Les petites énigmes du vendredi de Normand Baillargeon

Publié le 30 Septembre 2012



Chacun sait qu'il faut se méfier de tout ce que l'on nous raconte. Norman Baillargeon, auteur du petit cours d'autodéfense intellectuelle, nous propose chaque vendredi des énigmes qui prouvent que la logique et l'esprit critique sont les seuls révélateurs de vérité .

Exemple : 

   Joel Best, un mathématicien, raconte qu’il a assisté en 1995 à une soutenance de thèse durant laquelle le candidat invoquait le fait que, depuis 1950, le nombre de jeunes tués ou blessés par armes à feu, aux États-Unis, double à chaque année. Une référence à une revue savante était citée à l’appui de ce fait. Chacun sait que les États-Unis ont un grave problème avec les armes à feu. Mais Best refusa absolument de croire cette affirmation. Pourquoi?

La réponse et bien d'autres sujets interressants : ici



    reflechir




Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #hors des sentiers battus

Commenter cet article

caroleone 09/10/2012 20:13


Les larmes qu'on ne verse pas


attendent-elles en petits lacs ?


 





 


Les larmes non versées, asséchées


Attendent de fondre dans les déserts salés


Seules larmes après larmes écoulées


A nouveau noieront les larmes délaissées


Larmes de rosée et larmes de sel


Pour irriguer la terre la rendre plus belle


 


caroleone avec une bise salée





 

hobo-lullaby 10/10/2012 14:40



"Les larmes sont les pétales du coeur"  P. Eluard


 


Tu m'épates de jour en jour, Merci Caro pour ce joli bouquet !


Bises


Serge



caroleone 05/10/2012 13:18


Réponse à la 2e question de Pablo :


 


Un poirier a t'il plus de feuilles


qu'A la recherche du temps perdu


 


Le temps perdu que l'on cherche en roman


Est bien long à résumer et surtout bien pesant


Si le temps est perdu à quoi bon le chercher?


L'avenir mérite largement plus de temps à consacrer


Comme un poirier est habillé de caduques feuilles


A la fin de sa vie de poirier quoi que l'on veuille


Il aura largement dépassé le roman ci-dessus cité


Par ses jolies feuilles d'espoir si souvent renouvelées


 


caroleone


 





Le poirier centenaire d'Altwiller


 


Est-ce que cela vous convient maître ?


 


Bises en forme de poires


 


caro


 


 

hobo-lullaby 05/10/2012 15:42



Maitre ?  BEURK !!


Bonjour Caro


Le poirier est un acteur, il aura toujours l'avantage sur le récit !


Pablo n'a plu de mystère pour toi !


Bisoux


Serge



caroleone 04/10/2012 22:24


Première réponse à la question :


 


Est-il vrai qu'il faut arroser


l'espoir avec de la rosée ?


 


 





 


L'espoir se nourrit de rosée


qui est le pleur des feuilles malmenées


l'espoir se nourrit des larmes


des hommes qui n'ont plus d'armes


pour se défendre des guerres


des querelles et de la misère


Larmes et rosée font alors la paire


pour vaincre et libérer la terre


 


Big bisous et à la prochaine s'il y en à une


 


caro

hobo-lullaby 05/10/2012 09:52



J'espère bien qu'il y en aura une, ce que tu viens d'écrire est magnifique.


Merci Caro, c'est sublime !


Bises


Serge


 



almanitoo 04/10/2012 22:00


 Rien à dire!


Mais je me régale de vos échanges!


Bonne soirée.

hobo-lullaby 05/10/2012 09:49



Il faut reconnaitre que la réponse de Caro est exceptinnelle !


Bises


Serge



caroleone 03/10/2012 19:39


Bonsoir Serge,


 


Alors comme je suis nulle avec les questions chiffrées, je t'envoie quelques questions existentielles de mon vieux pote Pablo qui m'accompagne toujours :


 


Est-il vrai qu'il faut arroser


l'espoir avec de la rosée ?





 


Un poirier a t-il plus de feuilles


qu'A la recherche du temps perdu ?


 





 


Les larmes qu'on ne verse pas


attendent-elles en petits lacs ?





 


Comment mesure t-on l'écume


qui glisse hâtive de la bière ?


 


Pablo Neruda ( le livre des questions)


 


Mais je te préviens, je n'ai pas les réponses, ce sera selon


 


Bises et bonne soirée


 


caro

hobo-lullaby 03/10/2012 20:43



Bonsoir Caro


Je te livre la réponse de Prévert :



"Il n’y a pas de problème

Il n’y a que des professeurs."



Et la mienne: vive la liberté !



Bises



Serge