Publié le 17 Juillet 2013

Grands complots de l’Histoire : une « loi Tapie » pour indemniser les victimes ?

Excellent billet lu sur : http://www.lintrus.info/

Il est trop tôt pour dire si Bernard Tapie est victime des Illuminati, du Bilderberg, du Bohemians Club, des francs-maçons, des sionistes, de la Scientologie, des extra-terrestres ou des compagnons du Taste-Vin. Mais Bernard Tapie l’a révélé : il est victime d’un complot. On ne peut que le croire, car il a beau trainer les médias dans la boue face au journaliste David Pujadas, qui a courageusement pris la défense de ses confrères (vous ne l’avez pas vu parce que France2 garde le rush pour le bêtisier de fin d’année), Tapie est quand même un patron de presse, donc soucieux de la qualité et la véracité de l’information. Il l’a rappelé, d’ailleurs, et s’en est opportunément rappelé, qu’il est patron de presse, quand il s’est agi de mettre la pression sur la Justice, sur l’air des lampions : saisir les biens de Bernard Tapie, c’est mettre en péril l’avenir des salariés du pôle Nice-Matin La Provence. Tandis que le laisser gérer, c’est leur salut. Les (ex)salariés de Manufrance (abandonnée), la Vie Claire (revendue en piteux état), Terraillon (dont Tapie avait réduit le personnel par 5), Testut (une faillite qui avait valu à l’homme d’affaires, sinon « des affaires », sa première condamnation), Donnay (achetée en faillite, revendue en faillite), peuvent en témoigner… Mais Bernard Tapie a de la ressource. Il pourrait même revenir en politique, ambition qu’on lui prête d’ailleurs à Marseille. Ce qui lui permettrait de contribuer à l’élaboration d’une loi qui permettrait d’indemniser les victimes de complots. A condition que les victimes soient multimillionnaires, il ne s’agit pas d’indemniser les chômeurs contraints de rembourser des droits trop perçus. Et à condition que ces victimes soient indemnisées avec l’argent des contribuables, qui ont l’habitude.

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié le 16 Juillet 2013

 

 

   Avocate et activiste Américaine, Lynne Stewart a consacré sa vie à la défense des plus démunis, mais aussi d'opposants politiques au pouvoir américain. Suite aux attentats du 11 septembre, elle prend la défense de Omar Abdel Rahman accusé de terrorisme. Inculpée puis condamnée à 28 mois de prison pour avoir fourni des communiqués de presse à son client, sa peine est alourdie à 10 ans en 2010 pour "informations inexactes et manque de remords" lors de son premier procès.

 

Lynne Stewart est atteinte d'un cancer du sein en phase 4, c'est à dire en phase terminale, les métastases ayant essaimé dans les poumons et l'omoplate. Son état de santé nécessite des soins qui ne peuvent lui être prodigués en prison. Agée de 73 ans, son vœu est de finir ses jours parmi ses enfants et petits enfants. Sa demande de libération par compassion vient de lui être refusée par Kathleen Kenney, conseiller général pour le Bureau fédéral des prisons à Washington, DC, en prétextant que son état de santé "s'améliore" sic !

 

On voit très bien les raisons politiques de ce refus, Lynne paie pour toute une vie d'engagement. Le pouvoir américain fait du même coup pression sur la coorporation des avocats, en particulier, ceux qui défendent "certaines causes". Dire que dans ce pays, il faut prêter serment sur la bible, ou il est dit dans l'évangile selon saint Mathieu ch14 v14 : "Quand il débarqua, il vit une grande foule, il en eut compassion et il guerit leurs malades".

ça donne simplement envie de vomir.

 

Une pétition est en ligne sur le site : http://lynnestewart.org/

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby