Publié le 14 Avril 2013

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 11 Avril 2013















La paix



Le rêve de l'enfant, c'est la Paix,
Le rêve de la mère, c'est la Paix,
Des mots d'amour sous les arbres, c'est la Paix.
 
Le père qui rentre le soir un long sourire dans les yeux
Dans ses mains un panier rempli de fruits
Et sur son front des gouttes de sueur qui ressemblent
Aux gouttes d'eau gelées de la cruche posée sur la fenêtre...
C'est la Paix....
 
Quand se referment les cicatrices sur le visage blessé du monde
Et que dans les cratères creusés, on plante des arbres;
Quand, dans les coeurs carbonisés par la fournaise,
L'espoir fait ressurgir les premiers bourgeons
Et que les morts peuvent enfin se coucher sur le côté
Et dormir sans aucune plainte, assurés que leur sang
N'a pas coulé en vain...
 
La Paix, c'est la bonne odeur des repas,
Le soir quand l'arrêt d'une voiture sur la route
Ne provoque aucune peur,
Et que celui qui frappe à la porte, ne peut être qu'un ami
Et qu'à n'importe quelle heure, la fenêtre ne peut s'ouvrir
Que sur le ciel et laissant nos yeux refléter comme une fête
Des cloches lointaines de ses couleurs...
 
Quand les prisons deviennent des bibliothèques
Et que de porte en porte, une chanson s'en va dans la nuit...
Quand la lune du printemps sort des nuages semblables
A l'ouvrier qui le samedi soir sort fraîchement rasé
De chez le coiffeur du quartier, c'est la Paix.
La Paix, ce sont des meules rayonnantes dans les champs de l'été
C'est l'alphabet de la beauté sur les genoux de l'aube.
Quand tu dis, mon frère, demain, nous construirons,
Quand nous construisons et que nous chantons, c'est la Paix...
 
Quand la nuit ne prend que peu de place dans le coeur
Et que les cheminées nous montrent du doigt le chemin du bonheur,
Quand le poète et le prolétaire peuvent à égalité
Respirer le parfum du grand oeillet du crépuscule, c'est la Paix.
 
Mes frères, c'est dans la Paix que nous respirons à pleins poumons
L'univers entier avec tous ses rêves...
Mes frères, mes soeurs, donnez-vous la main, c'est celà la Paix.



Yannis Ritsos



 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 9 Avril 2013



Quand la justice revêt enfin un visage humain, ne nous privons pas de cette bonne nouvelle ...

Lu sur Rebellyon info : http://rebellyon.info/Le-prefet-du-Rhone-condamne-par-la.html





Le préfet du Rhône condamné par la justice

 

Jean-François Carenco, préfet du Rhône, a été condamné par un juge à héberger les familles de Villeurbanne qu’il venait d’expulser. Il disait appliquer les décisions de justice en expulsant. On attend maintenant qu’il applique les décisions de justice en hébergeant.

 

 

Au cours de la cam­pa­gne pré­si­den­tielle, François Hollande, avait écrit que lors des déman­tè­le­ments des cam­pe­ments de Roms, il sou­hai­tait que des solu­tions alter­na­ti­ves soient pro­po­sées. Depuis jeudi 4 avril 2013, c’est chose faite. Un juge a condamné le préfet du Rhône à pro­po­ser un héber­ge­ment à des famil­les Roms qu’il venait d’expul­ser d’un ter­rain.

 

Les familles revendiquent l’accès au droit commun

 

Le 28 mars 2013, des famil­les Roms expul­sées de leur bidon­ville sont recueillies par un prêtre qui les abrite dans une salle parois­siale . Aidées par le MRAP et Enfant Sans Toit, les famil­les mon­tent des dos­siers afin de saisir le juge des réfé­rés sur la base de la juris­pru­dence du Conseil d’État du 2 février 2012 qui estime que le refus d’un héber­ge­ment d’urgence à une per­sonne en situa­tion de détresse cons­ti­tue une atteinte grave à une liberté fon­da­men­tale.  Et oui, même les ani­maux ont des droits alors les Roms qu’on jette à la rue comme des chiens en ont aussi, n’en déplaise à mon­sieur Valls.

 

Les 12 famil­les expul­sées sai­sis­sent donc le Tribunal Administratif de Lyon et lui deman­dent de leur assu­rer un héber­ge­ment adapté à leur situa­tion puis­que la police les a jetés à la rue et qu’on a cassé leur bara­que. Manuel Valls pré­tend que les Roms des cam­pe­ments ne veu­lent pas s’inté­grer ? Et bien ils vont lui prou­ver le contraire en deman­dant au juge l’accès au droit commun. Le droit commun, c’est l’arti­cle L 345-2-2 du code de l’action sociale et des famil­les : « Toute per­sonne en situa­tion de détresse médi­cale, psy­chi­que et sociale à accès, à tout moment à un dis­po­si­tif d’héber­ge­ment d’urgence ».

