commun et nous espérons que notre petite île ne changera pas ses sentiments actuels en ce qui concerne la royauté. »
kevinbarryDans un essai appelé « Les préjugés », il considère le problème sous trois angles : raciaux, religieux et personnels. Le jeune essayiste pensait que les préjugés raciaux étaient les pires de tous : « En général, ils cachent quelque chose d’encore pire : l’oppression, ou tyrannie. Ils sont divisés en deux classes : ceux de l’homme blanc contre son frère de couleur, puisqu’il s’agit d’un frère, qu’il soit noir, rouge ou jaune ; et ceux de l’homme blanc contre un autre homme blanc d’une autre nation. Les deux ensemble sont à l’origine de nombreuses guerres et massacres, parmi les pires de l’histoire du monde.
Dans un essai sur le thème de « l’agitation ouvrière », le jeune Kevin Barry affirmait ce qui suit :
« Nous traversons aujourd’hui une crise qui n’a pas de précédents dans l’histoire du monde. C’est le point culminant de quatre ans de disette, de privation et de mauvais gouvernement, la némésis qui attendait les profiteurs de guerre, les carriéristes et les capitalistes accapareurs. Il s’agit probablement du début de la fin de l’aristocratie. Il est intéressant d’étudier ce grand soulèvement, ses causes, ses effets et ses possibles remèdes. C’est intéressant également parce que cela marque le triomphe du Travail, du trade-unionisme et, comme le dit le torchon de Martin Murphy, du syndicalisme [révolutionnaire]. Lorsqu’on prend la mesure de l’immensité du trouble, le fait que dans la seule ville de Belfast, 95.000 ouvriers sont en grève, le fait que toute la ville est paralysée et que tout le pays pourrait être paralysé en une heure si la décision était prise, on est frappé de la force formidable de ce système et on peut comprendre la grande joie du mouvement ouvrier.
Les causes de la grève ne sont pas difficiles à découvrir. Dans neuf cas sur dix, on trouvera que leur cause, c’était la faim. Celle-ci peut provenir de deux causes : de mauvais salaires ou un mauvais gouvernement. Dans les temps anciens, il s’agissait de cette dernière. La crise d’aujourd’hui est le produit de la première. Il n’y a pas de remède face à une grève, à part accéder aux exigences des grévistes. Cela peut sembler étrange, mais c’est le bon sens qui l’impose, comme le prouvera un bref examen des dernières grèves. Si les grévistes sont battus, ils retournent au travail renfrognés et pleins de rancœur, et il faut peu de temps avant qu’ils ne repassent à l’action. Mais la procédure habituelle consiste à élire un arbitre pour arranger un compromis. Nous autres, à Dublin, avons fait l’expérience d’une grève qui a été considérée par le monde entier comme « la grève modèle ».
Lorsque W.M. Murphy refusa de reconnaître le syndicat des conducteurs de tramway, ils se mirent en grève, rejoints en cela par tous les syndicalistes de Dublin. Tout autour du monde, les socialistes apportèrent leur soutien, et le Hare, un bateau chergé de vivres, leur fut envoyé ; de même, de l’argent leur fut envoyé de partout pour les aider à tenir bon. Ce qu’ils firent mordicus, jusqu’à leur victoire ou quasi-victoire, puisque le syndicat des tramways fut reconnu. Par conséquent, nous eûmes une preuve éclatante du pouvoir du mouvement ouvrier et nous fîmes l’expérience du pouvoir d’un agitateur, dans la personne du merveilleux leader James Larkin et de son lieutenant capable, le commandant James Connolly. »
Cette prose était assez osée pour le lycée du Belvedere. Le professeur d’anglais de Kevin n’a rien écrit sur la copie, mais il n’a pas vraiment flatté l’essayiste, en ne lui donnant que 60/100. [11,5/20].

