Publié le 6 Janvier 2013




Modeste hommage à Ricet Barrier ...
 
Les tractions avant










La servante du château reprise par Jean Pierre Galiban






 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Publié le 5 Janvier 2013




Usines récupérées et autogestion dans la nouvelle réalité espagnole




Avec la situation de crise financière et économique, l’Etat espagnol a commencé à réduire très sérieusement sa voilure. Ainsi la fermeture d’entreprises et les licenciements se sont succédé –et continue à se succéder- laissant une traînée de chômeurs. Dans la fièvre de protestations et de résistance, la transformation sociale (avec l’autogestion comme élément central) s’exprime avec force dans l’horizon en Espagne


Il y a à peine cinq ou six ans, parler d’entreprises récupérées ou de coopérativisme en Espagne aurait été manier des concepts non seulement marginaux sinon profondément éloignés des intérêts et expériences de la grande majorité de la population. Dans le cadre de la société de la bulle financière, la consommation débridée et la « fête » de la jeunesse, personne n’envisageait -ou seulement des groupes réduits ou très localisés géographiquement- la nécessité de travailler par soi-même dans une perspective horizontale ou éloignée du modèle capitaliste.

 

Marinaleda ou Mondragón étaient des expériences autogestionnaires de dimension globale, mais ce qui est sûr, c’est que l’immense majorité de la population hispanique restait profondément éloignée des valeurs qui les sous-tendaient.

 

Cependant, il n’en fut pas toujours ainsi. Sans devoir remonter aussi loin que les collectivisations, qui surgirent au cours de la guerre civile de 1936-39 (qui couvraient une grande partie de l’industrie, des services et l’agriculture de la zone républicaine), dans le scenario de la Transition espagnole du franquisme à la démocratie, dans les années 70, l’expérience de récupération d’entreprises par ses travailleurs à joué un rôle marquant.

 

C’était des temps de crise, de fractures et de grands mouvements populaires. C’est au cours de cette période qu’émergèrent des expériences comme celle de Númax, une usine de matériel électrodomestique autogérée par les ouvriers en réponse à la tentative de fermeture illégale de la part des patrons, dont l’expérience est restée incarnée dans deux films documentaires Joaquím Jordá : Númax vit et 20 ans ce n’est pas rien.

 

Certaines des expériences de ces années ont survécu malgré tout jusqu’à aujourd’hui, comme l’entreprise barcelonaise Mol Mactric, capable de réaliser aujourd’hui les châssis d’une ligne du Metro de Barcelone, le train et des centaines de machines industrielles pour des entreprises comme General Motors ; ou l’imprimerie Gramagraf, occupée il y a 25 ans, et qui aujourd’hui appartient au groupe éditorial coopératif Cultura 03.

 

Mais la transition s’est achevée. Et, elle a produit un grand fiasco. Les principes essentiels du régime franquiste ont été maintenus dans ce qui a consisté en une simple réforme politique qui a intégré le pays dans le cadre de l’Union européenne et de l’OTAN, et qui si elle a concédé certaines libertés publiques, n’a pas remis en cause les mécanismes essentiels de répartition du pouvoir économique et social. Les grands mouvements populaires ont périclité et le « désenchantement » et le cynisme se sont substitués à l’expérimentation et à la lutte. Les propositions autogestionnaires n’ont pourtant jamais disparu mais elles ont été reléguées dans un espace purement marginal.

 

Et, il en fut ainsi pendant que la société de la bulle financière et sa consommation débridée et irresponsable est restée de vigueur. Comment ? Fondée sur le crédit et la surexploitation du travail des immigrés et des jeunes, grâce à la précarisation des conditions de travail et la conformité d’une législation relative au statut d’étranger, l’activité dissimulée et sans droits s’est (de fait) développée.

 

A l’arrivée de la crise financière et économique actuelle, les structures se modifiaient et tout évoluait : l’explosion du taux de chômage atteignant des niveaux extrêmes jamais vus précédemment dans la société espagnole et la dégradation rapide du tissu productif et entrepreneurial -à l’éclatement de la bulle immobilière- ont généré une situation radicalement nouvelle qui a impliquée le début de grandes transformations économiques mais également socioculturelles.

 

Le chômage et une nouvelle pauvreté contraignaient de larges couches de la population vers l’économie dissimulée et l’encaissement des maigres subsides d’un Etat de Bien-être, qui n’est jamais parvenu à se développer en Espagne à un niveau équivalent à celui des pays centraux de l’Europe.

