Publié le 8 Novembre 2015

 

UNE TRUELLE DANS LE CAFE

 

Les métaphores ont baissé leurs pantalons

Comme une lune impudique

Qui nous montre ses fesses

Juste pour dire merde aux moussaillons

Juste pour envoyer chier le juridique

Avec un ptit bras d’honneur à confesse

Les images ont pris la main des murs

Les aveugles ont levé les yeux

Mais quoi foutre d’une canne blanche

Pour triturer un caniveau

Si vous saviez ma révérence

Pour chier sur les réseaux sociaux

Au barbecue point de nuages

Quand les frères se tendent la main

Et quand dans les yeux d’un Youssef

Se trouve l’amour des matins

 

Hobo Lullaby

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 25 Octobre 2015

 

El Poeta (Le Poète)

 

Toi qui te crois si différent

Parce qu'on t'appelle poète

Et que ton monde est bien à part

Par-delà les étoiles

 

De la tant regarder la lune

Tu ne sais plus rien regarder

Te voilà devenu pareil au pauvre aveugle

Qui a perdu sa route

Et ne sait plus vers où marcher

 

Va-t-en voir les mineurs

Va voir ceux qui labourent les champs de blé

Va t’en les voir et chante-les

Ceux qui s’arrachent la peau

Pour un quignon de pain

 

Toi le poète aux rimes fières

Va faire un tour dans la forêt

Et apprends donc un peu là-bas

Du bûcheron et de ses déboires

 

Va partager la vie du peuple

Va le regarder du dedans,

Va comprendre à quel point

Il te faudra devenir homme

Avant de prétendre à

Être un poète vraiment

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique, #poèsie

Publié le 23 Octobre 2015

Un Blues du vendredi dédié à mon camarade Georges Ibrahim Abdallah qui entamera demain sa 32è année de prison.

 

Les cerises et les figues



Les ministres et les juges ont gravés des rayures

Dans l’oubli des cachots et ses rêves d’Antigue

Sur un cèdre courbé aux blanches tavelures

Qui chantonne le temps, les cerises et les figues



Dans les silences de Sabra et Chatila

Il est des murs à la mémoire ensanglantée

Des rues où soudain la terreur résonna

Où le fantôme d’Oradour sembla déambuler



Il n’est de résistant que celui qui se dresse

Repousse la barbarie dans une colère de larmes

Il n’est de sentiment pire que la détresse

De rempart plus terrible que de prendre les armes



Et c’est suivant le lieu, l’époque et les vainqueurs

Que vos cendres reposent tranquilles au panthéon

Et c’est suivant le vœu des grands inquisiteurs

Que vos os croupissent au fond d’une prison



La justice est un mot aux allures de mensonge

Quand l’oncle d’Amérique intime ses vassaux

Le pantin de Beauvau la souffrance prolonge

Jetant le droit des hommes au fond du caniveau



Je sais un Abdallah aux yeux pleins de fatigue

Et un Georges qui chante les cerises et les figues 
 
 
 
 

 

Voir les commentaires

Publié le 20 Octobre 2015

 

 

A toi qui n’est pas d’accord

 

 

Quand tu cherches une main tendue

Dans la nuit d’un bistrot oû tu aimes bien te perdre

Pour conjurer ta peur

Pour saisir une chemise

Que tu n’oses déchirer

Pour conjurer les barques

Qui malgré toutes les houles

Arriveront à bon port

Pourquoi hurler  en vain

Si tu te prétends un homme

Pourquoi être un loup

Si tu n’es qu’un agneau

Pourquoi haîr ton frère

Si tu es incapable de le rassurer

Dis-moi ton son de cloche

Qui oublie les saisons

Tends-moi une simple main

Comme je te tends la mienne

Oublions les puissants et toutes leurs méprisances

Les valeurs sont des leurres divisantes qui ne cherchent qu’à régner

Et l’amour une bouée qu’on se rassure à crever

Alors toi qui n’est pas d’accord

Admets que tu aimes, respires, manges et meurs

Comme n’importe quelle étoile qui peuple l’univers

 

Hobo-Lullaby

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie, #humeur

Publié le 18 Octobre 2015

 

 

 

 

 

EVIDENT 

Nous autres ne sommes que des poèmes
composés à 90% de métaphores
avec un sens très mince
à la limite de la quintessence
et jadis
nous étions la pâle lueur de la lune
nous précipitant
au fond de la gorge d'une girafe
oui, descendant le long couloir
malgré ce que pouvaient annoncer les haut-parleurs
oui, nous précipitant dans ces longs escaliers
avec le whisky de l'éternité fermenté et distillé
en 18 minutes
nous brûlant la gorge 
le long des halls
le long des escaliers
dans un immeuble si haut
qu'il sera là éternellement
oui, c'est la partie d'un duo
là, sur la proue de l'arche de Noé,
le couple le plus prestigieux
garé contre un ciel parfaitement bleu
en un matin de pure béatitude 
sous une légère brise d'été indien
ce jour même où l'Amérique
tomba à genoux
après s'être pavanée
pendant un siècle
sans jamais un merci
ou un s'il vous plaît

Et le choc fut supersonique
la fumée étourdissante
entre l'installation et le lieu d'impact
car nous étions tous à l'heure au travail en ce jour
nous avions tous embarqué dans cet avion
et tandis que les flammes faisaient rage
nous avons escaladé les rebords des fenêtres
et nous nous sommes donnés la main
avant de sauter dans le ciel

Et tous les passants ont levé les yeux
quand retentit le premier choc
et tous les stupides films d'actions à 2 balles
furent sommairement surpassés
et l'exode depuis le centre ville, à pied ou en voiture
ressemblait alors plus à une guerre
que tout ce que j'avais pu voir jusqu'à présent
jusqu'à présent
jusqu'à présent
Tellement féroce et ingénieux
un spectre poétique parti tellement loin
que tous ces trouducs de présentateurs TV furent réduits
au silence et aux bégaiements
répétant inlassablement "oh mon dieu" et "c'est incroyable"
et tant qu'on y est, je vais vous dire
vous pouvez garder le pentagone
garder la propagande
garder toutes les TV
qui ont essayé de me convaincre de participer
à un plan de punk de maternelle pour perpétuer la punition
perpétuer la punition
alors même que les toxiques vapeurs bleutées
de notre leçon de réparation flottent toujours dans les airs
et qu'il y a des cendres sur nos chaussures
des cendres dans nos cheveux
et qu'une fine poudre recouvre nos cheminées
depuis Hell's Kitchen jusqu'à Brooklyn*
et les rues abondent d'histoires
de revirements soudains et de ratages à un cheveu
et rapidement, chaque bar ouvert est bondé
surchargé de contes sur des désastres évités de peu
et le whisky coule à flot comme jamais auparavant
tandis qu'à travers le pays les gens secouent la tête
et versent

Alors je lève mon verre à tous les gens qui vivent en Palestine
Afghanistan
Irak

Salvador 

A la santé des gens vivant dans la réserve de Pine Ridge
sous le froid regard de pierre du Mont Rushmore

Un toast à la santé des infirmières et médecins
qui offrent quotidiennement un choix aux femmes
qui résistent à une menace de la taille de la ville d'Oklaoma
juste pour écouter la voix d'une jeune femme

Alors, à la santé de tous les gens actuellement
dans les couloirs de la mort
attendant la guillotine du bourreau
enchaînés là avec leur terreur
et pouvant seulement s'échapper dans leurs pensées
pour y trouver la paix sous forme d'un rêve

Enlevez-nous nos playstations
et nous sommes un pays du tiers monde
sous la coupe d'un fils de roi au sang bleu
qui a volé le bureau ovale lors de ces élections bidon
je veux dire
on n'a pas besoin d'un monsieur météo
pour regarder aux alentours et savoir quel temps il fait
Jeb a dit qu'il libèrerait la Floride**,
les gars et, bon sang, l'a-t'il fait ? 

Alors nous tenons ces vérités comme évidentes
1 - George W Bush n'est pas président
2 - l'Amérique n'est pas une vraie démocratie
3 - les média ne me dupent pas
parce que je suis un poème obéissant à la quintessence
et que je n'ai pas de place pour un mensonge tellement verbeux
je contemple ma famille l'humanité
et lève mon verre pour un toast

Alors, à la santé de notre dernière gorgée d'énergies fossiles
promettons de nous sortir de cette sauce
effrayons ces essaims d'avions de banlieue
et retrouvons le billet de train que nous avons égaré
car, jadis, la ligne longeait la rivière
et lorgnait les jardinets des maisons
et la lessive étendue la saluait de la main
et les graffitis nous narguaient
de murs de briques en ponts
nous roulions par-dessus les crêtes
au travers des vallées sous les étoiles
et je rêve de voyager pour mes concerts
comme Duke Ellington
dans mon propre wagon
je rêve d'attendre sur les grands bancs de bois blonds
dans une vaste gare irradiant de grâce
et de me lever sur la plateforme
et sentir la brise sur mon visage

Rendez à la nuit son lointain sifflet
rendez son âme à l'obscurité
et envoyez les grandes entreprises pétrolières se faire foutre
et réapprenez le rock n' roll
oui, les leçons nous entourent et un changement est latent
alors il est temps de trier les gravats et de nettoyer les rues
et d'éclaircir l'atmosphère
de faire se rhabiller notre gouvernement
qu'il sorte sa grosse queue
d'un désert qui n'est pas le sien
et cesse ses clameurs hypocrites
sur la liberté éternelle

Car lorsqu'un seul téléphone sonna
en 2001
à 9h10

le 11/9
date qui était aussi le numéro composé***
quand ce dernier téléphone mural sonna
jusqu'à notre bureau et le long du long hall
descendant les longs escaliers
d'un immeuble si haut
que le monde entier s'est retourné
pour le regarder choir

Et tant qu'on y est
vous vous souvenez de la première fois ?
la bombe ? le camion ? le garage ?
la princesse qui n'a même pas senti le petit pois ?****
vous vous souvenez de nos plaisanteries
dans l'appart sur l'avenue D ?

Pouvez-vous imaginer combien de gobelets de café
vont devoir modifier leur logo 
pour suivre le fantastique retournement
de la ligne d'horizon de New York ?

C'était une plaisanterie bien sûr
c'était une plaisanterie
alors 
et c'était juste il y a quelques années
alors montrons au grand jour
que le FBI en avait fini avec ce dossier
que le complot était évident et crevait les yeux de tous
et examinant la scène
religieusement
la CIA
ou bien est-ce le KGB ?
commettant d'innombrables crimes contre l'humanité
avec ce genre d'éventualité
comme prétexte
pour commettre abus sur abus
alors qu'il ne comprenait rien
regardez, une autre fenêtre à travers laquelle on peut voir
là-haut
au 104ème étage
regardez !
une autre clé
une autre porte
10% réelle
90% métaphorique
3000 et quelques poèmes déguisés en êtres humains
en ce jour presque trop parfait
devraient être plus que des pions
dans le jeu favori de quelque trouduc
alors maintenant c'est votre boulot
et c'est mon boulot
de faire ainsi
de m'assurer qu'ils ne sont pas morts en vain
Chuuuut... 
baby, tends l'oreille
entends-tu le train ?

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique, #poèsie

Publié le 11 Octobre 2015

 

 

L'École des Amériques (SOA) est une école de formation de combat pour les soldats d'Amérique latine, situé à Fort Benning, en Géorgie. En 2001, rebaptisé École militaire des Amériques (WHINSEC).


Il a été initialement établie au Panama en 1946 mais il a été expulsé de Panama en 1984 sous les termes de la Traité du Canal de Panama (article IV) et renforcé dans le cadre du Traité concernant la neutralité permanente et le fonctionnement du canal de Panama (article V).

Ancien président panaméen, Jorge Illueca, a déclaré que l'École des Amériques était la "plus grande base de déstabilisation en Amérique latine." La SOA ont laissé une trace de sang et de souffrance dans tous les pays où ses diplômés sont de retour. Pour cette raison, l'École des Amériques a été historiquement surnommée la "School of Assassins". Depuis 1946, la SOA a formé plus de 64 000 soldats latino-américains dans les techniques de contre-insurrection, la formation de tireur d'élite, commando et la guerre psychologique, le renseignement militaire et des tactiques d'interrogatoire. Ces diplômés ont toujours utilisé leurs compétences pour mener une guerre contre leur propre peuple. Parmi les personnes visées par les diplômés SOA sont les éducateurs, les organisateurs syndicaux, des travailleurs religieux, les leaders étudiants, et d'autres qui travaillent pour les droits des pauvres. Des centaines de milliers de Latino-Américains ont été torturé, violé, assassiné, "disparu", massacrés, et forcé dans réfugiés par des personnes formées à l'Ecole des Assassins.

 

 

 

 

The School Of Assassins (L'école Des Assassins)

1, 2, 3, 4 !
1, 2, 3, 4 !

Has your life got you down ? Are you feeling lost and blue ?
Ta vie te déprime ? Te sens-tu perdu et bleu ?
I'm thinking maybe a career change is the best answer for you
Je pense que peut-être un changement de carrière est la meilleure réponse pour toi
You've never lived, never known true romance
Tu n'as jamais vécu, jamais connu la vrai romance
Till you been taught the steps to the death dance
Jusqu'à ce que tu ais enseigné les étapes à la danse de la mort
Fort Benning, Georgia, is gonna teach you how to move !
Le Fort Benning, la Géorgie, va vous enseigner comment bouger !

Take our rights back ! Stand up for Liberty !
Reprenons nos droits ! Levons-nous pour la liberté !
This is the era when we give the world a better way
C'est l'ère où nous donnons au monde une meilleure manière
Take our right back ! Shut down the SOA !
Reprenons nos droits ! Arrêtons le SOA(1) !
This is the era when we give the world a better way
C'est l'ère où nous donnons au monde une meilleure manière

Torture, rape, murder and death are all waiting for you
Torture, viol, meurtre et mort n'attendent que toi
Democracy subversion well they got that covered too
Les subversions de démocratie ont obtenu ça couvert aussi
The grad names on their walls, most infamous of all dictators/coup learders
Les noms diplômés sur leurs murs, les plus infâmes de tout les chefs dictateurs/coup
Learn well someday you maybe ranked with these awesome k-k-k-k-killers !
Apprends bien, un jour, tu seras peut-être rangé avec ces impressionnants t-t-t-t-tueurs !

Take our rights back ! Stand up for Liberty !
Reprenons nos droits ! Levons-nous pour la liberté !
This is the era when we give the world a better way
C'est l'ère où nous donnons au monde une meilleure manière
Take our right back ! Shut down the SOA !
Reprenons nos droits ! Arrêtons le SOA !
This is the era when we give the world a better way
C'est l'ère où nous donnons au monde une meilleure manière

Take our rights back ! Stand up for Liberty !
Reprenons nos droits ! Levons-nous pour la liberté !
This is the era when we give the world a better way
C'est l'ère où nous donnons au monde une meilleure manière
Take our right back ! Shut down the SOA !
Reprenons nos droits ! Arrêtons le SOA !
The setting son can burn a brilliant vibrant flame
Le fils de montage peut brûler une flamme vibrante brillante

[Spoken Word by Father Roy Bourgeois]
[paroles du Père Roy Bourgeois]
We can see our country at work in latin america
Nous pouvons voir notre pays au travail en Amérique latine
On the side of the men with the guns, the sweatshops, the IMF of the world bank
Du côté des hommes avec des pistolets, les bagnes, le FMI de la banque mondiale

They're selling war as peace
Ils vendent la guerre comme la paix
STRIKE !
GRÈVE !
Do we need it in our name
Avons-nous besoin de ça dans notre nom
STRIKE ! STRIKE BACK !
GRÈVE ! FAITES LA GRÈVE !
Tax dollars from the war machine
Les dollars d'impôts de la machine de guerre
STRIKE !
GRÈVE !
The people can't leave me in stains
Le peuple ne peut pas me laisser dans les taches
STRIKE ! STRIKE BACK !
GRÈVE ! FAITES LA GRÈVE !

[Spoken Word Continued]
[suite des paroles du Père Roy Bourgeois]
We are on the side of the poor. We are on the side of life and hope and nonviolence
Nous sommes sur le côté des pauvres. Nous sommes du côté de la vie, de l'espoirs et de la non-violence

AHHHHH !
AHHHHH !

Take our rights back ! Stand up for Liberty !
Reprenons nos droits ! Levons-nous pour la liberté !
This is the era when we give the world a better way
C'est l'ère où nous donnons au monde une meilleure manière
Take our right back ! Shut down the SOA !
Reprenons nos droits ! Arrêtons le SOA !
The setting son can burn a brilliant vibrant flame
Le fils de réglage peut brûler une flamme vibrante brillante

Vibrant flame
Flamme vibrante

(1)= The School Of Americas : L'école des Amériques

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 1 Octobre 2015

 

 

Ritournelle pour Charles, Nadine et Jean-Marie

 

Je ne suis pas Français

Je ne suis pas de race blanche

Je ne crois pas en quelque dieu que ce soit

Je suis né dans les montagnes

Je chéris mes frères qui ont les pieds dans l’eau

Je crois en la solidarité

Je crois au partage

Je suis du peuple qui se tient debout

Je suis du peuple qui tend la main

J’aime la désobéissance

Je n’ai pas honte

Je suis juste un humain

 

Hobo-Lullaby

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 27 Septembre 2015

Poor Paddy on the Railway, traditionnel Irlandais, tiens son origine des chants de Marins, chants de travail, chants de Cabestan (manoeuvre la plus éprouvante)

 

 

 

Dans les années 1840, 20% de la population Irlandaise quiite le pays en proie à la grande Famine. Souvent dans des conditions déplorables (non, rien n'a changé), pour trouver l'exploitation en guise d'acceuil ...

Pour certains en Angleterre

 

 

 

Pour d'autres, ce sera l'Amérique, avec dans leur baluchon une chanson en guise de racine

et le partage de la sueur en guise d'intégration

 

 

 

 

En 1841

 je mis mon pantalon de velours

pour construire le chemin de fer (2X)

je suis las du chemin de fer

 pauvre Paddy pose les rails

 

 

En 1842

 de Hartlepool j'ai déménagé pour Crewe

 me suis trouvé un travail à faire

 sur le chemin de fer

 

 

En 1843

 j'ai cassé ma pelle sur mon genoux

 je suis parti travailler à l'usine

 sur la ligne Leeds Selby

 

 

En 1844

 j'ai atterri sur les rives de Liverpool

 mon ventre était vide et mes mains à vif

 avec le boulot sur les chemins de fer

 j'en crève du chemin de fer

 pauvre Paddy pose des rails

 

En 1845

 quand Daniel O'Connell était encore en vie (2X)

Pour construire le chemin de fer

 J’en ai marre du chemin de fer /

Pauvre Paddy pose des rails…

 

En 1846

 j'ai gagné ma vie à porter des briques

 Pour construire le chemin de fer

 J’en ai marre du chemin de fer

Pauvre Paddy pose sur les rails…

 

 

En 1847

 le pauvre Paddy pensait à rejoindre le Paradis

 le vieux bougre pensait à rejoindre le paradis

 Pour construire le chemin de fer

 J’en ai marre du chemin de fer

 je suis malade à en crever du chemin de fer

 Pauvre Paddy pose  rails…

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique