Articles avec #liberte tag

Publié le 18 Mars 2013

  b 800 600 0 00 images films freeangela affiche-freeangela
festival international du film toronto 2012

free angela & all political prisoners

Un film de Shola Lynch

Sortie en salle le 3 avril 2013
Documentaire 1h37 - USA/France - 2012


Synopsis
 
Free Angela & all political prisoners raconte l'histoire d'une jeune professeure de philosophie, née en Alabama, issue d'une famille d'intellectuels afro-américains, politiquement engagée.
 
Durant sa jeunesse, Angela Davis est profondément marquée par son expérience du racisme, des humiliations de la ségrégation raciale et du climat de violence qui règne autour d'elle.
 
Féministe, communiste, militante du mouvement des droits civiques aux Etats-Unis, proche du parti des Black Panthers, Angela Davis s'inverstit dans le comité de soutien aux Frères de Soledad, trois prisonniers noirs américains accusés d'avoir assassiné un gardien de prison en représailles au meurtre d'un de leur codétenu.
 
Accusée en 1970 d'avoir organisé une tentative d'évasion et une prise d'otage qui se soldera par la mort d'un juge californien et de 4 détenus, Angela devient la femme la plus recherchée des Etats-Unis. Arrêtée, emprisonnée, jugée condamnée à mort, elle sera libérée faute de preuve et sous la pression des comités de soutien internationaux dont le slogan est FREE ANGELA !
 
Devenue un symbole de la lutte contre toutes les formes d'oppression : raciale, politique, sociale et sexuelle, Angela Davis incarne, dans les années 70, le "Power to People". Avec sa coupe de cheveux "boule" et sa superbe silhouette elle lancera, malgré elle, la mode "afro", reprise à cette époque par des millions de jeunes gens.
 
Quarante ans plus tard, à l'occasion de l'anniversaire de l'acquittement d'Angela Davis, Shola Lynch, avec Free Angela & all political prisoners, revient sur cette période cruciale de la deuxième partie du XXe siècle.
 
Toujours engagée, militante abolitionniste, l'icône Angela continue le combat.
 
Power to people !



 
 


Source  :  http://www.jour2fete.com/index.php/films/112-free-angela-all-political-prisoners



 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 9 Mars 2013





Monsieur le président,

Le 7 mars, vous avez rendu hommage à stéphane Hessel, rappelant son parcours de résistant, de diplomate, de militant et d'écrivain. Toutefois, lors de ce discours, vous avez déclaré :

"Il pouvait aussi, porté par une cause légitime comme celle du peuple pales­tinien, sus­citer, par ses propos, l’incompréhension de ses propres amis. J’en fus. La sin­cérité n’est pas tou­jours la vérité. Il le savait. Mais nul ne pouvait lui dis­puter le courage."

Comment peut-on, monsieur le président, ne pas comprendre une cause légitime ?

à l'heure oû vous envoyez l'armée combattre au Mali pour défendre les intérêts financiers français en Afrique sous couvert de défense des droits élémentaires humains contre une poignée de fanatiques islamistes, permettez moi de vous rappeller ce qu'est l'horreur quotidienne vécue par le peuple Palestinien au travers d'un extrait de 4 heures à Chatila de jean Genet :

 

« Il sera très facile à Israël de se dégager de toutes les accusations. Des journalistes dans tous les journaux européens s’emploient déjà à les innocenter : aucun ne dira que pendant les nuits de jeudi à vendredi et vendredi à samedi on parla hébreu à Chatila. » C’est ce que me dit un autre Libanais.

La femme palestinienne - car je ne pouvais pas sortir de Chatila sans aller d’un cadavre à l’autre et ce jeu de l’oie aboutirait fatalement à ce prodige : Chatila et Sabra rasés avec batailles de l’Immobilier afin de reconstruire sur ce cimetière très plat - la femme palestinienne était probablement âgée car elle avait des cheveux gris. Elle était étendue sur le dos, déposée ou laissée là sur des moellons, des briques, des barres de fer tordues, sans confort. D’abord j’ai été étonné par une étrange torsade de corde et d’étoffe qui allait d’un poignet à l’autre, tenant ainsi les deux bras écartés horizontaux, comme crucifiés.

Le visage noir et gonflé tourné vers le ciel, montrait une bouche ouverte, noire de mouches, avec des dents qui me semblèrent très blanches, visage qui paraissait, sans qu’un muscle ne bougeât, soit grimacer soit sourire ou hurler d’un hurlement silencieux et ininterrompu. Ses bas étaient en laine noire, la robe à fleurs roses et grises, légèrement retroussée ou trop courte, je ne sais pas, laissait voir le haut des mollets noirs et gonflés, toujours avec de délicates teintes mauves auxquelles répondaient un mauve et un violet semblable aux joues. Etaient-ce des ecchymoses ou le naturel effet du pourrissement au soleil ?

Est-ce qu’on l’a frappée à coups de crosse ?

Regardez, monsieur, regardez ses mains.

Je n’avais pas remarqué. Les doigts des deux mains étaient en éventail et les dix doigts étaient coupés comme avec une cisaille de jardinier. Des soldats, en riant comme des gosses et en chantant joyeusement, s’étaient probablement amusés en découvrant cette cisaille et en l’utilisant.

Regardez, monsieur.