 

Les extrêmes (plus précisément, extrémistes) ajustements, mis en œuvre par les pouvoirs publics face au déclenchement de la crise de la dette externe générée par la socialisation des dettes privées des entités financières, ont provoqué l’effet qu’il fallait attendre : l’Etat espagnol est devenu un gigantesque champ de ruines économiques où les fermetures d’entreprises se sont succédé et où de larges secteurs de la population ont commencé à être exclus de l’activité productive.

 

C’est dans ce contexte que les succès du 15 mai de 2011 ont éclaté et que le « Mouvement des Indignés » a fait irruption avec force et que les premières tentatives massives de résistance se sont exprimées face au processus de décomposition sociale imposé par les dynamiques néolibérales de l’UE et les gouvernements espagnols.

 

Dès lors, l’architecture politique de la société est redevenue un élément débattu et discuté publiquement. La politique a récupéré une certaine centralité dans les conversations quotidiennes et dans l’esprit d’une majorité de la population. Parler maintenant de mobilisations, de résistance ou de transformation sociale (avec l’autogestion comme élément central) est redevenue possible.

 

Déjà, dans les mois précédents, en plein déploiement de la crise, les germes et les semences de cette nouvelle situation s’étaient développés. Et, le recours à la récupération d’entreprises par leurs travailleurs était redevenu crédible.

 

En ce sens, au tout début de la crise, près de 40 entreprises avaient été récupérées par les travailleurs et remises en fonctionnement sous statut coopératif, comme l’affirme la Confédération de Coopératives de Travail Associé (COCETA). Parmi celles-ci, nous pouvons relater des expériences comme celle de l’entreprise de robotisation Zero-Pro de Porriño (Pontevedra – NdT : Galice) ou celle de meubles d’agencement de cuisine Cuin Factory en Vilanova i la Geltrú (Barcelone), dans laquelle l’ancien chef a participé activement à la transformation en coopérative et, où tous les travailleurs se sont attribué un salaire égalitaire de 900 euros. L’entreprise métallurgique Talleres Socar à Sabadell (NdT : Banlieue de Barcelone) a également été mise en autogestion avec l’appui du propriétaire et reconvertie dans la coopérative Mec 2010.

 

Mais probablement, l’initiative la plus frappante et connue aura été la mise en marche par les ex-employé-e-s du journal à tirage national Público, qui a arrêté d’être édité en version papier le 23 février 2012, laissant 90 % de ses travailleurs à la rue. Ces derniers ont constitué la coopérative Más Público, qui tente d’obtenir un soutien social et financier pour continuer à publier le journal en version mensuelle.

 

Cependant, et malgré toutes ces expériences, on ne peut pas considérer que la voie de la récupération d’entreprises soit devenue quelque chose de naturel ou développée : les travailleurs, dans les situations de fermeture, continuent massivement à se satisfaire des prestations sociales que leur propose un Etat du Bien-être de plus en plus faible et contesté. Les difficultés liées au statut juridique des coopératives dans le droit espagnol, tout comme la quasi-absence de prévisions par rapport à la Loi d’adjudication, associée à une certaine passivité alimentée par des décennies d’univers spéculatif et conformiste, constituent probablement des freins à la stratégie de récupération.

 

Ce qui assurément paraît de plus en plus évident, c’est le recours croissant au coopérativisme de la part de beaucoup de chômeurs qui, devant la situation d’anomie productive et d’absence d’expectatives pour retrouver un emploi, recourent à la possibilité de capitaliser une prestation de licenciement pour créer des entreprises autogérées. Les exemples sont innombrables (comme celui de la coopérative d’électricité renouvelable Som Energía, créée en décembre 2010) et, dans certains cas, ils démontrent des liens évidents avec les mouvements sociaux (comme ceux relatifs à la mise en œuvre d’expériences créées à l’image ou ressemblante à la Coopérative Intégrale Catalane, ou bien celles du milieu libertaire, comme celle de l’imprimerie graphique Tinta Negra - Encre Noire). Effectivement, entre janvier et mars 2012, 223 nouvelles coopératives ont été créées dans l’Etat espagnol.

 

Il n’y a pas de doutes. De nouveaux chemins sont en train d’être parcourus (NdT : tracés) par la société espagnole. Et, parmi ceux-ci, le chemin de l’autogestion commence à être de plus en plus courant.

 

 

José Luis Carretero

Membre de l'Institut de Sciences Economiques et de l’Autogestion – ICEA. Madrid

 

Traduction du castillan par Richard Neuville



Source  :  http://anarkismo.net/article/24578






 

 

Voir les commentaires

Publié le 3 Janvier 2013





paysage-du-mezenc-france-rhone-alpes_89604.jpg



Ecoute-moi. C'est une grande maison basse
Qui s'enfonce à demi dans un creux de la lande,
Avec un toit penchant qui rejoint le sol,
Et un seul arbre qui se répand sur le toit.
Alentour, aussi loin que peut porter la vue,
Tout est désert, tout n'est qu'une onde d'herbe rase
Ou que douce épaisseur de bruyère feutrée.
Et tant d'espace ne s'étend jusqu'à personne."
(Jules Romains, Cromedeyre - le vieil)





SILENCE

 

Prendre le chemin d'un bon

Coup de souliers et traverser

Le paysage vers le lointain

 

La douleur s'estompe le soleil

Commence son aménagement

Et c'est tout un mouvement

Dans la grange du ciel

 

Ah, nous ne céderons pas à cette

Tristesse qui emplit l'air

Alentour

Mais nous tirerons la corde

De l'immensité qui se devine

 

Et nous nous couvrirons

De ce manteau de feuillage

Qui nous tiendra toute cette

Nuit dans les broussailles

 

Et un silence traversa l'arène



Jean Chaudier



5265 mont-mezenc sainte-eulalie



 

"Somme toute nous préférons

Ce lieu d'herbe

Et de vent

Pour dormir de toute éternité

Il ne restera rien de notre chant

Que quelques pages noircies

Mais trouverez-vous un jour

La houle qui nous a poussés

A dire cette merveille de vivre

Encore sur ce haut Plateau

Qui se tient en équilibre

Au-dessus des volcans

O terre de nos origines !"



Jean Chaudier



mezenc neige

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #voyage

Publié le 2 Janvier 2013




 
Mort s.d.f
 
 
 
 
 
 
 
 
Un mort
 
S.D.F.
 
m’accoste :
 
 
 
On ne m’accepte
 
dans aucun cimetière
 
sans passeport ni visa
 
ni visage
 
légitime
 
pour franchir ta frontière.
 
Je suis délocalisé
 
délégalisé
 
mort démoralisé
 
moi qui espérais qu’on m’accorde
 
l’hospitalité des racines
 
depuis longtemps pourries
 
de mes parents
 
sous l’aile dévastée mais secourable
 
de mon origine perdue.
 
 
 
Or ne pas habiter Paris
 
de mon vivant
 
au terme de la loi
 
qui scalpe les affects
 
m’exclut d’y vivre ma mort
 
m’interdit cette escale
 
de l’au-delà.
 
 
 
Il est tant de lieux affectés à l’inhumanité
 
quand les lieux d’inhumation affichent complet
 
pour les cadavres
 
non enregistrés au cadastre
 
et l’on ne prévoit aucune séance
 
de rattrapage mortuaire
 
dans ce cinéma sans quartier
 
où l’on travaille au noir
 
 
 
la finition du deuil.
 
Pas un strapontin libre pour
 
les retardataires les réfractaires.
 
 
 
Ça passe ou ça casse
 
moi je me casse
 
dans les exils d’avant les juifs
 
dans les ailleurs d’avant les os
 
dans les eaux d’avant le déluge
 
où je demanderai droit de passage à Noé
 
si son Arche n’est pas encore surbookée
 
d’animaux humains
 
et d’humains écorchés de leur humanité.
 
 
 
Que lui répondre
 
moi l’accueillante
 
à tous les mots à tous les morts ?
 
Mais il lui reste
 
la solution finale :
 
se changer en poignée de cendres
 
et l’urne funéraire
 
lui servira d’arche
 
pour voguer vers l’éternité.
 
 
 
 
 
Charles DOBZYNSKI





 






 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 2 Janvier 2013




"LA POÉSIE DOIT AVOIR POUR BUT LA VÉRITÉ PRATIQUE"

 

À mes amis exigeants

 

 

 

Si je vous dis que le soleil dans la forêt

 

Est comme un ventre qui se donne dans un lit

 

Vous me croyez vous approuvez tous mes désirs

 

 

Si je vous dis que le cristal d’un jour de pluie

 

Sonne toujours dans la paresse de l’amour

 

Vous me croyez vous allongez le temps d’aimer

 

 

Si je vous dis que sur les branches de mon lit

 

Fait son nid un oiseau qui ne dit jamais oui

 

Vous me croyez vous partagez mon inquiétude

 

 

Si je vous dis que dans le golfe d’une source

 

Tourne la clé d’un fleuve entr’ouvrant la verdure

 

Vous me croyez encore plus vous comprenez

 

 

Mais si je chante sans détours ma rue entière

 

Et mon pays entier comme une rue sans fin

 

Vous ne me croyez plus vous allez au désert

 

 

Car vous marchez sans but sans savoir que les hommes

 

Ont besoin d’être unis d’espérer de lutter

 

Pour expliquer le monde et pour le transformer

 

 

D’un seul pas de mon coeur je vous entraînerai

 

Je suis sans forces j’ai vécu je vis encore

 

Mais je m’étonne de parler pour vous ravir

 

 

Quand je voudrais vous libérer pour vous confondre

 

Aussi bien avec l’algue et le jonc de l’aurore

 

Qu’avec nos frères qui construisent leur lumière

 

 

 

Paul Eluard.

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Publié le 1 Janvier 2013




lettre de janvier à Obama

 

 

 

 

Monsieur le Président Obama

 

The White House

 

1600 Pennsylvania Avenue N.W.

 

Washington DC 20500

 

Monsieur le Président,

 

La Statue de la Liberté à l’entrée du port de New-York tourne le dos aux Etats-Unis. Si sa torche avait éclairé votre pays, Monsieur le Président, les cinq cubains Gerardo Hernández, Antonio Guerrero, Fernando González, Ramón Labañino, et René González seraient déjà à Cuba auprès des êtres qui leur sont chers, et Alan Gross serait auprès de son épouse aux Etats-Unis.

 

Pour marquer la nouvelle année, je vous envoie ce poème écrit le 20 décembre dernier par Antonio Guerrero, l’un des Cinq.

 

Pour la liberté

 

« Pour la liberté

 

Je saigne, je me bats, et je persiste à vivre. »

 

Miguel Hernández


 

Pour la liberté

 

Je persiste à vivre, je saigne et je me bats.

 

Pour la liberté

 

Le cœur à nu.

 

Pour la liberté

 

Avec le peu que j’ai, j’ai beaucoup.

 

Pour la liberté

 

Ce qui est mien est tien.

 

Pour la liberté

 

Je pointe mes yeux vers le soleil `

 

Et mes pupilles reflètent

 

Toute la lumière du monde.

 

Pour la liberté

 

La poitrine comme un mur

 

Les mains comme des ailes,

 

La bouche comme des poings.

 

Pour la liberté

 

L’essence du crépuscule,

 

La cohésion du rêve,

 

L’histoire du lendemain.

 

Pour la liberté,

 

D’un présage confus

 

Un vers qui se réveille

 

Par un cri dans la nuit.

 

Pour la liberté,

 

Dans un tunnel obscur

 

Savoir reconnaître

 

Et défendre ce qui est juste.

 

Nous attendons avec impatience, Monsieur le président, d’autres relations entre Cuba et les Etats-Unis, et espérons le dénouement heureux de cette interminable saga des Cinq. II est entre vos mains.

 

Recevez, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments humanistes les plus sincères.

 

Jacqueline Roussie

 

Copies envoyées à : Mesdames Michelle Obama, Nancy Pelosi, Kathryn Ruemmler, Janet Napolitano, à Messieurs. John F. Kerry, Harry Reid, Eric Holder, Pete Rouse, Rick Scott, et Charles Rivkin, ambassadeur des Etats-Unis en France.

 

Source : http://bellaciao.org/fr/


les-cinq.JPG




 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté

Publié le 1 Janvier 2013





L’injustice aujourd’hui s’avance d’un pas sûr.

 

Les oppresseurs dressent leurs plans pour dix mille ans.

 

La force affirme: les choses resteront ce qu’elles sont.

 

Pas une voix, hormis la voix de ceux qui règnent,

 

Et sur tous les marchés l’exploitation proclame: c’est maintenant que je commence.

 

Mais chez les opprimés beaucoup disent maintenant :

 

Ce que nous voulons ne viendra jamais.

 

 

 

Celui qui vit encore ne doit pas dire : jamais!

 

Ce qui est assuré n’est pas sûr.

 

Les choses ne restent pas ce qu’elles sont.

 

Quand ceux qui règnent auront parlé,

 

Ceux sur qui ils régnaient parleront.

 

Qui donc ose dire: jamais ?

 

De qui dépend que l’oppression demeure? De nous.

 

De qui dépend qu’elle soit brisée? De nous.

 

Celui qui s’écroule abattu, qu’il se dresse!

 

Celui qui est perdu, qu’il lutte !

 

Celui qui a compris pourquoi il en est là, comment le retenir?

 

Les vaincus d’aujourd’hui sont demain les vainqueurs

 

Et jamais devient: aujourd’hui.

 

.

 

BERTHOLD BRECHT  extrait de Eloge de la dialectique

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #Liberté