Bois d'ébène

Publié le 6 Octobre 2014

Bois d’Ebène

 

Si l’été est pluvieux et morne
si le ciel voile l’étang d’une paupière de nuage
si la palme se dénoue en haillons
si les arbres sont d’orgueil et noirs dans le vent et la brume
si le vent rabat vers la savane un lambeau de chant funèbre
si l’ombre s’accroupit autour du foyer éteint
si une voilure d’ailes sauvages emporte l’île vers les naufrages
si le crépuscule noie l’envol déchiré d’un dernier mouchoir
et si le cri blesse l’oiseau
tu partiras

abandonnant ton village
sa lagune et ses raisins amers
la trace de tes pas dans ses sables
le reflet d’un songe au fond d’un puits
et la vieille tour attachée au tournant du chemin
comme un chien fidèle au bout de la laisse
et qui aboie dans le soir
un appel fêlé dans les herbages ?

Nègre colporteur de révolte
tu connais les chemins du monde
depuis que tu fus vendu en Guinée 
une lumière chavirée t’appelle
une pirogue livide
échouée dans la suie d’un ciel de faubourg 

Nous rebâtirons
Copan
Palenque
Et les Tihuanacos socialistes
Ouvrier blanc de Détroit péon noir d ?Alabama
Peuple innombrable des galères capitalistes
Le destin nous dresse épaule contre épaule
Et reniant l ?antique maléfice des tabous du sang
Nous foulons les décombres de nos solitudes.
Et nous brassons le mortier des temps fraternels
Dans la poussière des idoles. 

Jacques Roumain poète haïtien

 

 

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #poèsie

Commenter cet article

caroleone 06/10/2014 10:06

Bonjour Serge

C'est tellement beau !! (la poésie que j'aime)

Comment on dessine un sourire avec le bazar du clavier ?

(<;)

Voilà, tu comprendras !!

J'aime bien l'allusion aux pyramides mayas dans cet espoir de peuplement des galères capitalistes. Ça me fait penser à mon écriture qui parfois mêle un peu tout pour n'oublier personne.

Merci encore et bises de caro

Hobo-Lullaby 12/10/2014 15:13

Bonjour Caro

Oui, c'est de la poésie comme on aime ! :-)

Bises

Serge