Qui prier pour oublier ?

Publié le 9 Mai 2013

A travers le récit de trois "enfants de homes", anciens détenus de longues peines, ce film balaye le fonctionnement de la machine à enfermer. Dans un contexte où les problèmes sociétaux sont transformés en cas individuels, il refuse de parler en termes de cas personnels pour s’attacher aux parcours typiques dont ils peuvent témoigner. Même dehors, Marcus, Jean-Marc Mahy et Jean-François refusent d’oublier. L’un manifeste devant le Palais de justice lors d’un procès contre des matons, l’autre enchaîne débats et conférences... Pour eux, la prison ne sert à rien.

Source : L'Armurerie :

http://larmurerie.over-blog.com/article-qui-prier-pour-oublier-116909508.html

Rédigé par hobo-lullaby

Commenter cet article
A
Sauf, je pense, pour les criminels très dangereux, la prison ne se justifie pas.
Les personnes condamnées le sont à la privation de liberté, pas de dignité.
"La prison a été instaurée pour punir et amender. Elle punit, peut-être. Elle amende ? Certainement pas. Ni réinsertion ni formation mais constitution d'un" milieu délinquant"."
A lire : "La vie en prison, 80 viviteurs témoignent" de Claire Capron et Florence Delsemme - Editions Couleur livres.
http://www.youtube.com/watch?v=aAX42x0qfIE
Répondre
H
Bonjour Anne-Marie

Le problème est loin d'être simple, mais si on analyse les choses, le remède est souvent pire que le mal. Les choses doivent évoluer.
Merci pour la chanson de Duteil
Bises
Serge
C
Bonsoir Serge,

Voilà ce que j'en pense :

Seul entre mes quatre murs
Je parle aux barreaux :
Savez-vous si l’air au dehors
Embaume le seringat de miel ?
Savez-vous si sur les visages
Des sourires se trémoussent complices ?
Les barreaux me regardent
Leur figure froide et ronde
Me semble si familière
Que pour le peu je les embrasserais.
Les murs crasseux
Habillent ma déchéance
Si je leur récite mes vers
Ils rebondissent sur leur apparence
Me reviennent en flèches
Droit au cœur
En me disant :
Tu peux mieux faire !
Si tu es enfermé, réfléchir
Doit être ta pénitence
La poésie pour fer de lance
Habilleras tes maux
Les rendra plus costauds
Pour forger ton propos.
Seul entre mes quatre murs
Je songe à la vie ratée.
Si j’étais parmi vous dehors
Qu’est-ce que je ferais ?
Ma sagesse alors acquise
Entre ses murs solitude
Me répond:
Liberté quand tu m’auras gagnée
Au service des menottés
Tu œuvreras et écriras.
La prison qui exclue
La prison qui éjecte
La prison bastion
Ne règle pas les choses
Elle éloigne les problèmes
Enfermant entre ses fanons
Le plancton d’êtres différents
Qui font peur et gênent
L’océan bien pensant.
La prison n’apprend rien
Sauf à aimer la vie
A vouloir à tire d’aile
Sa liberté chérie

Caro qui te fais une bise libre
Répondre
H
Bonjour Caro

Tu as trouvé les mots pour décrire la stérilité de ce crime qu'est la privation de Liberté.
Le problème n'est pas simple, mais les choses doivent changer.

Bises
Serge
A
Un voyage de 45 mns en enfer, bouleversant !

bonne journée Serge
Répondre
H
Salut Adam

Des témoignages comme on en entend malheureusement pas assez, qui donnent matière à réflexion. Le véritable changement devient une urgence

@mitiés
Serge