Les bouts des doigts, les phalangettes, avec l’ongle, étaient dans la poussière. Le jeune homme qui me montrait, avec naturel, sans aucune emphase, le supplice des morts, remit tranquillement une étole sui le visage et sur les mains de la femme palestinienne, et un carton rugueux sur ses jambes. Je ne distinguai plus qu’un amas d’étoffe rose et gris, survolé de mouches.

...

Comment dire à leurs parents, qui sont partis avec Arafat, confiants dans les promesses de Reagan, de Mitterrand, de Pertini, qui les avaient assurés qu’on ne toucherait pas à la population civile des camps ? Comment dire qu’on a laissé massacrer les enfants, les vieillards, les femmes, et qu’on abandonne leurs cadavres sans prières ? Comment leur apprendre qu’on ignore où ils sont enterrés ?


La condition du peuple Palestinien est connu de tous, et vous êtes le garant des valeurs de la République : Les hommes naissent libres et égaux, Liberté, Egalité et Fraternité.

C'est pourquoi, je crois que le mot incompréhension est un terme choisi et vous l'opposez dans une subtile antithèse au mot sincérité. Voilà pourquoi ,monsieur le président, vous ne changerez ni maintenant, ni jamais, car votre incompréhension n'est pas sincère !


Si celui qui ne sais rien est un imbécile, alors celui qui sais et ne dis rien est un criminel.
Nier le génocide du peuple Palestinien, c'est vous rendre complice d'un crime contre l'humanité !




   

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 5 Mars 2013





 

Le 9 janvier 1905, Louise Michel mourait, à Marseille, à l’âge de 75 ans.
Arrêtée le 24 mai 1871 à Paris, elle est condamnée à la déportation par un tribunal versaillais pour sa participation active à la Commune. Après vingt mois de détention à l’abbaye d’Auberive transformée en prison, elle est transférée, avec nombre de communards, en Nouvelle-Calédonie. Le voyage à bord du « Virginie » durera quatre mois. C’est durant ce voyage que Louise Michel, qui jusque-là avait œuvré avec tous les groupes républicains ou révolutionnaires, devint clairement anarchiste. Elle l’explique dans un passage admirable de ses Mémoires, que les adorateurs du bulletin de vote devraient lire, relire et méditer…

 

Louise Michel

Louise Michel

« Durant quatre mois, nous ne vîmes rien que le ciel et l’eau, avec parfois, à l’horizon, la voile blanche d’un navire pareille à une aile d’oiseau. Cette impression de l’étendue était saisissante.
Là, nous avions tout le temps de penser.
Eh bien, à force de comparer les choses, les événements, les hommes, ayant vu à l’œuvre nos amis de la Commune si honnêtes qu’en craignant d’être terribles ils ne furent énergiques que pour jeter leur vie, j’en vins rapidement à être convaincue que les honnêtes gens au pouvoir y seront aussi incapables que les malhonnêtes seront nuisibles, et qu’il est impossible que jamais la liberté s’allie avec un pouvoir quelconque.
Je sentis qu’une révolution prenant un gouvernement quelconque n’était qu’un trompe-l’œil ne pouvant que marquer le pas, et non ouvrir toutes les portes au progrès ; que les institutions du passé, qui semblaient disparaître, restaient en changeant de nom, que tout est rivé à des chaînes dans le vieux monde et qu’il est ainsi un bloc destiné à disparaître tout entier pour faire place au monde nouveau heureux et libre sous le ciel.
Je vis que les lois d’attraction qui emportent sans fin les sphères sans nombre vers des soleils nouveaux entre les deux éternités du passé et de l’avenir devaient aussi présider aux destins des êtres dans le progrès éternel qui les attire vers un idéal vrai, grandissant toujours. Je suis donc anarchiste parce que l’anarchie seule fera le bonheur de l’humanité, et parce que l’idée la plus haute qui puisse être saisie par l’intelligence humaine est l’anarchie, en attendant qu’un summum soit à l’horizon.
Car, à mesure que passeront les âges, des progrès encore inconnus se succéderont. N’est-il pas à la connaissance de tous que ce qui semble utopie à une ou deux générations se réalise à la troisième ?
L’anarchie seule peut rendre l’homme conscient, puisqu’elle seule le fera libre ; elle sera donc la séparation complète entre les troupeaux d’esclaves et l’humanité. Pour tout homme arrivant au pouvoir, l’Etat c’est lui, il le considère comme le chien regarde l’os qu’il ronge, et c’est pour lui qu’il le défend.
plaque-dieppe-louise-michelSi le pouvoir rend féroce, égoïste et cruel, la servitude dégrade ; l’anarchie sera donc la fin des horribles misères dans lesquelles a toujours gémi la race humaine ; elle seule ne sera pas un recommencement de souffrances et, de plus en plus, elle attire les cœurs trempés pour le combat de justice et de vérité.
L’humanité veut vivre et s’attachera à l’anarchie dans la lutte du désespoir qu’elle engagera pour sortir de l’abîme, c’est l’âpre montée du rocher ; toute autre idée ressemble aux pierres croulantes et aux touffes d’herbe qu’on arrache en retombant plus profondément, et il faut combattre non seulement avec courage, mais avec logique, et il est temps que l’idéal réel plus grand et plus beau que toutes les fictions qui l’ont précédé se montre assez largement pour que les masses déshéritées n’arrosent plus de leur sang des chimères décevantes.
Voilà pourquoi je suis anarchiste. »



Source : Le blog de Floréal :  http://florealanar.wordpress.com/



 



 


Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 5 Mars 2013






 

Contre toi

 

Vous vivez dans la misère

de ceux qui n'ont rien,

l'impuissance de l'opprimé,

le silence des lâches,

des plaies longues

des motifs fallacieux.

