"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie." Jacques Prévert

Publié le 30 Juin 2012

Hommage et soutien aux Peuples d'Amérique Latine en lutte, en cette période difficile.
 
Manifestation
 
 
 
Avec la rage dans le piment,
 
je sors mon condor sous le bras,
 
je traverse la rue une pierre à la main,
 
je chemine sous l'oeil d'un policier qui surveille ma faim,
 
je cherche l'oreille et l'oeil de la nuit,
 
je colle des affiches, je cours sur les places,
 
je crie avec une braise sur la langue,
 
je peins sur les murs : "Vive le Che"
 
on me balance de l'eau en tuyau d'arrosage,
 
je suis le feu
 
on me donne de l'éclair en fumée,
 
je suis la terre
 
on m'ouvre une blessure où qu'elle soit
 
je suis le peuple
 
on me persécute, on m'incarcère, on me torture.
 
Je chante ma liberté, je déplace des pavés,
 
je brise bois et cristaux, je chante,
 
je vais à la grève avec ma peur naturelle et une tasse de café chaud;
 
je vole à travers la ville, je déchire l'air, j'explose les vitrines,
 
je frappe les pages des journaux,
 
je renverse les portes, je vainc masques et massues,
 
je transperce les seuils de l'histoire,
 
je suis !!
 
 
Pedro Shimose (1940-), poète bolivien
 
 
 
 
 


 

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Commenter cet article

caroleone 30/06/2012 17:28

C'est drôlement bien comme poésie, un bolivien en plus, le rêve !! Merci Serge pour cette découverte, j'aime ce style, ça me convient !
Je voulais te dire aussi que si tu es de passage par chez bibi, deux commentaires te concernent, une réponse au tien sur le cocotest(de mon camarade Serge le corrézien) et un autre du même sur
l'article sur le petit train en Ardèche.

Voilà

bonne soirée

caroleone

hobo-lullaby 30/06/2012 20:28



C'est la magie de la poèsie. Découvrir des auteurs et leurs mots qui parfois vous touchent profondément.


Ce sont des instants privilégiés.


Je vais allé voir ce que dit mon homonyme du pays vert ...


Bises Serge