Friday Blues

Publié le 20 Mars 2015

Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l’unisson
Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu’il faut de sanglots pour un air de guitare

Louis Aragon

 

 

En 1957, Big Bill Broonzy enregistre "Hollerin' and cryin' the Blues", (brailler et pleurer le Blues)

   Le morceau qui ne devait durer qu'environ trois minutes, en fera dix. Pris par une émotion de plus en plus      forte, le chanteur s'interrompt brutalement dans un sanglot, et refusera de recommencer         l'enregistrement ...

 

 

 

 

La guitare
fait pleurer les songes.
Le sanglot des âmes
perdues
s'échappe par sa bouche
ronde.

Federico Garcia Lorca

 

 

 

 

I got a letter this morning
Made me sad and blue
Said my woman's in trouble
You know I'm in trouble too
That's why I'm so lonesome
Lord and I stay blue all the time
Ah but that's all right
I will overcome some day
I couldn't do nothing
'Cause I was sad and blue
I know there's some' wrong with my baby
And it hurts me too
That's why I'm so lonesome
And I stay blue all the time
Yeah but that's all right
I will overcome some day
Nights are so lonesome
Days are so blue
Just sittin' here rubbin' my hands baby
Wonderin' what happened to you
That's why I'm so lonesome
Lord and I stay blue all the time
Yeah but that's all right
I will overcome some day

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique, #Blues

Commenter cet article
C
"Et comme la tarentule,<br /> elle tisse une grande étoile<br /> pour chasser les soupirs<br /> qui flottent dans sa noire<br /> citerne de bois".<br /> <br /> <br /> Big Bill Broonzy chante un beau blues rempli de douceur et de quiétude. Est-ce parce qu'il était triste et nostalgique ? Je ne saisis pas l'anglais alors, je me laisse toujours bercer par la musique et la voix et mon raisonnement est parfois faussé.<br /> <br /> Bisous<br /> <br /> caro
Répondre
F
Louis Aragon et Federico Garcio Lorca ont magnifiquement traduit ce qu'un blues pouvait déclencher .. une émotion à fleur de peau car écrit et composé avec les tripes et le coeur.<br /> Bises Serge et merci à toi pour cette Ode permanente au Blues
Répondre