Le film qui n'a pas fait pleurer Obama ...

Publié le 10 Septembre 2013

Il parait que notre cher prix nobel de la paix a versé un ptite larme après avoir vu Le Majordome (film dégoullinant à la gloire de l'Amérique toute puissante)

lire : http://www.lepoint.fr/cinema/le-film-qui-a-fait-pleurer-obama-05-09-2013-1721246_35.php

Mais qu'en est il de celui-ci, si bien sur il l'a vu !

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Commenter cet article
C
Tu vois, je crois bien qu'il est plus facile de se gargariser de ses maux que de ceux des autres et encore moins de ceux que l'on inflige aux autres pour respecter une politique de la mondialisation .
En tout cas ta vidéo est bien trouvée. (le film sur le majordome ne m'a pas tentée du tout......)

Bisous

caro
Répondre
A
Le début d'un texte que j'ai écrit récemment
" Vine Deloria, écrivain et historien Lakota (sioux pour leurs ennemis) raconte :

Sur les réserves, des westerns étaient régulièrement projetés dont le scénario était invariable. Après bien des mésaventures et déboires, une courageuse famille de colons était attaquée par les méchants indiens. Dans sa ferme, cernée par des attaquants nombreux, la situation est désespérée.

La salle, public natif, retient son souffle…

Puis vient la musique qui annonce l’arrivée de la cavalerie. Qui se pointe en effet. Tue les méchants indiens et délivre les gentils blancs.

Soupir de délivrance dans la salle. "

Et un autre passage :
" La manipulation hollywoodienne est depuis toujours une arme de propagande utilisant l’émotivité du public pour imposer des contre-vérités.

Cette manipulation hollywoodienne, nous l’avons vu culminer avec la superproduction : « Devine qui va présider demain », mise en scène de la première campagne présidentielle d’Obama, subsidiée par les banquiers et autres transnationales à vocation monopolistique. Alors que dans une prestation digne d’un Oscar, notre candidat, nous raconte des larmes dans les yeux et des trémolos dans la voix, l’histoire de cette vieille dame pensionnée qui lui a envoyé un mandat de trois dollars, une parmi toutes ces petites gens qui ont rendu dit-il sa campagne possible… no comment, sauf que c’est à ce moment précis que j’ai compris qui était en réalité ce candidat à la Maison Blanche : un imposteur. "
Devine qui va présider" référence à "Devine qui vient diner ce soir" avec Sidney Poitiers....
Pleurer ? Parce que réellement tu es affecté ou parce que la propagande joue des cordes de ton affectivité ?
Répondre
H
Bonsoir Anne

Lorsque l'on autorise les drones à tuer des civils et que dans le même temps on joue les pleureuses de cinéma, prendre les gens pour des cons devient un art majeur.
Tu as très bien décortiqué l'embrouille

Bises

Serge