Source : http://liberationirlande.wordpress.com/


Une chanson très célèbre en Irlande rend hommage au martyr de Kevin.
En voici deux versions :

L'une traditionnelle par Irish Folk


KEVIN BARRY

A la prison de Mountjoy un lundi matin

Là-haut sur le gibet

Kevin Barry a donné sa jeune vie

A la liberté

Mais pour un gars de dix-huit étés

Personne ne peut le nier

Comme il marchait à la mort ce matin

Il gardait fièrement la tête haute

 

Juste avant qu'il ne rencontre le bourreau

Dans sa triste cellule

Les soldats britanniques ont torturé Barry

Car il ne donnait pas

Les noms de ses braves compagnons

Et d'autres choses qu'ils voulaient savoir

"Espionne pour nous ou nous te tuerons"

Kevin Barry répondit, "non"

Calmement au garde-à-vous

En donnant ses derniers adieux

A sa mère au coeur brisé

Et au chagrin immense

Pour la cause qu'il chérissait fièrement

Cette triste séparation doit être

Et il est allé à la mort en souriant doucement

Pour que la vieille Irlande puisse être libre

 

Un autre martyr pour la vieille Irlande

Un autre meurtre pour la couronne

Ses lois brutales peuvent tuer les Irlandais

Mais elles ne peuvent pas les asservir

Les gars comme Barry ne sont pas des couards

Ils ne s'enfuieront pas devant l'ennemi

Les gars comme Barry libèreront l'Irlande

En son nom ils vivront et mourront





Et la version de Paul Robeson



 



Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 8 Mars 2013




 Theodore Roosevelt Taylor dit Hound dog Taylor, le bluesman aux 12 doigts ! (il était polydactile)
Ce n'était pas un virtuose distingué, que ce soit à la guitare ou à la voix, et il avait l'habitude de dire : « Quand je serai mort, on dira : "Il jouait comme une merde, mais il la faisait sonner sacrément bien !" »

Oui, sacrément bien ...















 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 3 Mars 2013




Deux versions de  The Foggy Dew  (la rosée brumeuse) Qui relate l'insurection Irlandaise de Pâques 1916 contre l'envahisseur Britannique. Même si cette tentative fut un échec, elle marque le point de départ de la marche de l'Irlande vers l'indépendance.


Version des Wolfe Tones, groupe connu por son engagement et son soutien à l'I.R.A.



Un matin de Pâques au pied de la vallée encaissée,
Tandis que je me rendais vers Dublin,
Là, des lignes armées d'hommes qui marchaient
En escadron me dépassèrent.
Aucune voix ne fredonnait, aucun tambour de guerre
Ne raisonnait
Mais la cloche de l'Angelus carillonnait crescendo
Au-dessus de Liffey jusque dans la rosé brumeuse.

Avançant fièrement dans la ville de Dublin
Ils arborèrent le drapeau de guerre avec dignité.
C'était mieux de mourir sous le ciel irlandais
Qu'à Sulva ou Sud el Bar.
Et depuis les plaines de Royal Meath
Des hommes forts arrivèrent désordonnés ;
Tandis que les Huns Brittaniques tiraient avec
Leurs armes longues portée à travers la rosée brumeuse.

Les plus courageux tombèrent, et la cloche du requiem
Sonna lugubre et cristalline
Pour ceux qui sont morts en cette journée de Pâques
Dans le renouveau de l'année.
Pendant que le monde contemplaient avec stupéfaction
Cette poignée d'hommes si braves
Qui percèrent le combat afin que la lumière de la liberté
Puisse à nouveau briller à travers la rosée brumeuse.

Et je voyageai à nouveau dans la vallée encaissée
Et mon coeur se remplit de chagrin
Pour ensuite se fendre avec la pensée que jamais
Je ne reverrais ces vaillants hommes.
Mais je vais et je viens
Dans mes rêves
Et je m'agenouille et prie pour vous,
Pour la disparition de l'esclavage
Oh morts glorieux
Quand vous êtes tombés au champ d'honneur dans la rosée brumeuse.




Version plus 'traditionnelle" des Chieftains avec la voix de Sinhead O'Connor




 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 1 Mars 2013




Sister Rosetta Tharpe, une Blueswoman qui décoiffe.
La légende dit qu'elle désaccordait sa guitare avant de monter sur scène pour obtenir un son plus proche des racines Africaines du Blues.














 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 26 Février 2013






Une fois n'est pas coutume, je vous présente un animation 3D de l'ESMA ...
... Mais comme il s'agit de blues, je pense qu'Adam ne m'en voudra pas !







Et je lui associe cette vidéo du célèbre morceau de Robert Johnson ...






 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 24 Février 2013



Cheminement de bagnard ...


Rassemblement sur l'ile de Ré ... Léo Ferré










Embarquement sur La Loire ou La Martinière direction Cayenne
une chanson d'Albert Londres par le groupe Parabellum












Cayenne, ville dont la devise est : "Le travail procure la richesse" !!
Toujours Parabellum, sur des paroles d'Aristide Bruant.









 





Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique