Sunday Music

Publié le 28 Septembre 2014

La Balade de Tom Joad par Woody Guthrie

et son fantôme Par Springsteen, repris par Rage against the Machine

Le Fantôme De Tom Joad

 

Un homme marche le long des rails du chemin de fer

Il va quelque part, et il n'y a pas de retouren arrière

Les Patrouilles de l'autoroute arrivent par dessus la crête

L'homme dort près d'un feu de camp sous le pont

La ligne de refuge s'étend sur le coin

Bienvenue dans le nouvel ordre du monde

Des familles qui dorment dans leur voiture dans le Sud-Ouest

Pas de travail, pas de maison, pas de paix, pas de repos, PAS DE REPOS !

 

Et l'autoroute est en vie ce soir

Personne ne trompe qui que ce soit sur là où ca mènera

Je suis assis ici a la lumiere du feu de camp

A la recherche tu fantôme de Tom Joad

 

Il sort un livre de prières de son sac de couchage

Le pasteur allume une cigarette et tire une bouffée

Il attend le moment où le dernier sera le premier

Et le premier sera le dernier,

Dans une boîte de carton sous le passage

Avec un aller simple vers la terre promise

Avec un trou dans le ventre et un revolver dans la main

A chercher un oreiller de cailloux

A se baigner dans les aqueducs de la ville

Des cailloux !

 

L'autoroute est en vie ce soir

Personne ne trompe qui que ce soit sur là où ca mènera

Je suis assis ici à la lumière du feu de camp

Avec le fantôme du vieux Tom Joad

 

Et là Tom a dit, "M'man, partout où tu verras un flic tabasser un mec

Partout où un nouveau-né affamé pleurera

Partout où il y aura un combat contre le sang et la haine dans l'air

Cherche moi maman, Je serai là

Partout où quelqu'un se battra pour un endroit où rester

Pour un travail décent ou un coup de main

Partout où quelqu'un luttera pour etre libre

Regarde dans leurs yeux M'man, tu me verras"

 

L'autoroute est en vie ce soir

Personne ne trompe qui que ce soit sur là où ca mènera

Je suis assis ici à la lumiere du feu de camp

Avec le fantôme de Tom Joad

 

 

Rédigé par hobo-lullaby

Publié dans #musique

Commenter cet article
C
Bonsoir Serge,

C'est beau et un article bien ficelé.
Comme Steinbeck savait si bien décrire cette misère et cette pauvreté qui se trouvait à vagabonder sur les routes d'une Amérique en recherche d'elle-même. Steinbeck c'est un peu notre Jean Giono, je trouve qu'ils ont le même registre.
En tout cas je ne connaissais pas du tout cette chanson.

Bises

caro
Répondre
H
Bonjour Caro

Même si on peut reconnaître à Giono un certain un certain talent, je crois que d'un point de vue politique, ils ne jouaient vraiment pas dans la même cours ...

Bises

Serge