Sans maison, Sans tombe

Publié le 23 Mars 2013





Nous n’entendons



Nous n’entendons plus les routes des verdines
Nous ne voyons plus au ciel nos oiseaux
Ni même sur les chemins les traces des Rroms
Et nos chansons ne résonnent plus au fond des âges
Nous ne savons plus voir les larmes des enfants
Ni discerner notre destin – seule la douleur est bien là.
Nous ne courrons plus puiser à la source d’eau claire
Et toi tu ne cours plus vers moi comme avant.
Mais un vent puissant s’est levé, qui souffle sur l’herbe
Il nous apporte des chants, ce ne sont plus les mêmes.
Nous n’y entendons plus les arbres deviser entre eux
Ni toutes leurs histoires sur leurs amis les Rroms.
Passé, passé, ce qui fut ne reviendra pas
Qui parle encore des mille routes des Rroms ?
Nos chansons – elles disaient pourtant bien quelque chose
De ce qui était alors et maintenant n’est plus.


traduction du rromani par Marcel Courthiade


Alexandre Stankiewicz
(Pologne, né en 1947)



 

 

 

 


 
 

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Commenter cet article
C
<br /> Bonsoir Serge,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Je t'envoie ce petit poème dont tu auras la primeur car j'ai un communiqué aussi à mettre pour un RV très bientôt, donc, ce sera notre poème de partage pour la cause des Rroms.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Sur les chemins de Rrom<br /> <br /> <br /> Je n'ai pas de toit<br /> <br /> <br /> Sur les chemins de fortune<br /> <br /> <br /> La fortune du pot est la loi<br /> <br /> <br /> Sur les chemins de misère<br /> <br /> <br /> Ma vie de galère est le froid<br /> <br /> <br /> Sur les chemins de l'exclusion<br /> <br /> <br /> Je ne trouve pas ma voie<br /> <br /> <br /> Sur les chemins de l'enfer<br /> <br /> <br /> Dans le ciel ,un signe je vois<br /> <br /> <br /> Sur les chemins de la dignité<br /> <br /> <br /> Je lutte afin qu'à mes côtés elle soit<br /> <br /> <br /> Sur les chemins de traverse<br /> <br /> <br /> Parfois des amis j'entrevois<br /> <br /> <br /> Sur les chemins de l'espérance<br /> <br /> <br /> La clé des champs cligne et louvoie<br /> <br /> <br /> Sur les chemins de la liberté<br /> <br /> <br /> Je sais que ses ailes ellle m'envoie<br /> <br /> <br /> Sur les chemins de l'univers<br /> <br /> <br /> Je persiste à vivre, être moi<br /> <br /> <br /> Sur les chemins de la vie<br /> <br /> <br /> J'y trouve des amis de bonne foi<br /> <br /> <br /> Grâce à eux je continue de vivre<br /> <br /> <br /> Je lutte, je me bats et j'y crois.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Caroleone<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Avec une bise d'espoir habillée en chemise de soie, dansant au rythme du violon de joie.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Caro<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
H
<br /> <br /> Bonjour Caro<br /> <br /> <br /> Merci pour ce chemin de rimes et d'espoir. La route est longue vers la Liberté.<br /> <br /> <br /> Bises<br /> <br /> <br /> Serge<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Je viens d'acheter le livre d'Alice Médigue "Temps de vivre, lien social et vie locale. Des alternatives pour une société à taille humaine.<br /> <br /> <br /> J'y trouve des "bribes poétiques en exergue" et, coïncidence avec votre article, celle-ci :<br /> <br /> <br /> Nous ne voulons pas de richesses,<br /> <br /> <br /> Nous, nous voulons vivre.<br /> <br /> <br /> La pluie, le vent et les larmes<br /> <br /> <br /> ce sont eux les bonheurs des tsiganes.<br /> <br /> <br /> Vous les oiseaux<br /> <br /> <br /> J'aimerais baiser vos becs !<br /> <br /> <br /> Comme ils sont beaux quand vous chantez,<br /> <br /> <br /> vous ravissez toute mon âme.<br /> <br /> <br /> Mes beaux petits oiseaux !<br /> <br /> <br /> Qui vous écoutera,<br /> <br /> <br /> quand il n'y aura plus de Roms dans vos bois ?<br /> <br /> <br /> (Bronislawa Wajs - poète tzigane polonais)<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
H
<br /> <br /> Bonjour Anne-Marie<br /> <br /> <br /> Ce poème est magnifique. Il exprime la simplicité de ce peuple avec une naïveté qui rime avec l'évidence. Le temps de vivre est cette évidence dont notre socièté s'éloigne de plus en plus.<br /> <br /> <br /> Merci pour ce sperbe cadeau<br /> <br /> <br /> Serge<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br />  <br /> <br /> <br /> Bonjour Serge,<br /> <br /> <br /> pince moi, nous sommes bien au 21 siecle !! Je suis très remué et indigné !! J'ai passé une partie de mon addolescence dans le bas de Montgeron, le trottoir d'en face c'était Vigneux qui n'avait<br /> déjà pas bonne réputation chez les "bon pensant" et ou, j'avais mes meilleurs pôtes !! Je suis boulversé, tant de malheurs sur ces pauvres gens et le regard des enfants....insoutenable. J'ai<br /> honte <br /> <br /> <br /> Amitiés et bon week end à toi.<br />
Répondre
H
<br /> <br /> Salut Adam<br /> <br /> <br /> Je crois que Vigneux n'est pas un cas isolé. Les Rroms continuent à récolter la haine et l'indifférence. Le 21è siècle n'est pas parti pour être celui de l'humanité.<br /> <br /> <br /> Bon dimanche à toi<br /> <br /> <br /> Serge<br /> <br /> <br /> <br />