Articles avec #hors des sentiers battus tag

Publié le 9 Octobre 2012

 
Julio Iglésias donne un concert en Guinée équatoriale à 750 euros la place pour 45 min de sérénade :
Si mes calculs sont exacts, ça fait du 1000 euros de l'heure, tout ça dans un pays ou environ 70 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté !

L'abjection devient un sport très en vogue ces derniers temps, et les gens comme toi la banalisent. Très cher Julio, je suis fier de ne pas faire partie des gens qui ont acheté un des 300 millions de disques que tu as vendu dans le monde ! Si tu te retrouve sur la paille tu pourras dire que c'est en partie de ma faute. Et comme disait Deproges en parlant d'un voleur : "Je tiens seulement à ce que tu saches, Al Capone de poubelle,  que toute la famille se joint à moi pour te prier d'agréer l'expression de mon plus profond mépris."

Mais, comme je ne suis pas rencunier, je t'offre 7 minutes de Benoit Blue boy que j'ai eu le bonheur de voir pendant 2h30 à Ampuis pour la somme de 10 euros !




 

Voir les commentaires

Publié le 4 Octobre 2012



"J'ai passé une alliance avec Nicolas Sarkozy en février, quand j'ai retiré ma candidature à la présidentielle, explique Christine Boutin à Valeurs actuelles. En le soutenant, je renonçais aux 800 000 euros de financement public de ma campagne, somme que j'avais déjà dépensée. Nicolas Sarkozy s'était engagé à ce que cette somme me soit remboursée par l'UMP."

Christine Boutin, présidente du Parti chrétien démocrate (PCD)

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/10/04/christine-boutin-dit-avoir-touche-680-000-euros-de-l-ump-pour-son-alliance-avec-sarkozy_1769790_823448.html

Quand une homophobe, anti avortement se retire ... ça fait pas rigoler !
800 000 euros diviser par 1 425.65 par mois ( smic actuel) = 561.15 mois
561.15 mois divisé par 12 = 46.8 ans !!!! plus qu'il n'en faut à un travailleur précaire pour s'assurer une retraite de misère !

Tu aimeras ton prochain comme toi même ...  Quelle honte !

Christine, ce n'est pas toi qui aurait due te retirée ... mais plutôt tes parents !

Voir les commentaires

Publié le 30 Septembre 2012



Chacun sait qu'il faut se méfier de tout ce que l'on nous raconte. Norman Baillargeon, auteur du petit cours d'autodéfense intellectuelle, nous propose chaque vendredi des énigmes qui prouvent que la logique et l'esprit critique sont les seuls révélateurs de vérité .

Exemple : 

   Joel Best, un mathématicien, raconte qu’il a assisté en 1995 à une soutenance de thèse durant laquelle le candidat invoquait le fait que, depuis 1950, le nombre de jeunes tués ou blessés par armes à feu, aux États-Unis, double à chaque année. Une référence à une revue savante était citée à l’appui de ce fait. Chacun sait que les États-Unis ont un grave problème avec les armes à feu. Mais Best refusa absolument de croire cette affirmation. Pourquoi?

La réponse et bien d'autres sujets interressants : ici



    reflechir




Voir les commentaires

Publié le 25 Août 2012

 
 

On supprimera la Foi

Au nom de la Lumière,

Puis on supprimera la lumière.

 

On supprimera l’Âme

Au nom de la Raison,

Puis on supprimera la raison.

 

On supprimera la Charité

Au nom de la Justice,

Puis on supprimera la justice.

 

On supprimera l‘Amour

Au nom de la Fraternité,

Puis on supprimera la fraternité.

 

On supprimera l’Esprit de Vérité

Au nom de l’Esprit critique,

Puis on supprimera l’esprit critique.

 

On supprimera le Sens du Mot

Au nom du Sens de mots,

Puis on supprimera le sens des mots.

 

On supprimera le Sublime

Au nom de l’Art,

Puis on supprimera l’art.

 

On supprimera les Écrits,

Au nom des Commentaires,

Puis on supprimera les commentaires.

 

On supprimera le Saint

Au nom du Génie,

Puis on supprimera le génie.

 

On supprimera le Prophète

Au nom du Poète,

Puis on supprimera le poète.

 

On supprimera l’Esprit

Au nom de la Matière,

Puis on supprimera la matière.

 

AU NOM DE RIEN ON SUPPRIMERA L’HOMME.

ON SUPPRIMERA LE NOM DE L’HOMME:

IL N’Y AURA PLUS DE NOM

 

NOUS Y SOMMES.

 

***

 

Le Programme en quelques siècles - Armand Robin (1912-1961) – Poèmes indésirables (1945)

Voir les commentaires

Publié le 24 Août 2012

  
Petit manuel à l'attention de ceux qui voudraient organiser un colloque sans avoir fait l'E.N.A.

1  Théorie

cours-langue-bois-ena (2)
 
 
 
2 Pratique

 
 

Voir les commentaires

Publié le 20 Août 2012

 
Au commencement était le Vietnam ...
 
Quarante ans après : l'Irak, la Lybie.
Mais au fait, oû sont les preuves de ces bains de sang ?
Y en a t il vraiment ?
 
 
Apparement non ! 
Demain la Syrie ?
Espérons qu'un jour, les Pujadas et Consorts seront jugés pour complicité de crime !

Voir les commentaires

Publié le 22 Juillet 2012

Les droits inhumains, par Carlo Bordini.

 

 

 

 

Les hommes naissent grégaires et divisés en classes. L’instinct grégaire doit être encouragé et stimulé pour maintenir l’équilibre de la société.

Tous les hommes doivent être encouragés à cultiver l’hystérie et la xénophobie pour maintenir la structure grégaire de la société et la cohésion des classes, des nations et des genres, qui seuls peuvent assurer un développement équilibré de la société humaine.

Les hommes ont ainsi le droit d’être:

-trompés

-frappés

-tués

-persécutés

-empoisonnés

-exploités

-poussés les uns contre les autres

indépendamment de leur nationalité, religion, race ou couleur, pourvu que cela rentre dans un plan de socialisation et d’agrégation de la société humaine.

Tous les hommes ont le droit au maintien de leur vie, à la liberté humaine et à la sécurité personnelle, compatiblement avec les exigences de socialisation et d’agrégation de la société humaine et avec les exigences de l’économie et de la politique de chaque pays.

Nul ne peut être détenu ou exilé sans justification valable (voir point précédent).

Tous les hommes ont le droit de cultiver leurs propres illusions, de s’évader de la réalité par des moyens idéologiques, religieux, électroniques, hédonistiques, pornographiques etc. pourvu que ces méthodes soient considérées comme justes par leurs communautés d’appartenance. Les hommes ont le droit d’avoir des leaders et des chefs reconnus.

Puisque tous les hommes ont le droit de cultiver leurs illusions, personne ne peut être poursuivi pour elles, sinon pour des cas avérés de force majeure. En pareil cas il devient nécessaire, pour le bien-être de la société humaine, de détruire les illusions appartenant aux individus ou aux catégories d’individus, les responsables de cette destruction sont tenus de reconstruire de nouvelles illusions pour les dits individus et les dites catégories.

Les hommes ont le droit de devenir fous, d’égorger leurs semblables, pourvu que cela soit justifié en termes de société humaine et d’équilibre.

Chaque homme a le droit, s’il en a la possibilité, de suivre ses programmes télévisés préférés et, dans les limites de ses possibilités matérielles, d’employer son temps libre et de passer ses vacances comme il le souhaite et de se consacrer aux hobbys qui lui sembleront convenir le mieux à sa personnalité.

Les hommes ont en outre le droit d’exploiter et d’affamer leurs semblables, s’ils s’en montrent dignes, s’ils en ont la capacité et si leur action n’est pas éphémère mais fondée, capable d’être mise en relation avec d’autres dans les limites de la société humaine.

Les hommes sont réunis en factions luttant les unes contre les autres et ont le droit d’y appartenir. Chaque homme a droit d’appartenir à une faction, à une ethnie, à une religion, et de haïr ceux qui n’en font pas partie.

Les hommes ont le droit d’opprimer leurs femmes et leurs enfants, (par exemple: de mutiler leurs filles, pourvu que cela ne soit pas arbitraire mais repose sur des principes reconnus par la société).

Les hommes ont le droit de mener des guerres, pourvu que :

1. celles-ci soient justifiées.

2. qu’ils en aient les moyens et les possibilités.

 

Ils peuvent tuer des animaux, empoisonner des territoires, désertifier des régions, pourvu que cela soit fait dans les limites des règles convenues par la société humaine et n’empêche pas les autres hommes et les autres groupes d’hommes de poursuivre les mêmes activités.

Ils peuvent trahir, mais à leurs risques et périls: la trahison, si elle ne réussit pas, ne sera pas considérée comme justifiée, et fera l’objet de poursuites.

Ils peuvent falsifier l’histoire, pourvu qu’ils aient la force de le faire durablement.

Ils peuvent tenir en esclavage d’autres hommes, pourvu que cela ne se produise pas en désaccord avec d’autres factions ou groupes qui gardent d’autres hommes en esclavage.

Ils peuvent répandre des idées fanatiques.

Ils peuvent créer des religions et des croyances, et, si cela ne trouble pas l’équilibre de la société humaine, ils peuvent combattre les religions et les croyances.

Ils peuvent feindre de s’entraider et d’aider le genre humain.

Ils peuvent voler, pourvu que cela n’empêche pas d’autres hommes ou groupes d’hommes de faire la même chose.

Ils peuvent torturer, même si une telle action doit être nécessairement justifiée par des idéologies, des cas de force majeure, des raisons religieuses ou des états d’urgence,

ou des exigences fondées de maintien de l’ordre public ou, quoiqu’il en soit, par des raisons supérieures.

 

Tous les hommes peuvent ainsi torturer leurs semblables, pourvu que cela soit justifié par les circonstances, l’idéologie ou la conviction commune.

 

Les hommes ont le droit de tuer leurs semblables, pourvu que cela soit autorisé par les circonstances (maintien de l’ordre, guerres, révolutions, patrouilles de police, conflits ethniques), ou justifié par les objectifs de bonheur humain ou par des considérations religieuses ou éthiques.

 

Dans les cas où les actes de massacre collectif ou individuel se révèlent particulièrement convenir aux besoins de la société et du moment, les hommes qui ont pris part à de tels massacres peuvent être considérés comme des héros ou des saints; leurs victimes, cependant, ont pareillement le droit d’être considérées comme des martyrs de la partie ayant subi les massacres.

 

Les hommes, devant les horreurs que les conflits armés et les conflits d’intérêt comportent, ont le droit de garder leur santé mentale. Ils peuvent ainsi:

refouler les conséquences de leurs actes;

considérer comme inévitable leur propre iniquité;

penser être dans le juste;

penser agir pour le bien de l’humanité;

penser que le mal est de toutes façons inévitable;

considérer les êtres humains, dans l’ensemble des êtres vivants, comme les seuls ayant des droits.

 

Tous les hommes ont le droit d’éprouver de bons sentiments.

 

 

 

Texte publié en Italie sur le journal L’Unità du 1er janvier 1999. Traduit par Olivier Favier.

 

Voir les commentaires

Publié le 29 Juin 2012

 

Ondes de Choc : le festival de Radio Canut 102.2 FM !

 

 

 

 

radio canut

 

 

 

Le Samedi 30 Juin, Radio Canut sort des murs du studio des pentes pour investir une place de la Guillotière et faire son show !

 

Emissions, concerts, fête de quartier, ateliers pour enfants etc...

 

 

De 13h à Minuit, même si l’affi­che annonce 14h, ne vous m’éprenez pas, Radio canut s’ins­talle sur la place Mazagran, pose micros, encein­tes pour 12 heures de direct en plein air et dans les postes de vos radios.

 

Au programme :

◦ Interview du squat 63 (rue Montesquieu) bientôt expulsable ; des chibaniAs revenuEs d’une grosse manif de Toulouse, du collectif de solidarité contre les violences policières etc...

◦ Un peu de propos féministes, de paroles politiques de récits des luttes kurdes et des migrantEs.

◦ Beaucoup de musique : funk, reggae, rap, punk, indé, électro etc...

◦ Des concerts avec les Pizzas OD, Nemesis, un chanteur kurde, Boop bap factory

◦ Un concentré des émissions de radio canut tels que Boolimix, Échec et Glutamat, Petit tas dans le mou, On n’est pas des cados versus Lilith, martine et les autres, SAV, radio falafel, Visages d’amérique latine, Ombre sur la mesure, Art’ère, Mix furtif etc... ET l’éternel, célèbre canut info à 19h pointé !

 

J’en oublie encore ! Alors venez donc nous rejoin­dre dès 13h ou à chaque minute de la jour­née sur la place Mazagran/ Guillotière/ Lyon 7e pour par­ti­ci­per à ce moment convi­vial et radio­pho­ni­que, vous lais­ser sur­pren­dre par les dif­fé­ren­tes ambian­ces sono­res, ren­contrer les ani­ma­tri­ces et ani­ma­teurs, danser, s’amuser et s’infor­mer !

 

Auberge espa­gnole pour le repas du soir et buvette de sou­tien pour l’apéro dès 18h.

 

Entrée libre et gra­tuite

affiche de l’évènement à diffuser autour de vous

Programme détaillé :

 

13h : Début du direct en musi­que

 

13h30 : repor­tage sur le squat du 63 rue mon­tes­quieu (par l’émission Mégacombi)

 

14h : Echec & glu­ta­mat (l’émission déjan­tée à l’heure du gouter propos sketchs & théa­tre bur­les­que.

 

14h30 : Visage d’Amérique Latine, la plus vieille émission de la radio pro­pose un voyage en musi­ques.

 

15h : inter­view du col­lec­tif sur les vio­len­ces poli­ciè­res

 

15h30 : Petit tas dans le mou, émission de créa­tion poé­tico-sonore. musi­que)

 

16h : Soundsystem reggae par l’émission « Oldies trains »

 

16h30 : inter­view du « patio des ainés » (asso­cia­tion de ChibaniAs)

 

17h : Concert rap par l’émission « de l’ombre sur la mesure »

 

17h30 : Les deux émissions fémi­nis­tes et LGBT « mar­tine, lilith et les autres » et « on n’est pas des cadeaux » se rejoi­gnent !

 

18h : Emission issue des ate­liers enfant de l’après-midi

 

18h30 : Le kur­dis­tan en musi­que et en repor­tage

 

19h : Canut infos spé­cial avec l’équipe du jeudi et l’émission Bivouak

 

19h 45 : Les DJ de Boolimix enflam­ment la place

 

20h30 : free­style HIP HOP par l’émissio « art’ère »

 

21h : Emission spé­ciale de « Radio Falafel city » (repor­ta­ges, rock, punk)

 

21h30 : Mix rock indé punk par l’émission S.A.V

 

22h : concert de Pizza OD (punk de lyon)

 

22h30 : Electroclash riot grrrl avec DJ la tache.

 

23h15 : Final électro par l’émission « le mix furtif »

 

SOURCE : http://rebellyon.info/Ondes-de-Choc-le-festival-de-Radio.html

 

 

Voir les commentaires

Publié le 28 Juin 2012

 

Souscription d’Acrimed : le compte n’y est pas !

 

par Acrimed, le 27 juin 2012

 

 

 

Il y a bientôt deux mois, nous lancions cet appel que nous avons plusieurs fois renouvelé depuis. « Notre souscription, c’est maintenant ! Objectif 40 000 euros ». Nous écrivions : « Évitons de dramatiser. Si la situation était dramatique nous vous le dirions. ». La situation n’est pas dramatique, mais elle est périlleuse.

 

 

 

Nous n’avons recueilli à ce jour que le quart de la somme escomptée. Merci aux généreux donateurs… Et merci d’avance à celles et ceux qui vont le devenir !

 

 

Faut-il le rappeler ? Toutes les activités d’Acrimed sont bénévoles. Notre site et nos listes de diffusion publiques sont gratuits. Nous ne percevons aucune subvention. Nous n’avons recours à aucune publicité. Nous n’avons pas d’autres ressources que vos dons et les cotisations de nos adhérents

 

 

Notre contestation de l’ordre médiatique existant, du moins telle que nous la comprenons, n’est pas un produit destiné à de simples consommateurs de contestation. Si, lectrices et lecteurs de ce site, vous souhaitez que notre activité se poursuive avec l’intensité qu’elle a acquise et se renforce, cela dépend aussi de vous.

 

Acrimed emploie un secrétaire administratif. Il a en charge la coordination de toute l’administration de l’association et le suivi de ses activités. Or, nous avons impérativement besoin d’un-e second-e salarié-e pour coordonner l’observation des médias, la rédaction des articles pour le site, l’enrichissement de son contenu, la préparation du magazine Médiacritique(s), etc.

 

40 000 euros c’est ce que coûterait l’embauche à temps plein d’un-e secrétaire de rédaction pour un an, cotisations salariales et patronales comprises.

 

À défaut d’un-e secrétaire de rédaction permanent-e, la rédaction elle-même, composée de exclusivement de contributeurs bénévoles et, par conséquent, intermittents, ne peut pas fonctionner. À défaut des 40 000 euros dont nous avons besoin, le développement de notre association sera entravé, la confiance que nous accordent nos lecteurs (dont témoigne l’audience croissante de notre site et de notre magazine) sera déçue et le succès des Nouveaux Chiens de garde ne connaîtra pas, parmi les suites qu’il mérite, celles qui dépendent de nous.

 

N’attendez pas une réforme fiscale, en espérant qu’elle vous permettra de bénéficier des ressources supplémentaires !

 

 

 

Notre souscription, c’est maintenant !

 

Vos dons, c’est maintenant !

 

Vos adhésions, c’est maintenant !

 

 

 

… Faites un don !

 

Devenez « ami d’Acrimed » !

 

C’est ici : http://www.acrimed.org/article3349.html

 

Ou par chèque ou mandat

 

 

 

… Et mieux encore :

 

Pour simplement nous soutenir et être informés ou pour vous impliquer davantage

 

Adhérez

 

Acrimed a besoin de vous

 

C’est décidé ? « Je deviens adhérent d’Acrimed »

 

C’est ici : http://www.acrimed.org/article3343.html

 

Voir les commentaires

Publié le 10 Juin 2012

 
RENDEZ VOUS SUR :
 
 
 
 
Le nouveau film d’Olivier Azam et Daniel Mermet
 
Avec l’énorme succès de son livre Une histoire populaire des Etats-Unis, Howard Zinn a changé le regard des Américains sur eux-mêmes. Zinn parle de ceux qui ne parlent pas dans l’histoire officielle, les esclaves, les Indiens, les déserteurs, les ouvrières du textile, les syndicalistes et tous les inaperçus en lutte pour briser leurs chaînes. A Paris et à Boston nous avons eu la chance de rencontrer Howard Zinn et de le filmer, toujours stimulant et fraternel. À la fin Zinn disait « Je veux qu’on se souvienne de moi comme quelqu’un qui a donné aux gens des sentiments d’espoir et de pouvoir qu’ils n’avaient pas avant ».
 
Voilà exactement ce qui nous a donné envie de réaliser ce film.
 
Après le succès du film Chomsky & Cie, La coopérative les Mutins de Pangée lance une nouvelle souscription*
Commandez dès maintenant le coffret DOUBLE DVD à 20€ (au lieu de 25€) et participez ainsi à une production entièrement indépendante... tout en gagnant 5 euros !
 
DATE DE LIVRAISON : C’est encore indéterminé, le film étant en cours de production (voir en bas de page) mais on pense que ça sera avant l’automne. En souscrivant, vous participez à une démarche coopérative et devenez SMG (Souscripteur Modeste et Génial).
 
 
 

Howard Zinn est né en 1922, à Brooklyn, dans une famille d’immigrés. Il est mort le 27 janvier 2010, laissant derrière lui de nombreux ouvrages importants dont l’incontournable Histoire populaire des Etats-Unis, de 1492 à nos jours (éditions Agone). Howard Zinn a traversé le XXème siècle sans se contenter de l’observer.

 

Formé à la lutte des classes dans les rues du New York de la grande dépression des années 30, jeune ouvrier d’un chantier naval, il s’est ensuite engagé dans la Seconde Guerre mondiale comme bombardier dans l’US Air Force, pour combattre le fascisme en Europe. Bouleversé par le bombardement (inutile) de Royan au napalm et par les conséquences de Hiroshima, il va s’engager toute sa vie contre la logique de guerre américaine.

 

Dans l’ambiance du maccarthysme d’après-guerre, Howard Zinn décide de se lancer dans des études universitaires d’Histoire, auxquelles il a accès gratuitement en tant que vétéran. Son premier poste de professeur, il l’obtient dans un collège d’étudiantes afro-américaines du sud des Etats-Unis. Il prend alors part activement dans les mouvements pour les droits civiques des noirs américains, contre la ségrégation raciale. Il prend part à la résistance non-violente des étudiants, les manifestations, les sit-in, les freedoms rides, les procès... La pratique de la désobéissance civile traverse les Etats-Unis des années 50 et 60 et marquent énormément la pensée de Howard Zinn.

 

Renvoyé pour "insubordination", il rejoint l’Université de Boston en 1964, au moment où la guerre du Vietnam éclate et s’engage immédiatement dans les mouvements anti-guerre, au début encore très marginaux. En tant que vétéran, Howard Zinn va jouer un rôle important dans la libération de soldats américains prisonniers, tout en donnant encore plus d’écho aux opposants à la guerre.

 

Howard Zinn apparait aussi comme témoin dans l’affaire des Pentagone Papers (l’ancêtre de wikileaks en quelque sorte...) qui a donné le coup de grâce à la propagande de guerre dans l’opinion publique américaine de l’époque.

 

Toujours attentif à s’exprimer pour le plus grand nombre, il est l’auteur de pièces de théâtre à succès : "Emma" (sur la militante libertaire Emma Goldman) et Marx in Soho (traduit en français par Karl Marx, le retour).

 

De ses souvenirs d’enfant de la « classe laborieuse » dans le New York des années 30 à l’élection de Barack Obama, l’oeuvre de Howard Zinn mêle sa propre expérience et l’histoire populaire, une mémoire qui met sur le devant de la scène les acteurs oubliés de l’Histoire officielle et qui restera comme un modèle de référence pour les générations futures.

 

 

 

source : http://www.lesmutins.org/Howard-Zinn-Une-histoire-populaire.html

 

 

Voir les commentaires