Sunday Music

Publié le 5 Octobre 2014

Le 8 août 1956, le charbonnage du bois du Cazier, près de Marcinelle, fut le théâtre de la plus importante catastrophe minière en Belgique causée par un incendie, avec 262 victimes (dont 136 Italiens, 95 Belges, huit Polonais, six Grecs, cinq Allemands, trois Hongrois, trois Algériens, deux Français, un Anglais, un Néerlandais, un Russe et un Ukrainien) sur les 274 hommes présents dans la mine.

 

Le drame a un impact considérable en particulier pour la communauté italienne : les mineurs calabrais étaient souvent engagés par villages entiers et les veuves sont ainsi nombreuses dans certaines régions du sud de l'Italie. C’est toutefois la région des Abruzzes qui sera la plus lourdement endeuillée et tout particulièrement Manoppello, avec 22 victimes pour ce seul village. De plus, l'Italie venait à peine de sortir d'une autre catastrophe, le naufrage du transatlantique Andrea Doria.

 

Le puits Saint-Charles de la SA des Charbonnages du Bois du Cazier était une concession de plus de 875 hectares sous Marcinelle, Couillet, Loverval et Gerpinnes. L'entreprise occupait alors 700 travailleurs de fond et de surface, l'extraction du charbon se répartissant en trois pauses journalières.

 

À l'époque, l'Italie échange de la main-d'œuvre contre du charbon. En 1956, sur un total de 142 000 mineurs, 44 000 Italiens travaillent dans les mines de Belgique, constituant à eux seuls plus de 30 % des mineurs du pays et plus de 50 % de ceux de la région de Charleroi3.

 

Actuellement, la mine est un musée consacré à la catastrophe, ainsi qu'à l'histoire de la région à travers la révolution industrielle et, bien sûr, aux charbonnages en général.

 

 

LE TRAIN DU SOLEIL

 

1. Turi Scordu, mineur-soufrier,

habitant à Mazzarino,

avec le Train du soleil

s'aventure vers son destin.

 

2. Que faisait-il à Mazzarino

s'il n'y avait pas de travail ?

il a fait la grève autrefois

et ils le mirent au bagne.

 

3. Une tanière sa maison,

sa femme était très maigre,

et la faim le cherchait

avec les lettres de l'huissier.

 

4. Sept enfants et son épouse,

huit bouches et huit ventres

et un camion pour cœur

chargé de doléances.

 

5. En Belgique, à la place,

il travaillait à présent jour et nuit;

il lui écrivait à sa femme :

ne mangez pas de fèves cuites.

 

6. Avec les sous que tu reçois

achète des affaires et les draps

et les chaussures pour les enfants

pour qu'ils puissent aller à l'école.

 

7. Les mines de Belgique,

les mines de charbon :

sont noires noires noires

comme du sang de dragon.

 

8. Turi Scordu, un bout d'homme,

il dort seul le soir ;

dans son lit, et les pieds en dehors,

il était agité comme un mulet.

 

9. Avec les femmes il essayait;

mais en étant analphabète

il ne savait pas les charmer avec

les paroles de poète.

 

10. Et il faisait pénitence,

Turi Scordu, en Belgique :

sans soutane ni mitre

ça lui semblait un sacrilège.

 

11. Certaines fois, la pensée,

le portait dans la tanière,

et son cœur faisait sonner la cloche

comme pour un enterrement.

 

12. Car s'il y avait de la soupe

de pommes de terre et de haricots,

dans la tanière c'était la fête

pour la femme et les enfants.

 

13. Quand il pensait à ses enfants

et à sa femme, Turi Scordu se

sentait comme un arbre arraché

sans racines ni feuilles.

 

14. Après un an de souffrance

il décida finalement :

«Ma femme, prend les affaires,

viens-t'en dans ce pays».

 

15. Et les enfants et la mère sont partis,

ils saluèrent Mazzarino;

les parents ensuite

faisaient un repas-fête.

 

16. Une valise en carton

avec la corde en travers ;

le nourrisson sur le sein

qui tétait à temps perdu.

 

17. Elle marche devant

la couvée de bohémiens :

avec des paquets et des sacs à la main,

des petits tas jusque sur le dos.

 

18. La couvée avec la couveuse

quand elle fut dans le train,

elle ne savait pas si elle était dans le ciel ...

ni si elle touchait la terre ferme.

 

19. De loin, le village

monte et descend à présent;

et le train qui volait

sans ailes et sans plumes.

 

20. De temps en temps il s'arrêtait

pour enfourner des passagers:

des émigrants mineurs-soufriers,

fils, pères et épouses.

 

21. Pères et mères se présentent,

le malheur les rend amis :

les émigrants font une famille

dans le wagon.

 

22. «Mon nom ? Rosa Scordu».

«Le village ? Mazzarino».

«Où allez-vous ?». «Où allons-nous ?

Où veut le destin !».

 

23. Combien de choses ils se racontèrent !

parce qu'on sait que les pauvres

ont des millions de problèmes:

piqués par les abeilles !

 

24. Quand la nuit est venue

après Villa San Giovanni

une radio de poche

divertit grands et petits.

 

25. Tous écoutent la radio,

un émigrant la tient dans la main;

les enfants n'ont pas sommeil

ils font les très grands yeux.

 

26. Rosa Scordu écoute et pense,

en arrivant; qu'est-ce qu'elle va trouver...

d'autres gens et une autre nation,

une histoire toute neuve.

 

27. Et elle se sert par défense

le nourrisson endormi

pendant qu'elle ne cesse de regarder

ses autres enfants à côté d'elle.

 

28. Et la radio de poche

joue de la musique de bal;

un discours de ministre;

une minute d'intervalle.

 

29. Ensuite elle donna les Nouvelles,

il était presque minuit :

ce sont les dernières Informations

le Informations de la nuit.

La radio retransmet :

«Dernières Nouvelles de la nuit.

Un grand malheur s'est produit

en Belgique dans le district minier

de Charleroi.

Pour une raison indéterminée

une explosion a effondré

l'un des étages de la

mine de Marcinelle.

Le nombre de victimes est

très élevé».

 

30. Il y eut un éclair de peur

que cela coupa le souffle à tout le monde ;

Rosa Scordu écarquille les yeux

elle avale feu et larmes.

La radio continue de retransmettre :

«Les premiers corps ramenés

à la surface par les équipes de secours

sont ceux de nos compatriotes

émigrés de Sicile.

Voici la première liste

des victimes.

Natale Fatta, de Riesi province de Caltanissetta

Francesco Tilotta, de Villarosa province de Enna

Alfio Calabrò, de Agrigento

Salvatore Scordu...».

 

31. Un tremblement de terre : «Mon mari !

mon mari !» elle crie et pleure,

et les voix sang et feu

comme des lances dans les yeux.

 

32. Une main et cent bouches,

allumée comme une torche,

elle se lamente et s'enfonce les ongles

dans la chair et se l'écorche.

 

33. L'autre main sert et fait des bleus

au nourrisson évanoui,

qui se tord pendant qu'il pleure

étouffé et sans aide.

 

34. Et les enfants ?

certains comprennent, d'autres non,

noyés au milieu des vagues

de cette mer sans poissons.

 

35. Rosa Scordu, malheureuse,

n'est ni femme ni mère,

et les enfants sont orphelins

de mère comme de père.

 

36. Les émigrants sont autour

et ils ne savent pas quoi faire ;

au milieu des vagues, ils sont eux aussi :

traînés par cette mer !

 

37. Le train va dans la nuit,

quelle longue et sombre nuit :

il n'y a pas eu les funérailles,

le wagon est une fosse (tombale).

 

38. Turi Scordu à la fenêtre,

attaché sur le verre,

sans yeux, sans bouche

c'est un squelette brûlé.

 

39. L'aube est venue sans lumière,

Turi Scordu restait là :

Rosa Scordu le serrait

dans les bras, et se brûlait.

 

 

 

Les choses changent-elles vraiment ?

 

 

 

 

Merci Anne-Marie pour les deux dernières vidéo

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Commenter cet article
C
Rolala ! c'est terrible !

On est emmenés par le texte et la chanson, c'est théâtral et très émouvant.
Les autres vidéos complètent bien cette page.

Merci bien pour ce devoir de mémoire, en tant que fille de mineurs, il me touche particulièrement.

Bises

caro
Répondre
H
Bonjour Caro

Woody Guthrie a également écrit une chanson sur les mineurs, faudra que je me mette à la traduction un de ces dimanches.

Bises

Serge
A
Et ils furent reçus comme des chiens ceux-là qui venaient faire le travail que les Belges ne voulaient plus faire. Parqués dans des baraquements, traités de "sales macaronis".

http://www.youtube.com/watch?v=JgPKx4omSYk

http://www.youtube.com/watch?v=qqJb2Jde--c
Répondre
H
C'est malheureusement souvent le traitement réservé aux travailleurs immigrés ...

Merci pour les vidéos