Friday Blues

Publié le 19 Juillet 2013

Paul Robeson comme trait d'union entre le Mississippi et la Volga

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Blues

Commenter cet article
F
Bonjour Serge.
Un choix de chants qui m'a laissée frissonnante... le chant qui permet de ne pas succomber à un sort cruel et injuste.. une façon d'exprimer une liberté intérieure qui fait que l'homme que l'on veut écraser résiste à sa façon.
Je me demandais pourquoi j'aimais tant le chant choral... en voilà la raison profonde.. faire vibrer ce que l'on a en soi et que personne ne pourra s'approprier, juste vibrer à l'unisson et comprendre.
Ici on comprend la souffrance, le courage et l'injustice.
Ces vidéos sont poignantes avec l'apothéose en final : la voix merveilleuse de Paul Robeson et la non moins merveilleuse et poignante mélodie qu'il interprète.
Bisous émus
Répondre
H
Bonjour Fanfan

C'est vrai qu'ils donnent du courage ces chants. Au travail, forcé ou pas, à la marche, à la guerre, j'ai aussi lu des récits oû les torturés chantaient pour affronter leur supplices.

leurs chants sont plus beaux que les hommes,
plus lourds d'espoir,
plus tristes,
et plus longue est leur vie

écrivait Nazim Hikmet

Et puis Paul Robeson, un homme avec un cœur plus grand encore que sa voix. Je l'ai découvert très jeune, je le trouvais et le trouve toujours imposant, grave mais aussi d'une humanité indestructible.

Bisoux

Serge
C
Bonsoir Serge,

Dis-donc, c'est une belle recherche thématique !
C'est vraiment bien trouvé et bien rare aussi.
En écoutant et regardant la seconde, d'un coup, mes lectures d'adolescente sur l'esclavage (c'était mon dada avec les indiens) ont ressurgi avec une belle inspiration. Je ne sais pas si ça peut être productif.
La dernière de Paul Robeson est très belle aussi.
En parlant de Paul Robeson, j'avais mis une devinette il y a quelque temps sur mon blog mais je n'ai accroché personne : il a un point commun avec Pablo (Neruda), Pablo (Picasso ) et Nazim (Hikmet) :

ils ont tous reçu le prix international de la paix la même année en 1955, un bon cru. Bon sang ne saurait mentir. Rien à voir avec les nominés Nobel actuels.
Ça m'avait interpellée alors je partage ça avec toi.

Bises qui vont commencer à suer un petit peu (ché cagnard)

caro
Répondre
H
Bonjour Caro

Un petit retour aux sources, aux origines du Blues. Des chants de souffrance qui ne sont pas si vieux que ça. Je serai heureux si ça t'inspire quelques vers ...

Bisoux

Serge