 

L’audience se déroule devant une salle comble. Le préfet cou­ra­geux ne se pré­sente pas et n’envoie per­sonne. Les débats durent plus d’une heure trente. Au terme de l’audience, les famil­les, sans solu­tion, vont passer la nuit devant le tri­bu­nal avec le prêtre qui les a accueillis et les asso­cia­tions en atten­dant le ver­dict.

 

Le len­de­main à 16 heures, après de lon­gues heures d’attente, le résul­tat tombe. C’est gagné… Le préfet est condamné. Hollande avait raison, on ne peut pas expul­ser sans pro­po­ser de solu­tions alter­na­ti­ves.

 

Dans son ordon­nance, le juge sou­li­gne que le préfet à jeté à la rue des famil­les avec des enfants en bas âge alors qu’il connais­sait par­fai­te­ment leur situa­tion. Il ajoute qu’une fois à la rue, les ser­vi­ces de l’État qui ont été contac­tés n’ont rien fait pour appor­ter une solu­tion. Le juge estime donc qu’il y a une carence de l’État qui n’a pas assumé son rôle : « La carence de l’État dans son obli­ga­tion d’assu­rer un héber­ge­ment d’urgence à des per­son­nes sans abri est carac­té­ri­sée et cons­ti­tu­tive d’une atteinte grave et mani­fes­te­ment illé­gale à une liberté fon­da­men­tale des requé­rants ».

 

La conclu­sion est sans appel (sauf devant le Conseil d’État…). Il est enjoint au préfet de pro­po­ser un lieu d’héber­ge­ment sus­cep­ti­ble de les accueillir dans un délai de 4 jours et sous astreinte de 75 € par jour de retard.

 

Une décision qui fait jurisprudence

 

La déci­sion du juge est un véri­ta­ble séisme selon les asso­cia­tions. Dorénavant, toutes les expul­sions de cam­pe­ments prô­nées par Valls vont pou­voir être contes­tées devant les tri­bu­naux. La chasse aux Roms devrait sérieu­se­ment se com­pli­quer pour le gou­ver­ne­ment. Terminé les stands de tir à la foire où on gagne à tous les coups. Terminé les sem­pi­ter­nel­les lita­nies de Valls sur ces Roms qui vivent dans des condi­tions épouvantables et qu’on met à la rue pour leur plus grand bien. Terminé ces vio­la­tions inces­san­tes du droit. Enough is enough a dit le juge. Contrairement à Viviane Reding qui n’a fait que parler, le juge, lui tape du poing sur la table en rap­pe­lant le droit et en met­tant une astreinte en cas de non res­pect du juge­ment.

 

Cette his­toire démon­tre qu’à force de taper sur ceux qu’on croit les moins capa­bles de se défen­dre et bien on obtient l’effet contraire. Le gou­ver­ne­ment veut expul­ser les Roms en cas­sant leurs cam­pe­ments, et bien le voilà obligé de les héber­ger. Retour à l’envoyeur. Elle montre ensuite qu’à force de taper sur les plus fai­bles, on pro­vo­que la réu­nion, l’alliance et la mise en commun de dif­fé­ren­tes forces qui ensem­ble, font bouger les lignes. A Lyon, c’est grâce à des famil­les volon­tai­res et dignes, des asso­cia­tions indé­pen­dan­tes, des avo­cats dis­po­ni­bles et, fait nou­veau, grâce à un prêtre sou­tenu par son Cardinal que ce résul­tat a été obtenu. Cette his­toire montre enfin qu’en France, il y a des juges indé­pen­dants qui pren­nent des déci­sions au nom de la République et que per­sonne ne peut les igno­rer, pas même un préfet ou un minis­tre qui se croient au dessus des lois .

 

Il y en a marre de ces situa­tions scan­da­leu­ses où des pré­fets, censés assu­rer l’ordre et la tran­quillité, cau­sent des trou­bles à l’ordre public en jetant à la rue, par cen­tai­nes, des hommes, des femmes, des vieillards et des enfants en bas âge sim­ple­ment parce qu’ils sont Roms. Il y en a marre de ces vio­la­tions du droit inter­na­tio­nal, du droit euro­péen et du droit fran­çais de ces pré­fets qui se croient, comme leurs hommes poli­ti­ques de tutelle, au dessus des lois. Il y en a marre de cette concep­tion pour­rie de la répu­bli­que où les lois sont vio­lées par ceux là mêmes qui les votent et par ceux qui ont la charge de les faire appli­quer.