 

Vous supplantez  la plainte de ceux qui souffrent

Vous lèchez les  restes de ceux qui gouvernent,

Vous feignez le pas des perdus,

la douleur de la nôtre,

la douleur de la mort,

la douleur de nos morts

à travers les années

et à travers les siècles.

 

Vous, comme toujours,

Vous aux lèvres d’acier,

celles des mots vides,

la peste de l'âme,

le site de la trahison.

 

En ces temps de mensonges

Vous vivez  la défaite

En administrant  la charogne.

 

 Je ne me suis fié jamais à vous.

Je n'ai jamais cru en vos mots

parce que vous n'avez jamais été vaincus.

 

Manuel Ruiz Amezcua



gilipollas.jpg

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 4 Mars 2013




Bradley Manning, un homme d’un courage exceptionnel

 

481564-jeune-soldat-bradley-manning-comparu-300x200


 

MARJORIE COHN, CounterPunch          

 

Il faut beaucoup de courage pour dévoiler les mensonges d’un gouvernement dans le but de mettre fin à une guerre

Manning a plaidé coupable de 10 des chefs d’accusation relevés contre lui y compris la possession et la communication volontaire à une personne non autorisée des éléments principaux des révélations de WikiLeaks. Il risque une peine de 20 ans de prison. Bradley a pu expliquer publiquement ce qu’il a fait et pourquoi il l’a fait, pour la première fois,. Ses actions, confirmées désormais par ses déclarations, prouvent que Bradley est vraiment un jeune homme très brave.

Quand il avait 22 ans, le soldat Bradley Manning de grade PFC (anciennement Specialist, ou SPC, ndt) a communiqué des documents classifiés à WikiLeaks. Ils comprenaient la vidéo des « Meurtres Collatéraux » qui montrait des soldats étasuniens dans un hélicoptère Apache tuant 12 civils désarmés, dont deux journalistes de l’agence Reuters, et blessant deux enfants.

« Je me suis dit que si le public, et particulièrement le public étasunien, la voyait, cela provoquerait un débat sur l’armée en particulier et notre politique étrangère en général telle qu’elle est appliquée en Irak et en Afghanistan, » a dit Bradley au tribunal militaire pendant le procès. « J’ai pensé que cela pourrait pousser la société à reconsidérer la nécessité d’intervenir militairement contre le terrorisme au mépris de la situation humanitaire des peuples au milieu desquels nous intervenons. »

Bradley a expliqué qu’il était contrarié de n’avoir pas été capable de convaincre ses supérieurs d’ouvrir une enquête sur la vidéo du Meurtre Collatéral et sur une autre de « pornographie guerrière » qui font partie des documents qu’il a fournis à WikiLeaks. « J’étais horrifié par la manière dont les enfants blessés étaient traités ». Bradley était choqué par le fait que les soldats de la vidéo « ne semblaient attacher aucune valeur à la vie humaine et qu’ils traitaient [leurs cibles] de ‘salauds morts’ ». Les soldats tiraient aussi sur les personnes qui essayaient de porter secours aux blessés et les tuaient. Un tank étasunien a roulé sur le corps d’un homme et l’a coupé en deux. Ce que les soldats de la vidéo ont fait est considéré comme crimes de guerre par les Conventions de Genève qui interdisent de cibler des civils, d’empêcher les secours de s’occuper des blessés et de profaner les morts.

Personne à WikiLeaks ne m’a contacté pour me demander de leur fournir ces documents, a dit Bradley. « Aucun membre de WLO [WikiLeaks Organization] n’a fait pression sur moi pour que je leur donne davantage d’information. La décision de communiquer ces documents à WikiLeaks [a été] entièrement la mienne. »

Avant de contacter WikiLeaks, Bradley a essayé de faire publier les documents par le Washington Post mais le journal n’a pas donné suite. Il a ensuite essayé de contacter le New York Times mais il n’y est pas parvenu.

Pendant les neuf mois de sa détention, Bradley a été maintenu à l’isolement ce qui est considéré comme de la torture parce que cela peut provoquer des hallucinations, la catatonie et le suicide.

Bradley a plaidé non coupable des 12 autres chefs d’accusation, dont aide à l’ennemi et espionnage qui sont passibles de prison à vie. L’action de Bradley n’est pas s’en rappeler celle de Daniel Ellsberg qui, en publiant les « Pentagone papers » (les documents du Pentagone), a dévoilé les mensonges du gouvernement et contribué à mettre fin à la guerre du Vietnam.

Marjorie Cohn est professeur des droits de l’homme à la Thomas Jefferson School et ancienne présidente de la National Lawyers Guild. Son dernier livre est “The United States and Torture: Interrogation, Incarceration, and Abuse.” Et voilà l’adresse de son site Web: www.marjoriecohn.com.

 

Traduction: Dominique Muselet


Source : Counterpunch : http://www.counterpunch.org/


Via : Oulala info : http://www.oulala.info/

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 25 Février 2013






Les Temps Modernes se poursuivent chez Amazon



Beaucoup d’entre nous ont commandé à un moment donné par internet sur le site Amazon.fr : vente en ligne de livres, DVD, jeux vidéo, CD, lecteurs MP3, ordinateurs ...

Une fois notre commande passée que se passe-t-il de l’autre côté de l’ordinateur ?

UL CNT Villefranche-Beaujolais



Dans les entre­pôts de récep­tion de com­man­des anglais et amé­ri­cains d’Amazon, les sala­riés sont soumis à un permis à un point : une absence -même jus­ti­fiée par un cer­ti­fi­cat médi­cal !-, le manque de rapi­dité au tra­vail ou l’infrac­tion à une règle de sécu­rité ajou­tent des points. Une minute de retard vaut 0,5 point de péna­lité, une heure vaut un point et une jour­née d’absence 1,5 point. Au bout de 6 points vous êtes virés.

Pour effa­cer des points, Amazon pro­pose un sys­tème de primes sur objec­tif : comme embal­ler un cer­tain nombre de colis en un temps donné, par exem­ple. La devise chez Amazon est « Allez aussi vite qu’il est humai­ne­ment pos­si­ble ».

Le tra­vail ordi­naire consiste à trou­ver, dans un entre­pôt de plu­sieurs dizai­nes de mil­liers de mètres carrés, répar­tis sur plu­sieurs étages, tout objet figu­rant sur des listes, puis à les scan­ner, à les mettre dans un sac plas­ti­que et à les placer sur le convoyeur. Il faut donc faire atten­tion aux doigts, aux che­villes et au convoyeur. Il faut donc aller de la sec­tion jaune, allée H34, bac 22, niveau D à la sec­tion bleue, allée T79, bac 3, niveau A. Le scan­ner indi­que dans quelle divi­sion se trouve l’objet à trou­ver. Il pré­cise également en com­bien de secondes vous devez accom­plir votre tâche. Les manu­ten­tion­nai­res par­cou­rent en moyenne 20 kilo­mè­tres par jour. On vous demande de récu­pé­rer jusqu’à 1600 pro­duits par jour.

 On vous engueule si vous vous trom­pez dans la com­mande. Tout le monde court dans tous les sens pour répon­dre aux objec­tifs impo­sés par l’entre­prise. Si vous ne les attei­gnez pas, vous devez ren­contrer un sala­rié, qui vous répri­mande. Il ne faut sur­tout pas dire qu’on ne peut pas attein­dre les objec­tifs.

 Enfin Amazon, accorde géné­reu­se­ment 23 minu­tes à ses sala­riés pour la pause déjeu­ner. Concrètement, cela signi­fie qu’il faut passer les détec­teurs de métaux car ici la confiance règne (les agents de sécu­rité peu­vent fouiller les sala­riés et vider leurs casiers, les ves­tiai­res sont placés sous vidéo­sur­veillance), manger, poten­tiel­le­ment aller aux toi­let­tes et faire la queue pour poin­ter. 23 minu­tes sur 7 heures de tra­vail pas­sées der­rière un convoyeur ou bien à grim­per des esca­liers. Chez Amazon on fait les 3x8 et on tra­vaille le week-end, dans les entre­pôts.

 En Allemagne, la chaîne de télé­vi­sion ARD a consa­cré un docu­men­taire sur les cen­tres de dis­tri­bu­tion Amazon (5000 employés), il relate que la firme a confié l’enca­dre­ment des cui­si­nes et des cham­bres des tra­vailleurs au ser­vice de sécu­rité HESS Security (un nom vrai­sem­bla­ble­ment choisi en hom­mage à Rudolf Hess). Ces néo nazis sont vêtus d’uni­for­mes noirs coif­fés à la mili­taire ; ces matons se four­ni­raient chez Thor Steinar, une marque de vête­ments conno­tée extrême droite, qu’Amazon a banni de son site dès 2009. Ces gar­diens sont char­gés de moti­ver la main d’œuvre, sur­tout d’ori­gine étrangère, à l’aide d’inti­mi­da­tions en tout genre.

 Qui tra­vaille chez Amazon ? Avant tout et sur­tout des inté­ri­mai­res. A Saran, près d’Orléans, il y a en temps normal 400 sala­riés mais le nombre peut être porté à près de 2000 sala­riés entre autre à l’appro­che de Noël. Vu les condi­tions de tra­vail, ça tourne sévère. Plusieurs mil­liers de per­son­nes ne pas­sent que quel­que jours dans ces entre­pôts.

L’ouver­ture d’un troi­sième hangar en Bourgogne a permis a Arnaud Montebourg minis­tre du redres­se­ment pro­duc­tif (cela ne s’invente pas) et bour­gui­gnon de sur­croît de clai­ron­ner haut et fort la créa­tion de 1000 emplois sup­plé­men­tai­res ! Par les temps qui cou­rent c’est Byzance ! Face aux indus­tries sinis­trées, bas salai­res, chan­tage à l’emploi, licen­cie­ments : ne nous y trom­pons pas, ces réa­li­tés odieu­ses sont bel et bien issues de la même poli­ti­que en faveur du Capital.

 On le voit par­tout : PSA, Renault, Arcelor, Fralib et toutes les autres entre­pri­ses qui n’ont de cesse de vanter les logi­ques de marché et de com­pé­ti­ti­vité, ou encore le récent accord sur la com­pé­ti­ti­vité signé le 09 jan­vier par les syn­di­cats vendus CFDT, CFTC et CGC aux côtés du MEDEF.

Il est néces­saire de se mobi­li­ser mas­si­ve­ment pour mettre en échec la casse du Code du Travail et la dégra­da­tion de la condi­tion du monde du tra­vail. En délais­sant les inté­rêts des clas­ses popu­lai­res, le gou­ver­ne­ment fait sciem­ment le jeu du patro­nat. Les tra­vailleurs et tra­vailleu­ses du public et du privé ont les mêmes inté­rêts, leurs luttes doi­vent donc être com­mu­nes en défen­dant un projet de société prio­ri­sant l’humain et ses réels besoins plutôt qu’une société basée sur la consom­ma­tion.

 Pour la CNT, il n’est d’autre choix que de mener la lutte par la grève et l’action directe des premiers concerné-e-s.




Source : http://rebellyon.info/Les-Temps-Modernes-se-poursuivent.html




temps-modernes.jpg



 





 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 23 Février 2013





 

 

M. Rémy Pflimlin

 

Président de France Télévisions

 

7, Esplanade Henri de France

 

75907 Paris Cedex 15

 

Monsieur le Président,

 

L’AFPS a pris connais­sance de la page web de France Télé­vision « la nébu­leuse de l’extrémisme sur internet » à l’occasion des émis­sions de Caroline Fourest « les réseaux de l’extrême ». Sous ce titre, cette page prétend dresser un tableau de ces réseaux, les regroupant par affi­nités avec l’apparence d’une enquête objective.

 Nous y figurons en bonne place aux côtés de nom­breuses orga­ni­sa­tions défen­seurs du droit, et notamment celui des Pales­ti­niens. Il s’agit d’un amalgame grossier, scan­daleux et dif­fa­ma­toire que nous ne sau­rions accepter sans réagir.

 Après avoir pré­senté des « enquêtes » sur divers conspi­ra­tion­nismes, voilà qu’en marge de ces émis­sions le propos se précise par écrit et cible des orga­ni­sa­tions de soli­darité et de défense des droits en les cata­lo­guant comme extrémistes.

 Comment et par quelle mani­pu­lation peut-​​on affubler du terme d’extrémistes les défen­seurs du droit inter­na­tional et des réso­lu­tions de l’ONU ? Nous récusons la caté­go­ri­sation gros­sière « sioniste-​​antisioniste » sans contenu défini, caté­go­ri­sation qui permet tous les amal­games englobant la cri­tique poli­tique d’un Etat qui viole le droit international.

 Il est piquant de nous voir ainsi désignés alors que nous orga­nisons le 1er mars au Sénat un col­loque où, entre autres invités éminents nous aurons l’honneur de donner la parole à Elias Sanbar, ambas­sadeur de Palestine auprès de l’UNESCO, écrivain, poète et magni­fique tra­ducteur de Mahmoud Darwich ou Avraham Burg ancien Pré­sident de la Knesset. Il est vrai que nous avons le tort d’avoir choisi pour thème non pas le dernier complot ima­gi­naire, mais les consé­quences bien réelles de la colo­ni­sation israé­lienne sur la vie poli­tique, écono­mique et sociale des Palestiniens.

 Nous consi­dérons inju­rieux et dif­fa­ma­toire de nous voir ainsi rangés dans une pré­tendue « nébu­leuse de l’extrémisme ».

 La question se pose aussi de savoir si la res­pon­sa­bilité de la jour­na­liste est engagée dans le choix de ce gra­phisme dès lors que le site de France télé­vision indique que « Cette carte inter­active repré­sente les cinq galaxies les plus dyna­miques sur les­quelles Caroline Fourest, jour­na­liste spé­cia­liste des mou­ve­ments extré­mistes, a enquêté pour sa série de docu­men­taires dif­fusés en février sur France 5 ».

 Nous vous demandons en consé­quence le retrait immédiat de cette page web et nous réservons d’utiliser tous moyens de droit pour défendre notre honneur et obtenir répa­ration. Dans cette attente, nous vous prions de croire, Mon­sieur le Pré­sident à l’expression de nos sen­ti­ments distingués.

 

Bureau national de l’AFPS


Source : Association France Palestine Solidarité : http://www.france-palestine.org/Lettre-a-Monsieur-Remy-Pflimlin



 

 A noter que Caroline Fourest dont les "reportages" sont largement contestés par les médias véritablement indépendants des holdings qui dirigent l'information de masse ( http://www.michelcollon.info/L-enquete-de-Caroline-Fourest-est.html ou encore http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/droit-de-reponse-de-reopen911-a-97109 ) aurait mérité de figurer en bonne place dans les rangs des milices de Pétain qui assimilaient Jean Moulin et Missak Manouchian à des terroristes et non à des résistants à l'envahisseur.  Le peuple Palestinien fraichement reconnu par l'O.N.U.  ne fait que résister à un envahisseur, car le droit légitime qui vient tout juste de lui être reconnu n'est pas appliqué !  Question subsidiaire : pourquoi les forces de l'OTAN  ou l'armée de mr Hollande ne bombardent elles pas Tel aviv  comme elles l'ont fait au cours de ces derniers conflits dits "humanitaires ( Irak, Lybie, Mali ...) ? A moins que madame Fourest n'ai oublié de mentionner l'OTAN dans sa liste des organisations terrorites ?

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 16 Février 2013





Excusez-moi de vous déranger...

 

 

Eduardo Galeano

 

 

Traduit par Thierry Pignolet

Edité par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

 

 

Je voudrais partager quelques questions qui me trottent dans la tête.

 

 Elle est juste, la justice? Elle tient debout, cette justice du monde à l'envers? Le zapatista1 d'Irak, celui qui a lancé les chaussures contre Bush, a été condamné à trois années de prison. Ne méritait-il pas plutôt une décoration? Qui est le terroriste? Celui qui a visé, ou celui qui a été visé? N'est-il pas coupable de terrorisme le tueur en série qui, en mentant, a inventé la guerre en Irak, assassiné une multitude, légalisé la torture et ordonné de l'appliquer ?

 Sont-ils coupables les paysans d'Atenco au Mexique, ou les indigènes mapuches du Chili, ou les Kelchies du Guatemala, ou les paysans sans terre du Brésil, tous accusés de terrorisme pour défendre leur droit à la terre? Si la terre est sacrée -même si la loi ne le dit pas-, ceux qui la défendent ne sont-ils pas sacrés aussi?

 Selon la revue Foreign Policy, la Somalie est le lieu le plus dangereux de tous. Mais, qui sont les pirates? Les crève-la-faim qui attaquent des bateaux, ou les spéculateurs de Wall Street qui attaquent le monde depuis des années et reçoivent à présent des récompenses multimillionaires pour leurs efforts? Pourquoi le monde récompense-t-il ceux qui le dévalisent?

 Pourquoi la justice ne voit-elle que d'un œil ? Wal Mart, l'entreprise la plus puissante de toutes, interdit les syndicats. McDonald's aussi. Pourquoi ces entreprises violent-elles, avec une impunité coupable, la loi internationale ? Serait-ce parce que, dans le monde actuel, le travail vaut moins que rien, et que valent encore moins les droits des travailleurs ?

 Où sont les justes, et où sont les injustes? Si la justice internationale existait vraiment, pourquoi ne juge-t-elle jamais les puissants? Les auteurs des boucheries les plus féroces ne vont pas en prison. Serait-ce parce que ce sont eux qui en détiennent les clés ?

 Pourquoi les cinq puissances qui ont droit de veto aux Nations Unies sont-elles intouchables ? Ce droit est-il d'origine divine ? Veillent-ils à la paix, ceux qui font des affaires avec la guerre ? Est-il juste que la paix mondiale soit à charge des cinq puissances qui sont les principaux producteurs d'armes ? Sans dédaigner les narcotrafiquants, ceci n'est-il pas aussi un cas de "crime organisé" ?

 Mais les clameurs de ceux qui exigent partout la peine de mort ne demandent pas de punition contre les maîtres du monde. Il ne manquerait plus que ça ! Les clameurs clament contre les assassins qui utilisent des rasoirs, non contre ceux qui utilisent des missiles.

 Et on se demande : si ces justiciers sont aussi follement désireux de tuer, pourquoi n'exigent-ils pas la peine de mort contre l'injustice sociale ? Est-il juste un monde qui affecte chaque minute trois millions de dollars aux dépenses militaires, tandis qu'au même moment quinze enfants meurent de faim ou de maladie guérissable ? Contre qui s'arme jusqu'aux dents la soi-disant communauté internationale ? Contre la pauvreté, ou contre les pauvres ?

 Pourquoi les fervents de la peine capitale n'exigent-ils pas la peine de mort contre les valeurs de la société de consommation qui portent atteinte, chaque jour, à la sécurité publique ? Ou peut-être ne pousse-t-il pas au crime, le bombardement de la publicité qui étourdit des millions et des millions de jeunes au chômage ou mal payés, leur répétant jour et nuit qu'être est avoir, avoir une automobile, avoir des chaussures de marque, avoir, avoir -et que celui qui n'a rien n'est rien ?

 Et pourquoi n'introduit-on pas la peine de mort contre la mort ? Le monde est organisé au service de la mort. Ou ne fabrique-t-elle pas la mort, l'industrie d'armement, qui dévore la plus grande partie de nos ressources et une bonne partie de nos énergies ? Les maîtres du monde condamnent seulement la violence quand ce sont les autres qui l'exercent. Et ce monopole de la violence se traduit par un fait inexplicable pour des extraterrestres, et aussi insupportable pour nous autres terriens qui voulons, contre toute évidence, survivre : nous les humains sommes les seuls animaux spécialisés dans l'extermination mutuelle, et nous avons développé une technologie de destruction qui est en train d'anéantir, au passage, la planète et tous ses habitants.

 Cette technologie se nourrit de la peur. C'est la peur qui invente les ennemis, et ceux-ci qui justifient le gaspillage militaire et policier. Et que penseriez-vous, tant qu’à appliquer la peine de mort, d'une condamnation à mort de la peur ? Ne serait-il pas sain de mettre un terme à cette dictature universelle des professionnels de la production d’angoisse ? Les semeurs de panique nous condamnent à la solitude, nous interdisent la solidarité : sauve qui peut, écrasez-vous les uns les autres, faites très attention, ouvrez l'œil, le prochain est toujours un danger qui guette, celui-ci va te voler, celui-là te violer, cette petite voiture d'enfant dissimule une bombe musulmane; et si cette femme, cette voisine d'aspect inoffensif te regarde, c'est sûr qu'elle te transmet la peste porcine.

 Dans ce monde à l'envers, même les actes les plus élémentaires de justice et de sens commun font peur. En entamant la refondation de la Bolivie pour que ce pays de majorité indigène cesse d'avoir honte en se regardant dans le miroir, le Président Evo Morales a provoqué la panique. Ce défi était une catastrophe en regard de l'ordre traditionnel raciste, prétendument le seul possible : Evo était et apportait le chaos et la violence et, par sa faute, l'unité nationale allait exploser, se briser en morceaux. Et quand le président équatorien Correa a annoncé qu'il se refusait à payer les dettes illégitimes, la nouvelle sema la terreur dans le monde financier, et l'Équateur fut menacé de punitions terribles pour avoir donné un si mauvais exemple. Si les dictateurs militaires et politiciens véreux ont toujours été dorlotés par la banque internationale, ne nous sommes-nous pas déjà habitués à accepter comme fatalité du destin le paiement par le peuple du gourdin qui le frappe, de la cupidité qui le pille ?

Serait-ce donc que le sens commun et la justice aient divorcé pour toujours ?

 Le sens commun et la justice ne sont-ils pas nés pour marcher ensemble, collés l'un à l'autre ?

 Ne relève-t-elle pas du sens commun, mais aussi de la justice, cette devise des féministes qui disent que l'avortement serait libre si nous, les mâles, pouvions tomber enceints2 ? Pourquoi ne légalise-t-on pas le droit à l'avortement ? Serait-ce parce qu'il cesserait alors d'être le privilège des femmes qui peuvent le payer et des médecins qui peuvent le faire payer ? La même chose se passe avec un autre cas scandaleux de négation de justice et de sens commun : pourquoi ne légalise-t-on pas la drogue ?

 Peut-être n'est-elle pas, comme l'avortement, un sujet de santé publique ? Et le pays qui contient le plus de toxicomanes, quelle autorité morale a-t-il pour condamner ceux qui approvisionnent leur demande ? Et pourquoi les grands médias, si voués à la guerre contre le fléau de la drogue, ne disent-ils jamais que presque toute l'héroïne consommée dans le monde provient d'Afghanistan ? Qui commande en Afghanistan ? N'est pas un pays militairement occupé par le pays messianique qui s'attribue la mission de nous sauver tous ? Pourquoi ne légalise-t-on pas les drogues une bonne fois pour toutes ? Ne serait-ce pas parce qu'elles fournissent le meilleur prétexte pour les invasions militaires, en plus d'offrir les profits les plus juteux aux grandes banques qui de nuit fonctionnent comme blanchisseries ?

 Maintenant le monde est triste parce que moins de voitures se vendent. Une des conséquences de la crise mondiale est la chute de l'industrie prospère de l'automobile. Si nous avions quelque reste de sens commun, et un petit quelque chose de sens de la justice, ne devrions-nous pas fêter cette bonne nouvelle ? Ou peut-être la diminution des automobiles n'est-elle pas une bonne nouvelle pour la nature -qui sera un peu moins empoisonnée-, et pour les piétons -qui mourront un peu moins ?

 La Reine a expliqué à Alice -celle de Lewis Carroll- comment fonctionnait la justice au Pays des Merveilles : -Voilà !- dit la Reine -. Il est en prison, à purger sa peine ; mais le jugement ne commencera pas avant mercredi prochain. Et évidemment, à la fin, le crime sera bien commis.

 Au Salvador, l'Archevêque Oscar Arnulfo Romero a prouvé que la justice, comme le serpent, mordait seulement les va-nu-pieds. Il est mort par balles pour avoir dénoncé que, dans leur pays, les va-nu-pieds naissaient condamnés d'avance, par délit de naissance.

Le résultat des élections récentes au Salvador n'est-il pas, d'une certaine manière, un hommage ? Un hommage à l'archevêque Romero et aux milliers comme lui qui sont morts en luttant pour une justice juste dans le royaume de l'injustice ?

 Parfois les histoires de l'Histoire terminent mal; mais l'Histoire, elle, ne termine pas. Quand elle dit adieu, ce n'est qu'un au revoir.

 

NdT

 

[1] Par l'utilisation du terme zapatista, Eduardo Galeano réalise en espagnol un jeu de mots intraduisible en français. Par là, l'auteur adresse un clin d'œil à la filiation en espagnol du mot zapatista avec zapato, en français chaussure -le lancer de chaussures sur Bush-, tout se référant à l'Armée Zapatiste de Libération Nationale -en espagnol Ejército Zapatista de Liberación National ou EZLN-, groupe révolutionnaire symbole de la lutte altermondialiste basé au Chiapas, Etat du Mexique.

 

[2] L'adjectif « enceint » semble ne pas exister en français. Serait-ce que la langue française est plus machiste que l'espagnole ?



Source  Tlaxcala  :  http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=9187

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 14 Février 2013




Construire la solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah


Le 21 novembre 2012, un tribunal français avait finalement ordonné la libération de Georges Abdallah et son retour immédiat dans son pays d’origine, le Liban. Le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, avait jusqu’au 14 Janvier 2013 pour signer les papiers de la déportation de Georges, ce qu’il a refusé de faire jusqu’à ce jour.



GEORGES IBRAHIM
Rassemblement de solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah, devant l’ambassade de France à Beyrouth - Photo : Haytham al-Moussawi




Pour sa part, le ministère de la Justice avait fait appel le jour même, en demandant que la libération d’Abdallah soit annulée en raison du fait que toutes les conditions de sa libération ne seraient pas réunies. Le juge d’appel avait répondu le 10 janvier 2013, s’en tenant à la date de libération fixée au 14 janvier 2013.

 

Le ministre de la Justice a refait appel, cette fois devant le tribunal de grande instance, qui n’a pas encore fixé une date pour l’audience. Des sources diplomatiques et journalistiques pensent que l’audience aura lieu vers la mi-mars. Cela signifie que l’audience prévue pour statuer sur l’expulsion d’Abdallah, prévue pour le 28 février, est dénuée de sens.

 

Ce jeu d’appel et de report des audiences, combiné avec les interventions des ministères de l’Intérieur et de la Justice pourrait très bien prolonger la détention d’Abdallah.

 

L’état du mouvement de solidarité

 

La décision prise par un tribunal français en novembre 2012 de libérer Abdallah, a déclenché une vague importante de sympathie et de solidarité entre les Libanais tant au niveau officiel que populaire. Les tentatives consécutives pour retarder sa libération ont revigoré ce mouvement naissant.

 

Les militants ont réagi rapidement au refus du gouvernement français d’expulser Abdallah par un sit-in devant l’ambassade de France à Beyrouth.

 

Un quasi-consensus est vite apparu entre les Libanais pour soutenir Abdallah, les syndicats, les organisations étudiantes, les municipalités et les élus décidant de se joindre à notre campagne de soutien. Ceci, à son tour, a incité le gouvernement libanais à prendre officiellement l’affaire en mains en nommant un comité ministériel de suivi avec le gouvernement français.

 

Points d’unité

 

Nous avons maintenant atteint un point où le mouvement de solidarité reflète un large éventail du spectre politique libanais d’aujourd’hui, allant de l’extrême-gauche aux islamistes. Au minimum, tous conviennent que la justice française doit appliquer sa décision de libérer et renvoyer Abdallah au Liban.

 

Afin de continuer à faire pression sur le gouvernement français, le mouvement a besoin d’élargir sa base de soutien pour les actions futures. Cela nécessite le respect de cette exigence fondamentale afin de ne s’aliéner personne.

 

En pratique, cela signifie que nos actions, nos slogans et nos prises de position doivent être larges et inclusifs, se maintenant à l’écart des appels à l’action violente. Abdallah ne fait partie d’aucune organisation politique et il est inacceptable qu’il soit réclamé par un parti ou une faction autre que la Campagne internationale pour la libération de Georges Abdallah.

 

Nous exhortons tous ceux qui sont impliqués dans la campagne à tenir compte des observations ci-dessus, pour que nous puissions construire le mouvement le plus large possible.

 

Une telle approche est essentielle pour mobiliser le nombre de sympathisants dont nous avons besoin pour notre prochaine manifestation devant l’ambassade française à Beyrouth le 28 février 2013, date qui coïncidera avec l’audition prévue en France pour statuer définitivement sur l’expulsion d’Abdallah.

 

* Joseph Abdallah est membre de la Campagne internationale pour la libération de Georges Abdallah


Source  :  http://www.info-palestine.net/spip.php?article13218



 



 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 12 Février 2013




Vu sur O.P.A  (Ochestre Poètique d'Avant-guerre) : http://www.opa33.org/


Palestine « Le mur de la Colere »
 
Un documentaire de Shai Carmeli Pollak
 


 






Prix du meilleur documentaire au Jerusalem Film Festival, Prix spécial à Rotterdam au Movies that Matter. 2006 - 52 min

 

Couronné au festival du film de Jérusalem, ce film retrace la résistance non-violente d’un petit village palestinien face à la construction du Mur de séparation.

 

En 2002, l’Etat d’Israël a décidé d’édifier une barrière dans les territoires occupés, officiellement pour protéger ses colonies d’éventuels attentats.

 

Mais pour Shai Carmeli Pollak, le réalisateur de ce documentaire, ce mur qui sépare les paysans palestiniens de leurs champs vise avant tout à créer de nouvelles implantations israéliennes.

 

Menacés par cette barrière qui avance, les habitants de Bil’in organisent chaque semaine des manifestations non-violentes pour tenter de faire reculer les bulldozers.

 

Ils ont gagné à leur cause des militants venus parfois de loin.

 

De plus en plus d’Israéliens en désaccord avec la politique de leur pays défilent, eux aussi.

 

Aux côtés des villageois, ils interpellent les patrouilles militaires de Tsahal. A chaque fois, celles-ci barrent la route aux manifestants et, en cas de résistance, dégainent leur arsenal : balles de caoutchouc, gaz lacrymogène, haut-parleur déversant des bruits stridents...

 

Bilan : environ un millier de blessés et 11 personnes tuées depuis 2004.

 

A cela, les habitants de Bil’in opposent leur détermination et une incessante créativité. Chaque semaine, ils tentent de trouver l’action qui surprendra les soldats : inscription sur des pierres, défilés de personnes handicapées à la suite de blessures infligées par l’armée israélienne, et même ballons remplis d’excréments !

 

Immergé dans cette lutte aux côtés des Palestiniens, Shai Carmeli Pollak la filme de l’intérieur et sur le vif, captant les oliviers centenaires qu’on déracine, les arrestations brutales en pleine nuit, les flambées de colère entre habitants et soldats.

 

Suivant le combat de plusieurs personnages - Rani, Wagee et Mohammed -, il nous montre les liens qu’il tisse avec eux et le visage quotidien de ce conflit.

 

Alors que la répression s’intensifie, le documentaire s’achève par une déclaration d’amitié de Rani à Shai et de Shai aux habitants du village, laissant espérer que ce début de rapprochement entre deux peuples permettra un jour d’en finir avec ce conflit.

 


 


Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté