Publié le 23 Août 2012

 
 
"Et je n’ai pas peur de vous. Je n’ai pas peur du mensonge, je n’ai pas peur de la fiction, je n’ai pas peur de cette mystification mal fagotée, je n’ai pas peur du verdict de ce soi-disant tribunal. Parce que vous ne pouvez me priver que d’une soi-disant liberté. C’est la seule qui existe sur le territoire de la Fédération de Russie. Ma liberté intérieure, personne ne pourra me l’enlever"
  
Maria Alekhina,  Pussy Riot,  8 août 2012
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 22 Août 2012

Lettre ouverte à Michèle Picard, maire de Vénissieux

 

Madame,

 

Je voulais réagir au courrier que vous avez adressé au préfet du Rhône

http://pcf.venissieux.org/lettre-ouverte-de-Michele-Picard,1248.html

Je tiens tout d’abord à vous préciser que j’ai grandi à Lyon 8e, pour vivre ensuite à Vénissieux que j’ai quitté depuis quelques années. Je ne suis pas membre du PCF , même si j’ai souvent voté pour les candidats de votre parti, en particulier aux municipales de Vénissieux et aux législatives de la 14e circonscription du Rhône.

J’ai relu plusieurs fois votre courrier auquel je fais allusion. Ce qui m’a fait réagir, c’est que je me suis dit qu’en le mettant tel quel sur internet, en changeant le nom de l’auteur et en disant qu’il s’agit d’un élu du Front National, beaucoup auraient été outrés, et que ceux qui se prétendent de gauche et qui ne seraient pas tombés dans le panneau lèvent le doigt ! Preuve en est : cette lettre a été rendue publique sur le blog de la section Vénissieux du PCF le 23 juin avec cette précision : «Par souci de ne pas laisser place aux récupérations politiciennes pendant la campagne électorale, celle lettre n’avait pas été rendue publique. » Ce que je considère comme un aveu d’hypocrisie.

Dans votre courrier, vous opposez dans un premier temps la quiétude de vos administrés à l’insalubrité et la délinquance latente des Roms. Je sais que Vénissieux est depuis longtemps une terre cosmopolite avec toutes les difficultés que cela peut engendrer. Toutefois, je vous opposerai le cas du quartier de la Guillotiére à Lyon, ou la cohabitation est loin d’avoir pris les proportions que vous décrivez, si j’en juge par les pancartes accrochées aux fenêtres des habitants de la rue Montesquieu lors de l’expulsion d’un squat occupé par des Roms : « Laissez-nous vivre ensemble » source : http://www.libelyon.fr/info/2012/08/les-roms-de-la-rue-montesquieu-%25C3%25A0-lyon-en-sursis.html . Ce qui prouve bien qu’une cohabitation est possible ! Le quartier de la Guillotière est un quartier populaire au même titre que Vénissieux. Pourquoi cette solidarité ne pourrait pas exister en terre Vénissiane ? Pourquoi un élu local défendant les idées de Marx, ne considère-t-il pas les Roms comme des victimes du capitalisme au même titre qu’un travailleur ou qu’un chômeur ? Les Roms cumulent les problèmes de patrie, de précarité, de logement de travail et de délinquence. Ils sont plus que tout autres les « damnés de la terre » que doivent défendre ceux qui se prétendent Communistes et fiers de l’être !  Lénine  prônait la solidarité prolétarienne précisait : « la lutte de classe prolétarienne, exige que nous n’observions jamais une attitude purement formelle envers la question nationale, mais que nous tenions toujours compte de la différence obligatoire dans le comportement du prolétaire d’une nation opprimée (ou petite) envers la nation qui opprime (ou grande). » Le Problème est que les Roms n’appartiennent à aucune classe au sens Marxiste du terme et la question est : doit-on les intégrés dans le système capitaliste que nous combattons  et sont-ils intégrables dans un système Marxiste qui prend le travail comme valeur ? La réponse n’est elle pas de les intégrer  Humainement et socialement en respectant leurs différences. Le mot Humanité n’est il pas le titre du quotidien Communiste et donc une valeur du Communisme. Dans les camps de concentration, les prisonniers portaient des insignes suivant leurs origines et leurs appartenances, pendant que les communistes portaient un triangle rouge, les Tsiganes arboraient un triangle vert ! Pourquoi ces frères du passé sont ils devenus les expulsables d’aujourd’hui ? Car dans la suite de votre courrier vous exiger du préfet du Rhône qu’il fasse respecter l’arrêté d’expulsion rendu par le tribunal ! Faisant ainsi allegence à une autorité que vous devriez combattre.  « Résister c’est créer, créer c’est résister » a dit Stéphane Hessel, cet homme pour qui désobéir avait un véritable sens. Vous dites que ce n’est pas aux collectivités locales de résoudre le problème des Roms mais à l’état en espérant des financements que vous n’aurez jamais. Voir cette lettre sur votre blog : http://www.michele-picard.com/la-politique-de-lautruche-doit-cesser-5934/ Et pourtant, ne serai-il pas révolutionnaire de trouver d’autres solutions. Un site, un local respectant des règles d’hygiène, un centre valorisant la culture Rom comme trait d’union entre population. Face aux rejets de cette société capitaliste, pourquoi ne pas opposer un véritable projet de résistance voir de désobéissance populaire comme Howard Zinn en aurait rêvé ? Les financements ? Le projet de réaménagement de la place jeanne d’Arc oû squataient les Roms va couter 900 000 euros à la collectivité, les concerts des Estivales à Vénissieux coutent 300 000 euros et pour un projet culturel ou autre des subventions peuvent être allouées.

Depuis votre courrier, les Roms de Grandclément ont été expulsés, leur problème n’est pas résolu mais simplement déplacé. Au lieu d’avoir montré un véritable visage révolutionnaire, vous avez maintenu cette volonté électoraliste qui vous éloigne de vos idéaux et néglige le Peuple. Vous vous entêté dans ce grand écart à vous en faire péter les adducteurs. Ce grand écart que vous avez commencé en baissant votre culotte devant Mitterrand lorsqu’il vous a trahi sur les nationalisations prévues au programme commun, que vous continuez aujourd’hui en demandant l’expulsion des Roms sans que cela vous fasse pour autant reprendre des voix au Front National. Ce grand écart qui fait que vos militants les plus convaincus, ceux qui sont sur le terrain, ont plus d’espoir dans leurs idées que dans la direction de leur parti. Ce grand écart qui fait qu’ils baissent les bras car ils se sentent trahis. Ce grand écart qui tourne le dos au peuple tandis que l’on bat des records d’abstention à chaque élection. Ce grand écart qui me fait penser à cette lettre de  Philippe Torreton  à Jean Ferrat : http://blogs.mediapart.fr/blog/olivier-perriraz/290412/lettre-jean-ferrat-par-philippe-torreton

Texte magnifique, mais écrit par quelqu’un qui soutien Ségolène Royal et la constitution Européenne de Giscard, qui fait référence à la Commune sans pouvoir donner la définition du mot révolte !

 

   Vous aurez peut être trouvé certains mots un peu crus, mais c’est juste pour vous dire sans haine et sans crainte : « Michèle, réveilles toi ! »

Et si le prisme poètique de Paul Eluard peut vous aider, je dirai en le paraphrasant :

 

Sur le fronton de ma mairie

Sur les roulottes tsiganes

Sur les platanes des cours d’écoles

J’efface ton nom

Sur les avenues du Charéard

Sur la place de Parrilly

Sur le plateau des Minguettes

Au cœur du Moulin à vent

J’efface ton nom

Nous étions fait pour te chérir

Nous étions fait pour te nommer

Liberté

 

Amicalement

Serge

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 20 Août 2012

 
Au commencement était le Vietnam ...
 
Quarante ans après : l'Irak, la Lybie.
Mais au fait, oû sont les preuves de ces bains de sang ?
Y en a t il vraiment ?
 
 
Apparement non ! 
Demain la Syrie ?
Espérons qu'un jour, les Pujadas et Consorts seront jugés pour complicité de crime !

Voir les commentaires

Publié le 20 Août 2012

 
 
 
 
C'est vrai qu'ils sont plaisants tous ces petits villages
Tous ces bourgs, ces hameaux, ces lieux-dits, ces cités
Avec leurs châteaux forts, leurs églises, leurs plages
Ils n'ont qu'un seul point faible et c'est être habités
Et c'est être habités par des gens qui regardent
Le reste avec mépris du haut de leurs remparts
La race des chauvins, des porteurs de cocardes
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
 
Maudits soient ces enfants de leur mère patrie
Empalés une fois pour toutes sur leur clocher
Qui vous montrent leurs tours leurs musées leur mairie
Vous font voir du pays natal jusqu'à loucher
Qu'ils sortent de Paris ou de Rome ou de Sète
Ou du diable vauvert ou bien de Zanzibar
Ou même de Montcuq il s'en flattent mazette
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
 
Le sable dans lequel douillettes leurs autruches
Enfouissent la tête on trouve pas plus fin
Quand à l'air qu'ils emploient pour gonfler leurs baudruches
Leurs bulles de savon c'est du souffle divin
Et petit à petit les voilà qui se montent
Le cou jusqu'à penser que le crottin fait par
Leurs chevaux même en bois rend jaloux tout le monde
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
 
C'est pas un lieu commun celui de leur connaissance
Ils plaignent de tout coeur les petits malchanceux
Les petits maladroits qui n'eurent pas la présence
La présence d'esprit de voir le jour chez eux
Quand sonne le tocsin sur leur bonheur précaire
Contre les étrangers tous plus ou moins barbares
Ils sortent de leur trou pour mourir à la guerre
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
 
Mon dieu qu'il ferait bon sur la terre des hommes
Si on y rencontrait cette race incongrue
Cette race importune et qui partout foisonne
La race des gens du terroir des gens du cru
Que la vie serait belle en toutes circonstances
Si vous n'aviez tiré du néant tous ces jobards
Preuve peut-être bien de votre inexistence
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
 
Paroles et Musique: Georges Brassens 1972
 
 
19165534.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 19 Août 2012

 
  
Ballade vers la liberté
 
Ils t’on bien modelé, toi qui te dit humain
Flanqué de ton travail et de quelques crédits
Implorant le billet, les avant bras griffés
Mais tu es sans remords,  te dis civilisé
Mirage d’une conscience, tu te crois érudit
Sans terre sous les ongles, écolo sans lendemain
Lavant l’eau à coup de normes et défiant l’océan
Orgueilleux qui simule l’indignation en bêlant
Tandis qu’un Big Speaker bien docile et soumis
 Répand le pesticide aux oreilles rendues aveugles
Transfusant les révoltes qui coulent dans tes veines
Drapant ton printemps d’un pyjama rayé.
 Ton chant n’a plus d’odeur, ni d’amour ni de paix
Ta plainte devient lascive, ignorante et haineuse
Ton regard amnésique de curiosité et d’envie
Condamne la différence et glorifie le clone
Jetant pierres aux roulottes, écorchant l’autre peau
Esclave d’un esthétisme qui galvaude la beauté
Ton climat est bien loin de tout réchauffement
Arraches toi les yeux pour peindre la vérité
Crèves toi les oreilles pour entendre raison
Mutiles toi les mains et effleures l’essentiel
Toi qui n’est plus humain, mais pas encore robot
 Alors dans tes yeux brillera de nouveau
L’ailleurs de cette étoile, boussole du vagabond
De cette galaxie molécule de vie
Dont la terre n’est qu’atome, et toi semblant d’infime
Tu retrouveras  alors en suivant ce sentier
La verdure d’une vallée aux indiens habitée
La pureté d’une onde aux enfants partagée
Oû la chèvre des montagnes symbiose le châtaignier
Oû la nature allaite l’être humain retrouvé
Chantonnant simplement un air de Liberté
  
  
  
Hobo lullaby
  
  
  
  
262259plateaudevalensole 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 18 Août 2012

 
 

"Lord take my soul, but the struggle continues" sont les derniers mots de l'écrivain, professeur d'université, producteur de série télévisé et défenseur de l'environnement Kenule (Ken) Beeson Saro-Wiwa. Né en Octobre 1941 à Boré au Nigeria, on ajouta Saro à son nom parce qu'il était le premier garçon de sa famille.

 En 1958 la compagnie Britannique Shell découvre du pétrole dans le delta du Niger. Ken encore jeune observe la destruction de l'environnement et l'exploitation des ressources de sa région natale. Après des années de protestation sans succès à travers ses articles dans la presse nigériane, Ken décide de fondé le MOSOP (the MOvement for the Survival of the Ogoni People) en 1990. Ce mouvement pacifique organise des protestions contre la dictature nigériane et la compagnie Shell.

 Shell et ses associés du régime militaire s'inquiètent des activités du leader du MOSOP. Il sera arrêté à plusieurs reprises et relaxé.

 Le 21 Mai 1994 Ken et huit de ses collègues du MOSOP sont arrêtés et accusés d'avoir tué quatre chefs Ogoni. Un des quatre chefs était son beau frère.

 En Février 1995 après dix mois de torture, le régime militaire décide enfin de juger Ken.

 Le 31 Octobre 1995 Ken et ses camarades sont condamnés à mort par la dictature Nigériane et exécutés par pendaison le 10 Novembre 1995.

  

struggle 

 

La lettre de Ken Saro-Wiwa rédigée en prison, résume sa vie et son combat
 
Mai 1995
 
Une année s'est écoulée depuis que j'ai été brutalement réveillé de mon lit et détenu. Soixante-cinq jours enchaînés, des semaines affamés, des mois de torture psychologique et récemment, le parcours dans une voiture asphyxiante pour comparaitre devant une court de kangourou surnommé tribunal militaire spécial où les débats ne laissent aucun doute que le jugement a été écrit d'avance. Et il n'y aura certainement pas d'appel contre la condamnation à mort.
 
Peur affreuses? À peine. Les hommes qui décrètent et surveillent ce spectacle de honte, cette charade tragique, ont peur du message, du pouvoir des idées, le pouvoir du stylo; des demandes de justice sociale et des droits de l'homme. Ils n'ont pas le sens de l'histoire. Ils ont si peur du pouvoir du message, leurs obsèques.
 
Lorsque, après avoir écrit pendant des années, j'ai décidé de mobiliser le peuple Ogoni par le message dans la rue, et permettre à ce peuple de protester contre la dévastation de l'environnement par Shell, la deshumanisation de l'environnement par les dictateurs Nigérians, je n'avais aucun doute où cela pouvait se terminer. Cette connaissance m'a donné la force, le courage, la réjouissance et un avantage psychologique sur mes bourreaux.
 
Hier, comme par voie magique, l'esprit Ogoni a apparu dans ma cellule, un beau poème de Jack Mapanje, le vétéran des prisons de Kamuzu Banda: quatre années sans aucune charge. J'avais rencontré Jack à Potsdam en 1992 et je me suis demandé comment il avait survécu à tout cela.
 
Écrivant de Leeds University, son poème m'a conseillé de porter l'armure de l'humour. La note à la fin à également été signée par Chengerai Hove, le romancier primé du Zimbabwe. Cela fait plaisir de savoir que ces hommes excellents, les meilleurs cerveaux s'inquiètent de la souffrance de l'autre.
 
Finalement la faute se trouve chez le gouvernement britannique. C'est le gouvernement britannique qui fournit des armes et de l'argent aux dictateurs du Nigeria, sachant que ces armes seront utilisés contre les citoyens innocents, non armés.
 
C'est le gouvernement britannique qui fait des bruits au sujet de la démocratie au Nigeria et en Afrique mais soutient les dictateurs à fond. C'est le gouvernement Anglais qui supporte le viol et la dévastation de l'environnement par une Compagnie de grande valeur comme Shell qui possède des employés et paie ses impôts. Mon agonie, la destruction des Ogoni et des autre peuple du delta du Niger, sont la responsabilité du gouvernement britannique.
 
Finalement, la décision revient aux britanniques, l'électorat, d'arrêter, cette grande supercherie, ce double standard qui a prolongé le cauchemar de l'Afrique et dénigre l'humanité.
 
Vivre ou mourir est immatériel. C'est un comble pour moi de savoir qu'il y a des gens qui sacrifient du temps, de l'argent et de l'énergie pour lutter contre ce mal parmi tant d'autres à travers le monde. S'ils ne réussissent pas aujourd'hui, ils réussiront demain. Nous devons continuer à nous battre pour un monde meilleur pour tous les hommes - chacun contribuant un tout petit peu à sa manière. Je vous salue tous .
 
 
cercle-amitie-enfants-noirs-web.jpg
  
 
 
 
 
 
 

Les Coquillages de la plage de Bridlington North

 

 Ella haïssait tout ce qui était encagé, les poissons en particulier,

 

les poissons encagés dans des aquariums, des étangs, ou quoi que ce soit;

 

 "Ca me rappelle les prisons et l'esclavage" disait-elle;

 

alors, quand pour la première fois sa vue embrassa la vaste verdeur

 

 de la plage de Bridlington miroitant en ce

 

jour d'été anglais, elle salua le paysage comme

 

 une fille du sahara aux pieds déssèchés, prenant l'eau, prenant l'eau,

 

dans le creux de sa main comme une démente, nettoyant ses paumes,

 

 sautillant et riant, puis frottant ses mains

 

sur sa robe, elle jeta son derrière sur les sables de la

 

 plage et laissa la mer inspirer et expirer sur elle

 

tandis qu'elle détendait ses jambes croisées - "Libre, enfin !"

 

 annonça-t-elle aux foules inconscientes du rivage;

 

et comme le paysage marin se ralliait puis disparaissait

 

 à ses pieds, elle dessina une carte du monde : "Les Pays-Bas

 

que nous avons visité doivent être ici ; la Norvège, la Suède, là,

 

 "Au delà, La Russie !" Puis rassemblant plus de coquillages

 

et les choisissant un par un, elle se tourna vers lui :

 

 "tu te souviens d'avoir mangé du porridge de

 

coquillages de mer une fois ?" Il hocha la tête, souriant

 

 en songeant à un autre souvenir des lacs africains qu'ils avaient été contraints

 

d'abandonner. "Un jour, peut être, je prendrais cette maison

 

 pour fêter ça !" Dit-elle en appesantissant son regard sur la profonde mer.

 

Aujourd'hui, ses galets en forme d'oeufs, ses perles de coquillages

 

 brillent encore à l'appui fenêtre; ses voeux résonnent encore,

 

"Change régulièrement l'eau dans les récipients pour

 

 que les galets et les coquillages continuent de briller - tu verras,

 

c'est bien plus sain que de nourrir des poissons dans un bocal !"

 

 

 Jack Mapanje (1944 - ), poète malawien 

traduit de l'anglais par E. Dupas

Source : http://poesie-et-racbouni.over-blog.com/

 

 

 

 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 18 Août 2012

 

 

Dans notre pays, les balles commencent à fleurir

 

 

 

Viens, frère, et dis moi ta vie

 

viens, montres moi les marques de révolte

 

que les ennemis ont laissé sur ton corps

 

 

 

viens, et dis-moi "Ici

 

mes mains ont été écrasées parce qu'elles

 

défendaient

 

la terre qui leur appartenait"

 

 

 

Ici mon corps a été torturé

 

parce qu'il refusait de ployer devant

 

les envahisseurs"

 

 

 

Ici ma bouche a été blessée

 

parce qu'elle osa chanter

 

la liberté de mon peuple"

 

 

 

Viens frère et dis-moi ta vie,

 

conte-moi les rêves de révolte

 

dont toi et tes pères et tes ancêtres

 

rêvaient

 

en silence

 

à travers des nuits sans ombre faites pour l'amour

 

 

 

viens me dire que ces rêves vont devenir la

 

guerre,

 

la naissance des héros,

 

la reconquête de la terre,

 

des mères qui, sans crainte,

 

envoient leurs fils au combat.

 

 

 

Viens et dis moi tout cela, mon frère.

 

 

 

Après cela je forgerai des mots simples

 

que les enfants même pourront comprendre

 

des mots qui entreront dans chaque maison

 

comme le vent

 

et qui tomberont comme de rouges braises ardents

 

sur les âmes de notre peuple.

 

 

 

Dans notre pays,

 

les balles commencent à fleurir.

 

 

 Jorge Rebelo (1940 -), poète mozambicain

traduit du portugais par E. Dupas

 

 Source : http://poesie-et-racbouni.over-blog.com/

 

 

 

 Mozambique-MtNamuli

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 5 Août 2012

 Le concert n’a pas été réussi
 
 
Compagnons des mauvais jours
Je vous souhaite une bonne nuit
Et je m’en vais.
La recette a été mauvaise
C’est de ma faute
Tous les torts sont de mon côté
J’aurais dû vous écouter
J’aurais dû jouer du caniche
C’est une musique qui plaît
Mais je n’en ai fait qu’à ma tête
Et puis je me suis énervé.
Quand on joue du chien à poil dur
Il faut ménager son archet
Les gens ne viennent pas au concert
Pour entendre hurler à la mort
Et cette chanson de la Fourrière
Nous a causé le plus grand tort.
Compagnons des mauvais jours
Je vous souhaite une bonne nuit
Dormez
Rêvez
Moi je prends ma casquette
Et puis deux ou trois cigarettes dans le paquet
Et je m’en vais…
Compagnons des mauvais jours
Pensez à moi quelquefois
Plus tard…
Quand vous serez réveillés
Pensez à celui qui joue du phoque et du saumon fumé
Quelque part…
Le soir
Au bord de la mer
Et qui fait ensuite la quête
Pour acheter de quoi manger
Et de quoi boire…
Compagnons des mauvais jours
Je vous souhaite une bonne nuit…
Dormez
Rêvez
Moi je m’en vais.
 
 
Jacques PRÉVERT
 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 31 Juillet 2012

Lu sur  DESOBEISSANCE CIVILE :  http://libertesconquises.blogspot.fr/

 

 

mardi 31 juillet 2012

 

Guerre truquée, et pas de Révolution en vue

 

 SYRIE OTAN-Propaganda.inc made in Austria

 

 

 Par Menthalo – Voilà une photo prise EN SYRE par l’agence EPA le jeudi 26 juillet 2012. Un jeune couple et leur bébé. Maman porte le nécessaire habituel pour son bébé, et quelques affaires personnelles.Le soleil est très haut. Le magasin est fermé parce que c’est l’heure chaude.Que font-ils ? Reviennent-ils d’un déjeuner chez des amis ou chez les beaux-parents ? Nul ne le sait.

 

http://liesidotorg.files.wordpress.com/2012/07/syrie-avant.jpg

Maintenant, voilà l’image qui est parue dans Krone, deux jours plus tard.

Le décor trop paisible a été supprimé grâce à l’outil de base de tout illustrateur : le logiciel de retouche Photoshop. A la place, on a copié-collé un décor de ville en guerre, prise ailleurs. Cela pourrait être au Liban, en Irak ou à Mogadiscio. Les immeubles ont subi un bombardement et des tirs nourris, pendant plusieurs jours.

L’illustrateur a fait un travail de cochon. Comme le sol n’était pas raccord, il a coupé les pieds des deux personnages, rendant son travail infiniment plus facile. Pas besoin de rapporter les ombres portées sur le sol. Mais il aurait dû, quand même, choisir une image de fond où la lumière venait de la même direction. Ce collage est pitoyable…

Mais les hommes de la Universal Propaganda Gmbh au service de l’OTAN ne font pas dans le détail. L’OTAN, vous savez… cette armée de mercenaires et supplétifs européens, dirigée par l’aile néo-nazi (on dit néo-cons) du Pentagone, elle-même asservie aux ploutocrates de International Sionist Banksters Corp, World Oil United et de Big Weapon Inc.

 

http://liesidotorg.files.wordpress.com/2012/07/syrie-apres.jpg

 

 Le propriétaire et éditeur en chef de Krone, le tabloïd le plus vendu en Autriche avec 2.970.000 lecteurs, est Hans Dichand, dont le fils Christopher est éditeur adjoint.

  Dés sa création, Krone est une gazette qui vise les masses, avec des articles courts utilisant un vocabulaire simple pour une clientèle populaire. Dichand est un voyou en affaire, à la manière de John Pierpont Morgan ou du fondateur de la dynastie Rockefeller, toute proportion gardée évidemment. Biographie riche à lire entre les lignes sur wiki.

  Journaliste avant guerre, il va être fait prisonnier par les Anglais, qui vont le garder sous le coude à sa libération en octobre 1945. Il travaille alors pour le service d’information britannique au sein de Allied-occupied Austria. Là aussi, lisez entre les lignes et pensez aux réseaux stay-behind, gladio et autres.

 Il faut se souvenir que l’Autriche était après la guerre coupée en 4 et occupée par les vainqueurs (France, GB, USA et URSS). Les “Alliés” avaient plus peur des soviétiques que des anciens nazis autrichiens. Le pays était ruiné par la guerre et le peuple dans une misère noire. Les occidentaux craignant que cette situation ne fasse basculer les populations dans le camp communiste, lancèrent le plan Marshall, qui avait pour but d’endiguer le communisme ( “containment”) et bien sûr de trouver un débouché pour l’industrie américaine. Sans nous attarder sur ce plan, qui a déclenché la “guerre froide”… revenons à Hans Dichand.

 Dichand travaille d’abord pour un quotidien appartenant conjointement aux 3 partis opposés autrichiens (PS, PC et Parti conservateur). En 1954, il devient rédacteur en chef du Courrier de Vienne, où très vite il se trouve en conflit ouvert et récurrent contre les membres de l’équipe de rédaction, à qui il interdit d’écrire des articles sur les criminels de guerre nazis ou sur les procès en cours les concernant.

 En 1958, Dichand quitte le Courrier de Vienne, rachète un titre de presse tombé en désuétude, Krone, grâce à ses relations très proches avec l’ ÖGB. Ce syndicat, vous l’imaginez bien est soutenu et financé par cette agence de renseignement bien connue, chez qui émarge Son Altesse Sérénissime le Prince Malko Linge, autre autrichien réputé. Depuis, avec des soutiens occultes puissants, tant politiques que financiers, il a fait de sa feuille de chou, le tabloïd le plus lu d’Autriche.

 J’écourte son panégyrique parce que sinon j’y suis encore demain. C’est un salaud, qui a massacré ses concurrents par des coups bas lamentables. Il semblerait aussi qu’il ait réussi à faire interdire toute biographie, si elle n’est pas passée au filtre et approuvée par ses soins. Triste Sire.

 En 2007, Hans Dichand a reçu le Big Brother’s Award pour l’Autriche. Ce Prix est attribué aux personnes morales ou physiques, organisations privées ou gouvernementales, qui auront le plus œuvré à restreindre les libertés individuelles. Il a sans doute reçu son prix pour l’ensemble de son œuvre orwellienne… comme vient le démontrer le montage minable sur la Syrie, ci-dessus.

  Je dois rajouter que dans les années 46-49, jusqu’à la fin des années 60, ce sont les décisions prises au Club de Rome qui ont tout changé. L’Amérique était belle. Elle nous faisait envie avec ses réfrigérateurs modern styl, ses cadillacs roses, son coca et ses chewing-gum. Les Etats-Unis, c’était un modèle de dynamisme, de liberté et de façon de vivre, vu de l’extérieur. Une communication très organisée par les services spécialisés, mais ça marchait. En face, l’URSS était tout ce qu’on ne voulait pas vivre.

  Aujourd’hui, l’Empire est devenu odieux et ses supplétifs de l’Otan plus encore. Et dire que ce sont nos impôts qui financent ça !

 

Source : L.I.E.S.I.

 

 

Comme disait Fernand Naudin : "Les cons ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait !"

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #propagande