 

Finalement, elle n’était pas si bête l’idée de François Hollande de ne plus expul­ser les cam­pe­ments sans pro­po­si­tions alter­na­ti­ves. Elle cor­res­pon­dait pile poil à ce que dit la loi. C’est juste un peu dom­mage qu’il ait mis au minis­tère de l’inté­rieur un homme qui ignore la loi et qui érige en grande cause natio­nale la vio­la­tion des liber­tés fon­da­men­ta­les des plus dému­nis. C’est un peu comme si il avait mis au minis­tère du budget un homme qui pos­sède un compte en Suisse et qui fraude le fisc.

 

On vit dans un monde de din­gues, vous ne trou­vez pas ?

 

Philippe Alain

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 8 Avril 2013

Lu sur actuchomage : Quand Hollande honore l'ancêtre du Medef ...
http://www.actuchomage.org/2013040324912/La-revue-de-presse/quand-hollande-honore-lancetre-du-medef.html

 

Je ne vous infligerais pas le curriculum de Mr Gattaz, successeur de Ceyrac à la tête du CNPF. Lisez simplement l'article d'actuchomage pour ceux qui ne le connaissent pas. C'est édifient d'eslavagisme.

Question subsidiaire ; Quel est le rapport entre l'ancien "patron des patrons", François Hollande président réputé Socialiste, la légion d'honneur et une grande braderie ou plutôt masquarade ?

Notre cher président (ennemi du monde de la finance) ne serait-il pas en train de faire un numéro de charme au patronnat ? Genre : "Je t'échange 50 pages du code du travail contre 50 000 chômeurs ?"

Mais n'oublions pas la valeur hautement symbolique de la lègion d'honneur ! 

On en doute pas lorsque l'on voit ce genre d'annonce ....



Offres Collection - Paris

Accueil > Paris > Collection > LEGION D'HONNEUR - Periode Présidence

LEGION D'HONNEUR - Periode Présidence

Mise en ligne par Lizardo le 2 avril à 23:14.
2 photos disponibles
Prix: 300 €
Ville : Paris
Code postal : 75016
Description :
Croix de Chevalier de la Légion d'Honneur, du modèle de la Présidence.
Eclats aux émaux.
Je répondrai à toute question.
Frais de livraison : 5e en recommandé



 

Voir les commentaires

Publié le 6 Avril 2013





Fils de la guerre
 
    
La guerre est en nous
avec ce feu qui nous hante
ces lueurs qui mordent
ces cris ces mots
à travers nos dents serrées
et toute cette colère qui flamboie (…)
Dix ans bientôt
que défilent sous mes yeux
ces imbéciles multicolores (…)
ceux qui ne peuvent pas oublier l’ivresse du sang
Ils sont tous là
déjà rassemblés avides
le signal qu’ils attendent
leur paraît lent à être donné
Faut-il donc que nous mourrions jusqu’au dernier
pour que la soif de la terre soit enfin apaisée
puisque nous tuons pour la liberté la gloire la vérité
vieille mythologie en aluminium redoré (…)



Philippe Soupault




 







Aux Assassins les mains pleines
 
Suis-je un assassin
Je n’ai qu’à fermer les yeux
pour m’emparer d’un revolver
ou d’une mitraillette
et je tire sur vous
vous tous qui passez près de moi
 
Je ferme les yeux
et je tire
à perdre haleine
de toute mes forces
et je vous atteins tous
connus et inconnus
tous sans exception
 
Je ne sais même pas si vous mourrez
je ne vous entends pas
je tire en fermant les yeux
et vous tombez sans un cri
et vous tombez nombreux comme des souris
comme des poux
je vous abats
car je tire dans le tas
vous n’avez même pas le temps de rire
je tue tous ceux qui se présentent
sans même savoir leurs noms
ni apercevoir leurs visages
je tue tout le monde sans distinction
La nuit m’appelle à l’affût
je n’ai même pas besoin de bouger
et toute la compagnie dégringole
je tue aussi un à un
ou deux par deux
selon les nuits
ou lorsqu’il fait très noir
mais je ne me tue jamais
j’écoute les coups de revolver
et je continue
je ne rate jamais personne
et je ne perds pas mon temps
je ne vois pas le sang couler
ni les gestes des moribonds
je n’ai pas de temps à perdre
je tire et vous mourez


Philippe Soupault




 








 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 1 Avril 2013





La Mort est dans le Pré ...










Mais le plus dangereux des pesticides n'est il pas l'appat du gain ?
Allez, joyeuses pâques !
PS : un clin d'oeil à Olivier

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #apprentis sorciers

Publié le 29 Mars 2013

 
 
Un petit crochet par le Mississippi avec James Son Thomas (1926 - 1993)
Fossoyeur, sculpteur et Bluesman, Sa philosophie : 'Nous allons tous nous retrouver dans l'argile" !
 


 







 





 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique