Vertiges de l'amour

Publié le 20 Octobre 2015

 

 

A toi qui n’est pas d’accord

 

 

Quand tu cherches une main tendue

Dans la nuit d’un bistrot oû tu aimes bien te perdre

Pour conjurer ta peur

Pour saisir une chemise

Que tu n’oses déchirer

Pour conjurer les barques

Qui malgré toutes les houles

Arriveront à bon port

Pourquoi hurler  en vain

Si tu te prétends un homme

Pourquoi être un loup

Si tu n’es qu’un agneau

Pourquoi haîr ton frère

Si tu es incapable de le rassurer

Dis-moi ton son de cloche

Qui oublie les saisons

Tends-moi une simple main

Comme je te tends la mienne

Oublions les puissants et toutes leurs méprisances

Les valeurs sont des leurres divisantes qui ne cherchent qu’à régner

Et l’amour une bouée qu’on se rassure à crever

Alors toi qui n’est pas d’accord

Admets que tu aimes, respires, manges et meurs

Comme n’importe quelle étoile qui peuple l’univers

 

Hobo-Lullaby

 

 

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie, #humeur

Commenter cet article

fanfanchatblanc 21/10/2015 20:27

Etre soi en dépit de tout et choisir d'aimer soi et l'autre.
Merci pour François Béranger
Bisous Serge

Hobo-Lullaby 21/10/2015 22:06

Etre humain, en dépit du buzz et de la propagande, être humain simplement.

Bisous Françoise