sunday music

Publié le 11 Janvier 2015

Dormez tranquilles, la police veille ...

Tonight's the night that we got the truck
Cette nuit est la nuit où nous avons le camion
We're goin' downtown, gonna beat up drunks
Nous allons en ville, tabasser des gens bourrés
Your turn to drive, I'll bring the beer
C'est à ton tour de conduire, j'apporterai la bière
It's the late late shift no one to fear
C'est le dernier shift(1) il n'y a personne a craindre
And ride, ride how we ride
Et faisons une virée, une virée, comment nous faisons une virée
We ride, lowride
Nous faisons une virée, une descente
It's round-up time where the good whores meet
C'est l'heure du rond point où les bonnes putes se réunissent
Gonna drag one screaming off the street
Allons traîner, il y a un hurlement dans la rue
And ride, ride, how we ride
Et faisons une virée, une virée, comment nous faisons une virée
Got a black uniform and a silver badge
J'ai un uniforme noir et un badge en argent
Playin' cops for real, playin' cops for pay
Jouons aux flics pour de vrai, jouons aux flics pour le salaire
Let's ride, lowride
Faisons une virée, une descente
Pull down your dress here's a kick in the ass
Baisse ta robe, voici un coup dans le cul
Let's beat you blue ‘til you shit in your pants
Battons, toi, la cochonne, pendant que tu chies dans ton pantalon
Don't move, child, got a big black stick
Ne bouge pas, l'enfant, a un gros bâton noir
There‘s six of us, babe, so suck on my dick
Il y en a 6 d'entre nous, bébé, alors suce ma bite
And ride, ride, how we ride
Et faisons une virée, une virée, comment nous faisons une virée
Let's ride, ride, how we ride
Faisons une virée, une virée, comment nous faisons une virée
Let's ride, lowride
Faisons une virée, une descente
The Left newspapers might whine a bit
Les journaux de gauche vont sûrement se plaindre un peu
But the guys at the station, they don't give a shit
Mais les mecs de la station, n'y prête pas attention
Dispatch calls, “Are you doin' something wicked ? ”
La dépêche appelle, "Faites-vous quelque chose de malfaisant" ?
“No, siree, jack, we're just given' tickets”
"No, sir, Jack, nous avons seulement donné des tickets"
As we ride, ride, how we ride
Comme nous faisons une virée, une virée, comment nous faisons une virée
Let's ride, lowride
Faisons une virée, une descente

sunday music

Well I'm running police on my back
Bien, je suis en train de courir, la police sur le dos
I've been hiding police on my back
J'ai été caché, la police sur le dos
There was a shooting police on my back
Il y a une fusillade, la police sur le dos
And the victim well he won't come back
Et la victime, bien, il ne reviendra pas

What have I done ?
Qu'ai-je fait ?

I been running monday tuesday wednesday
J'ai couru lundi mardi mercredi
Thursday friday saturday sunday runnin
Jeudi vendredi samedi dimanche à courir
Monday tuesday wednesday thursday friday
Lundi mardi mercredi jeudi vendredi
Saturday sunday
Samedi dimanche

Yes, I'm running down the railway track
Oui, j'ai couru le long du chemin de fer
Could you help me ? Police on my back
Pourrait-tu m'aider ? la police sur le dos
They will catch me if I dare drop back
Ils m'attraperont si j'ose ralentir
Wont you give me all the speed I lack
Ne m'aideras-tu pas à avoir la vitesse dont j'ai besoin

(Eddy Grant)

sunday music

A la mi-octobre, soixante et un

Les policiers Français ont été s'amuser

Couper les Algériens

Casser les têtes partout dans la ville

Pourtant personne n'a vu et personne ne savait

Personne n'a osé dire la vérité

200 morts est devenu juste deux

Les balayer dans la rivière

Les témoins ont été exécutés au sol

Mettre les salauds souterrain

Enterré tout noir en ville

Qui ont osé montrer leur visage

 

(Refrain) :

Quand les étoiles tombent du ciel

Quand le monde ne peut pas me faire pleurer

C'est alors la balance va tomber de vos yeux

Et vous permettent de voir la vérité

 

Boipitong en quatre-vingt-douze

Soumis à un équipage de meurtre

Policiers bien formés par le biais de

 

Une foule qui est armée avec des slogans

Pourtant personne n'a vu et aucune aide n'est venue

Et personne ne veut prendre le blâme

Ces gens que vous essayez de l'apprivoiser

Obtiendrez rond à vous plus tard

Les manifestants ont été exécutés au sol

Mettre les salauds souterrain

Enterré tout noir en ville

Qui ont osé élever la voix

 

Tous les jours dans le monde entier

La voix de la vérité n'est pas audible

Hommes et femmes disparaissent

Ils doivent vivre leur vie dans la peur

Encore quelque chose qui les rend, stand et cri

Un jour qu'ils vous découvriront

Déterrer tous les faits dans la ville

Et les pousser dans votre visage

sunday music

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Commenter cet article
F
Il est clair que les violences policières sont d'actualité dans beaucoup de pays.. j'ai connu les événements douloureux et criminels de Charonne en 1963.. je les ai vu agir en 1968 car aux ordres du pouvoir ils sont.. j'ai connu les manifs interdites contre la guerre au Vietnam où il ne faisait pas bon tomber sous leurs matraques.. et puis il y en a qui oeuvrent pour libérer des otages et autres.. mais c'est leur métier..
On peut rêver que certains refusent des ordres illégaux... un doux rêve
Bonsoir Serge. Bisous
Répondre
H
Bonsoir Fanfan

En ces jours ou l'émotionnel balaie tout, y compris la réflexion, sur son passage, il m'a semblé bien de remettre certaines choses à leurs place. La police est une arme de pouvoir, souvent utilisée contre la liberté des peuples. Et puisque l'antiracisme est devenu à la mode comme par enchantement, il ne faut pas oublié nos frères innocents noirs et arabes morts sous les coups ou les balles de la police à Fergusson ou dans nos banlieue ces derniers temps. Ceux qui en parlent ont le droit de s'exprimer mais on ne leur laisse pas la parole, la propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures. Quand à ceux qui désobéissent aux ordres illégaux, ils finissent en taule, comme Bradley Manning. Je suis Bradley Manning, mais je ne suis pas policier.

Bisous
Serge
C
Bonsoir Serge,

Tu es comme moi, tu as bien retenu ce en quoi on allait payer nos libertés dans cette affaire mais ça n'a pas l'air d'inquiéter grand monde. Bah on doit vivre comme des zombies.
Tu as fait une belle sélection, il y en a que je connais (m et Nenez mais pas les autres)
J'ai envie surtout de retenir le message de la dernière vidéo mais faut pas l'dire !!

Bises et bonne fin de week-end

caro
Répondre
H
Bonsoir Caro

Les fleuves regagnent toujours leurs lits ...
Demain, le racisme ordinaire, en particulier celui de la police regagnera ses droits.
Quand à la dernière vidéo (Le grand Bubu dans ses oeuvres) on a le droit de le dire, car depuis cette après midi on a la liberté d'expression, mais la loi Française punit de 7500 euros d'amende à 6 mois de prison ferme ce qu'elle qualifie d'outrage !

Bises

Serge